Cardin Lebret (1558-1655)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cardin Lebret.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Bret.
Cardin Lebret
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Cardin Le Bret ou Lebret (1558-1655), seigneur de Flacourt, est un homme politique et juriste français des XVIe et XVIIe siècles. Conseiller d’État, il est chargé de plusieurs commissions importantes. Il est l'un des penseurs de l'absolutisme.

Il est avocat général à la cour des aides de Paris chargé de défendre les intérêts du roi Henri IV en matière de contentieux fiscaux. Il sera ensuite membre du Parlement de Paris : incarnant le pouvoir royal, il encadre le processus de centralisation de la France. Richelieu le nommera intendant des trois évêchés lorrains (Metz, Toul et Verdun) puis de Normandie. En 1632, il publie De la souveraineté du roi, de son domaine et de sa couronne, prolongeant les théories de Bodin et Loyseau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cardin Le Bret est un membre de la famille Le Bret[1], une ancienne famille originaire de Normandie (Gisors), anoblie au XVIe siècle. II est d'abord Avocat Général en la Cour des Aydes de Paris puis le 11 décembre 1604 Avocat Général au Parlement de la même ville[2]. En 1617, il refuse de requérir la peine de mort contre la Maréchale d'Ancre[3]. En 1624 il devient Conseiller d’État ordinaire. En cette qualité il reçoit plusieurs Commissions importantes, parmi lesquelles : celle le 13 novembre 1624 de régler les limites entre la France et la Lorraine[4], celle d'établir le Parlement de Metz[5] et d'aller participer aux États de Bretagne en tant que Commissaire du Roy en octobre 1625[6]. Il occupe temporairement la fonction de Président de la Cour des Aides de Paris pendant l'interdiction de cette chambre (6 mars-6 mai 1631). Il meurt le , âgé de 97 ans, et est alors le doyen des Conseillers d’État. Il est inhumé à Saint-Nicolas-des-Champs dans la chapelle qu'il avait acquise pour y recevoir la sépulture de sa famille[7].

Il a laissé deux écrits :

  • Œuvres qui contient un sçavant Traité de la Souveraineté du Roy Ses Harangues ses Plaidoyers à la Cour des Aydes & au Parlement de Paris reduits en forme de Decifions (1632)
  • Ordo perantiquus judiciorum civilium

Descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse vers 1600 Marguerite Le Pelletier de La Houssaye[8]. De cette union naît un fils, Julien Le Bret (mort en 1688), seigneur de Flacourt, Conseiller au Parlement de Paris en 1655 puis Conseiller d’État. Les deux fils de ce dernier se distingueront également :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat