Capteur de brouillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capteur.
Filet capteur de brouillard à Alto Patache, Chili.

Un capteur de brouillard est un collecteur composé de filets en polypropylène ou de grillages et qui recueille de l'eau par la condensation des gouttelettes du brouillard. Ce capteur d'eau atmosphérique utilisant le processus d'interception horizontale des précipitations est notamment utilisé dans les régions arides qui ne bénéficient pas de ressources en eau mais sont baignées par d’épais brouillards pendant la majeure partie de l’année (désert du Néguev en Israël, le désert d'Atacama au Chili).

Expériences[modifier | modifier le code]

Cet effet d'interception horizontale a été mis en évidence expérimentalement en 1956[1]. Le premier projet expérimental moderne de ce procédé a lieu en 1989 au mont El Tofo au nord du Chili[2].

Par un processus de biomimétisme, les ingénieurs cherchent à améliorer le rendement des dispositifs récolteurs d'eau en s'inspirant de la technique de captage d'eau de brouillard du scarabée du désert du Namib Stenocara gracilipes (en). Cet insecte, pour se désaltérer, se place au lever du jour sur le sommet des dunes face aux vents marins, se penche en avant et fait glisser les gouttes d’eau dans des micro-rainures jusqu’à son orifice buccal[3]. L'efficacité de cette collecte est accrue par une adaptation comportementale : les élytres du scarabée sont couvertes de petites bosses qui, au microscope, présentent deux types de surface : à leur sommet, une zone hydrophile, où les microgouttelettes s'accumulent jusqu'à former une goutte ; sur leurs flancs et dans les creux, un enduit de cire hydrophobe, qui sert de canalisation à la goutte, une fois qu'elle a atteint une certaine masse critique[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J.F. Nagel, « Fog Precipitation on Table Mountain », Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society, vol. 82, no 354,‎ , p. 452-460 (DOI 10.1002/qj.49708235408).
  2. (es) Canto Vera, W. 1989. Proyecto Camanchacas-Chile (Construcción de Captadores en el Sector El Tofo): Informe Final de la Primera Fase. Antofagasta, Chile, CIID/Environment Service of Canada, Universidad de Chile, and Universidad Católica de Chile.
  3. (en) African beetles beat the heat in the Sahara desert - BBC wildlife, sur youtube.com
  4. (en) Andrew R. Parker, Chris R. Lawrence, « Water capture by a desert beetle », Nature, vol. 414,‎ , p. 33—34 (DOI 10.1038/35102108, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]