Cargiaca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cargiaca
Image illustrative de l'article Cargiaca
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Canton Sartenais-Valinco
Intercommunalité Communauté de communes de l'Alta Rocca
Maire
Mandat
Don Jacques de Rocca Serra
2014-2020
Code postal 20164
Code commune 2A066
Démographie
Gentilé Cargiacanais
Population
municipale
52 hab. (2014)
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 44′ 00″ nord, 9° 02′ 59″ est
Altitude 392 m
Min. 148 m
Max. 1 005 m
Superficie 7,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Cargiaca

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Cargiaca

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cargiaca

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cargiaca

Cargiaca est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse. Le village appartient à la microrégion du Tallano, dans l'ouest de l'Alta Rocca.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Cargiaca

La commune de Cargiaca est située dans la micro-région de l'Alta Rocca.

Elle forme l'une des douze communes du canton de Tallano-Scopamène né du regroupement, en 1973, des cantons de Santa-Lucia-di-Tallano et de Serra-di-Scopamène.

Les communes les plus proches sont Loreto-di-Tallano à 4,9 km, Zérubia à 8,1 km et Aullène à 10 km.

Cargiaca se trouve à environ 30 minutes de Propriano et Sartene, les deux communes les plus importantes à proximité.

Le territoire communal se déploie, sur une superficie de 787 hectares, sur la rive droite du Chiuvone ou Scopamene, affluent du Rizzanese.

Caractérisé par un paysage granitique profondément entaillé par la rivière qui se resserre en gorge et par une agglomération principale implantée à environ 400 mètres d'altitude, il garde encore l'empreinte des cultures de vergers disposées en terrasses qui constituèrent du XIXe siècle au lendemain de la Première Guerre mondiale, l'une des activités principales des habitants de cette commune.

Au nord de la commune, le point culminant nommé "Punta di u Carbone" dépasse de peu les mille mètres d'altitude.

Le hameau de "Zizzi" ne compte plus qu'une seule maison périodiquement habitée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cargiaca, en février 2013.

Cargiaca localité dépendait au Moyen Âge de la seigneurie de la Rocca et de la circonscription ecclésiastique ou piève de Tallano.

Elle est mentionnée par monseigneur Giustiniani, évêque de Nebbio, dans son ouvrage "Dialoguo nominato Corsica", paru en 1531, parmi les seize lieux habités du Tallano.

Comptant 147 habitants en 1770, Cargiaca connait ensuite, du XIXe siècle au lendemain de la Première Guerre mondiale, une expansion démographique concomitante d'un essor économique lié, en particulier, au développement de l'élevage et de l'oléiculture (la commune comptait au cours de cette période sept moulins à huile à manège). Les "Casone"(grandes maisons) du village témoignent aujourd'hui de cette vitalité économique passée.

Alors que 206 habitants sont recensés en 1806, 292 le sont en 1851, 529 en 1891 et 539 en 1926. La population ne cessera ensuite de décroître pour atteindre son seuil le plus bas en 1999 avec 49 habitants.

Selon la légende, le hameau de "Zizzi" tiendrait son nom du général Zizzoli qui, lors d'une bataille, y aurait enfoui un trésor.

Dans la nuit du 6 au 7 septembre 1994 le village a subi un séisme de magnitude 2 sur l'échelle de Richter[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les monuments et les bâtiments du village ont la caractéristique d’être pour la plupart en pierre de taille de granite.

  • L'église Saint-Paul et son clocher érigés au XIXe siècle se trouvent au cœur du village.
Fresque de l'église de Cargiaca


  • "A funtana di a Capedda" est une fontaine se trouvant à la sortie du village. La source est couverte par une voûte en pierre de taille de granite.
  • La "Rocca" est un rocher se dressant au-dessus du village. Selon la légende un château nommé "Castellu Della Rocca" s'y élevait. C'est sur ce rocher que domine le calvaire du village installé par ses habitants.
A Rocca qui surplombe le village


Clocher du village

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête patronale de la Saint-Paul est célébré tous les . Encrage catholique, tradition et partage se mêlent pour perpétuer cet événement qui réunie tous les habitants du village. À la suite d'une messe dans l'église St Paul, les trois cloches sonnées à la volée accompagnent la procession du saint, porté à bras, qui emprunte toutes les rues et voies du village. Enfin, les habitants se réunissent traditionnellement sur la place du monument pour partager un moment de convivialité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dominique Lucchini (1919-2002) dit "Ribellu", grand résistant qui s'illustra durant la Seconde Guerre mondiale, est né en 1919 à Cargiaca[2]

Activités[modifier | modifier le code]

  • Randonnée : Le village est entouré de nombreux sentiers pédestres permettant notamment de rejoindre les villages de la vallée.
  • Rivière : Le Chiuvone passe en dessous du village.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Locations de vacances sur la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1989 Michel de Rocca Serra    
1989 1995 Don Jacques de Rocca Serra    
1995 2001 Don Jacques de Rocca Serra    
2001 2008 Don Jacques de Rocca Serra    
2008 2014 Don Jacques de Rocca Serra    
2014 en cours Don Jacques de Rocca Serra[3] UMP-LR Cadre

La commune est membre de la communauté de communes de l'Alta Rocca.

Maire[modifier | modifier le code]

Le maire est Don Jacques de Rocca Serra, il est élu depuis 1989. Don Jacques de Rocca Serra est également Président du Groupe d'action locale Sud Corse (GAL)[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 52 habitants, en diminution de -8,77 % par rapport à 2009 (Corse-du-Sud : 5,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
129 205 239 247 240 262 276 292 274
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
303 333 376 344 441 362 529 506 534
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
450 529 512 539 521 526 511 304 124
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
122 100 90 69 49 59 53 52 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]