Caractère bilitère en hiéroglyphe égyptien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un caractère bilitère en hiéroglyphe égyptien est un symbole qui représente une séquence spécifique de deux consonnes, ou deux voyelles, ou une combinaison des deux. Dans la langue écrite égyptienne, il existe trois types de hiéroglyphes : ceux qui représentent une valeur simple (appelés unilitères comme les signes alphabétiques), ceux qui en représentent deux, (appelés bilitères) et ceux qui en représentent trois (appelé trilitères).

Tableau de caractères bilitères[modifier | modifier le code]

Les signes bilitères
F40

ȝw
Cage thoracique
U23

ȝb
Ciseau
G25

ȝḫ
Ibis à crête
G35

ȝq
Cormoran
O29

ˁȝ
Piquet
E9

iw
Faon de Bubale
Z11

jm
Deux planches entrecroisées
W24

jn / nw
Vase
W25

jn
Pot sur jambes
A27

jn
K1

jn
D4

jr
Œil
A48


M40

js
Botte de roseaux
V15


V26

ȝḏ
Navette
V4


Lasso
T21


Harpon
F13

wp
Cornes
E34

wn
Lièvre
G36

wr
Hirondelle
V24

wḏ
Corde enroulée sur un bâton
R11

ḏd
Pilier djed
M36

ḏr
G29


Jabiru
F18

bẖ
G40


O1

pr
Maison
F22

pḥ
Arrière-train de félin
T9

pḏ / pd
T10

pḏ / pd
U1


W19

mj
N35A

mw
Y5

mn
Damier
N36

mr
U6

mr
U23

mr
Ciseau
V22

mḥ
F31

ms
D52

mt
Phallus
G14

mt / mwt
S43

md
V30

nb
T34

nm
M22 M22

nn
G21

nḥ
F20

ns
Aa27

nḏ
E23

rw
Lion couché
T13

rs
M16

ḥȝ
F18

ḥw
W3

ḥb
Vasque à purification
Aa5

ḥp
N41

ḥm
U36

ḥm
M2

ḥn
D2

ḥr
Tête de face
W14

ḥs
T3

ḥḏ
M12

ḫȝ
N28

ḫˁ
Soleil levant
D43

ḫw
M3

ḫt
Branche
K4

ẖȝ
Brochet du Nil
F26

ẖn
D33

ẖn
T28

ẖr
G39


Canard
V16


V17


Aa17


Aa18


M23

sw
Jonc
O50

sp
T22

sn
V29

sk
F29

st / sṯ
M8

šȝ
H6

šw
Plume
N40

šm
V7

šn
Boucle de corde
V6

šs
F30

šd
T19

qs
Tête de harpon
Aa28

qd
D28


Deux bras levés
I6

km
Morceau de peau de crocodile
G28

gm
Ibis noir
Aa13

gs
U30


Four de potier
N16


U33

tj
Pilon
D1

tp
Tête de profil
T8

tp
U15

tm
Traîneau
G47

ṯȝ
Caneton
D37

mj
Bras portant un pain
X8

dj
U28

ḏȝ
Bâton à feu
N26

ḏw
Deux collines


Particularités[modifier | modifier le code]

Lorsqu'ils sont écrits de manière simplifiée ou cursive, de nombreux bilitères sont difficiles à identifier ou à distinguer d'autres signes d'aspect voisin. Ils sont donc souvent précédés, suivis, ou les deux à la fois, d'unilitères notant de manière redondante l'une des consonnes ou même les deux consonnes qu'ils expriment. Les unilitères assumant cette fonction sont appelés compléments phonétiques et ne se lisent pas. Exemple :

Y5
N35

mn (et non mnn)

Bibliographie[modifier | modifier le code]