Carignan (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carignan.

Carignan
Blason de Carignan
Carignan (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale La Vallée-du-Richelieu
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Patrick Marquès
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Carignanois, oise
Population 9 751 hab.[1] (2018)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ nord, 73° 18′ ouest
Superficie 6 231 ha = 62,31 km2
Divers
Code géographique 57010
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Carignan

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Carignan

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Carignan

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir la carte topographique de Montréal
City locator 14.svg
Carignan

Carignan est une municipalité du Québec (Canada) qui entoure la ville de Chambly sur la rive-sud de Montréal en Montérégie[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Elle est composée de petits îlots urbains entourés de terres agricoles où l'on cultive principalement du maïs, du blé et du soja. Il n'existe pas d'élevage en tant que tel mais plusieurs fermes équestres y sont établies. La municipalité côtoie les rivières L'Acadie et Richelieu et celles-ci se fusionnent, provoquant ainsi un petit delta. À leur pointe, une des quatre îles de la ville: l'île Goyer (anciennement Grande Isle puisqu'elle est la plus grande). Également, l'île Demers et l'île Aux Lièvres Entre les îles, se trouvent des chenaux contenant une faune et une flore uniques. De plus, la ville de Carignan sera bientôt doté de son propre centre commercial, en remplacement du marché au puces, du à son évolution démographique. Fait peu commun, la municipalité est coupée (à l'est et à l'ouest) par la ville de Chambly en deux portions non-contiguës: il existe une discontinuité de 1,8 km sur le chemin de la Grande-Ligne et de 3 km par la Rivière Richelieu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

C'est en 1855 qu'est fondée la paroisse de Saint-Joseph-de-Chambly. Cette création fut précédée par la fondation de la municipalité de Chambly, en 1845, mais abolie en 1847. Environ 110 ans (1965) plus tard, le village portera officiellement le nom de « Ville de Carignan », en l'honneur du célèbre Régiment de Carignan-Salières, soit vingt-quatre compagnies envoyées en Nouvelle-France pour défendre la colonie, qui tenait son nom de la famille de Savoie, prince de Carignan (francisation du toponyme italien Carignano dans la province de Turin)[3].

La relation avec Carignan-de-Bordeaux (occitan Carinhan) est sans doute fortuite, mais la signification du toponyme est identique: « la propriété de Carinius » nom de personne gallo-latin + suffixe latin -anum[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
5 3865 6145 9157 4267 9669 462[5]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Patrick Marquès[7] Pro-Citoyens  
René Fournier Avantage citoyen  
Louise Lavigne Équipe Louise Lavigne  
Jean-Guy Legendre    
Jocelyne Lecavalier    
Renée Legendre    
Paul-André Perreault    
Yves Ménard    
Jean-Charles Marcil    
René Beaudry    
[8] Gérard Brunelle    
Les données manquantes sont à compléter.

Langue[modifier | modifier le code]

Langue maternelle (2006)[9]
Langue Population Pct (%)
Français seulement 6 680 90,09 %
Anglais seulement 410 5,53 %
Français et anglais 110 1,48 %
Autres langues 215 2,90 %

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Il existe une concentration de bâtiments historiques à Chambly alors qu’ils sont présents avec parcimonie le long de la rivière l'Acadie qui traverse les terres de Carignan. L’exception à la règle est le village historique où l’on retrouve une collection de maisons patrimoniales venues trouver refuge pour être épargnées de la destruction. C’était au début des années 1960 alors qu’on se préparait pour Expo 67 mais cet effort s’est arrêté en 1965, la même année où la paroisse adoptait son nouveau nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Décret de population 2018 », sur mamot.gouv.qc.ca, (consulté le 20 mai 2018)
  2. Gouvernement du Québec, « Carignan », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire
  3. Commission de toponymie du Québec
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6)
  5. « Carignan, V [Subdivision de recensement], Québec et Canada [Pays] (tableau). Profil du recensement, Recensement de 2016, produit nº 98-316-X2016001 au catalogue de Statistique Canada », sur Statistique Canada, (consulté le 30 août 2017)
  6. « Nos maires d'hier à aujourd'hui », sur http://www.villedecarignan.org/ (consulté le 30 juin 2016).
  7. Chavez, Yessica, « Patrick Marquès devient le maire de Carignan », Journal de Chambly,‎ (lire en ligne)
  8. De 1959 à 1965 sous le nom de paroisse de Saint-Joseph-de-Chambly.
  9. Recensement 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Longueuil Saint-Bruno-de-Montarville Saint-Basile-le-Grand Rose des vents
Brossard N Saint-Mathias-sur-Richelieu
O    Carignan    E
S
La Prairie Saint-Jean-sur-Richelieu Chambly