Caracal (Olt)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caracal (homonymie).
image illustrant une commune de Roumanie
Cet article est une ébauche concernant une commune de Roumanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Caracal
Blason de Caracal
Héraldique
Le théâtre de Caracal.
Le théâtre de Caracal.
Administration
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Région Valachie
Județ Olt
Maire
Mandat
Eduard Ciocăzanu PSD
2012-
Code postal 235200
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 30 954 hab. (2011[1])
Densité 444 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 45″ Nord, 24° 20′ 49″ Est
Altitude 101 m
Superficie 6 964 ha = 69,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Caracal

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Caracal
Liens
Site web http://www.pmc.romanati.ro

Caracal est une municipalité et une ville roumaine du județ d'Olt, dans la région historique de Valachie et dans la région de développement du Sud-ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Caracal est située dans le sud-ouest du județ, à la limite avec le județ de Dolj, dans la plaine roumaine (Câmpia Romanațului), entre les rivières Olt et Jiu, en Petite Valachie (Olténie). Elle est à 44 km au sud de Slatina et à 54 km au sud-est de Craiova.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La légende raconte que Caracal tirerait son nom de l'empereur romain Caracalla. Il est plus vraisemblable que son nom vienne des mots coumans kara (noir) et kral (forteresse). Une troisième hypothèse, zoologiquement et bio-géographiquement peu probable, attribue le nom de Caracal au nom turc d'origine du caracal (karakulak, l'animal).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les armes de Caracal pendant l'Entre-deux-guerres

Selon les protochronistes, fort influents en Roumanie, la ville aurait été fondée par l'empereur romain Caracalla, bien que l'abandon de la Dacie par les Romains au IIIe siècle rende cette hypothèse difficile à défendre.

La première mention écrite de la ville date du dans un document émanant de la chancellerie des voïvodes de Valachie à Târgoviște.

Caracal, au centre d'une très riche plaine agricole, a été de tous temps, une ville de marché et un centre de commerce. Au XIXe siècle, elle devient un centre administratif avec la création du județ de Romanați dont elle restera le chef-lieu jusqu'en 1950 et la disparition de ce județ.

Comme toute la Roumanie, Caracal a subi les régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989, mais connaît à nouveau la démocratie depuis 1990.

Durant la dictature communiste, elle devient un centre industriel (textiles) et une très importante base militaire.

En 1994, elle obtient le statut de municipalité.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil Municipal de Caracal compte 19 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de juin 2008, Gheorghe Angel (PSD) a été élu maire de la commune[2].

Élections municipales de 2008[3]
Parti Nombre de conseillers
Parti démocrate-libéral (PD-L) 7
Parti social-démocrate (PSD) 6
Parti de la Nouvelle Génération - Chrétien-démocrate 4
Parti national libéral (PNL) 2

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2002, la commune comptait 32 830 Roumains (94,81 %) et 1 736 Roms (5,01 %)[4]. On comptait à cette date 4 200 ménages et 7 200 logements[5].

Évolution démographique
1845 1910 1930 1948 1956 1966 1977 1992 2002
5 000 15 048 14 950 17 982 19 082 22 714 30 408 39 130 34 625
2007 2011 - - - - - - -
35 577[6] 30 954[1] - - - - - - -

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[4] :

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est un centre commercial et administratif pour la partie sud du județ. Les industries textiles ont beaucoup souffert des restructurations qui ont suivi la Libération de 1989 et les privatisations ne se sont pas traduites par des investissements, mais par des licenciements.

La base militaire, jadis vouée au Pacte de Varsovie, a été modernisée après l'intégration de la Roumanie dans l'OTAN et le centre d'entraînement des « camarades étrangers en lutte pour la libération de leurs patries du joug colonialiste et impérialiste » (comme on appelait officiellement les mouvements de guerillas marxistes dans les années 1950-1980) a été fermé.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Caracal est un nœud routier entre la route nationale DN54 Râmnicu Vâlcea-Caracal-Corabia et la route nationale DN6 Craiova-Roșiori de Vede-Alexandria.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Caracal est desservie par deux lignes de chemin de fer qui la mettent en relation directe avec plusieurs villes du pays :

et

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Craiova.

Culture[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Caracal possède quatre lycées d'enseignement général dont le Collège National Ioniță Asan et le lycée Mihai Viteazul, un lycée agricole, un lycée technique ainsi qu'une école supérieure de santé (l'école supérieure Carol Davila), une faculté d'économie et d'administration dépendant de l'Université de Craiova et une filiale de l'Université d'Écologie de Bucarest.

Musées[modifier | modifier le code]

L'éco-musée du Romanați de Caracal, fondé en 1949, présente de nombreuses collections d'histoire, archéologie et ethnographie locale.

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Dans le parc C. Poroineanu
  • Parc Constantin Poroineanu ;
  • Maison mémorielle de Iancu Jianu, "Robin-des-Bois" local, chef de haïdouks du début du XIXe siècle ;
  • Centre de la ville aux nombreuses constructions fin XIXe siècle début XXe siècle comme le Palais de Justice (1896), l'Hôtel de Ville, le Théâtre National (de style éclectique), de nombreuses maisons.

Sports[modifier | modifier le code]

L'équipe de football du FC Caracal évolue en Ligue 3 (troisième division) du championnat de football.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Caracal est jumelée avec :

Des accords de coopération existent avec

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro (consulté le 9 novembre 2015)
  2. Liste des maires élus en 2008
  3. Résultats des élections municipales de 2008
  4. a et b Statistiques officielles du recensement de 2002
  5. Informations diverses sur la commune
  6. La population de Caracal en 2007 sur le site de l'Institut National de Statistiques de Roumanie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :