Cap-Chat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cap-Chat (homonymie) et Chat (homonymie).
Cap-Chat
Image illustrative de l'article Cap-Chat
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Incluse dans La Haute-Gaspésie
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Judes Landry
2013 - 2017
Constitution 15 mars 2000
Démographie
Gentilé Cap-Chatien, Cap-Chatienne
Population 2 604 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 00″ N 66° 41′ 01″ O / 49.099948, -66.68357849° 06′ 00″ Nord 66° 41′ 01″ Ouest / 49.099948, -66.683578
Superficie 18 313 ha = 183,13 km2
Divers
Code géographique 24 04047
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Cap-Chat

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Cap-Chat

Cap-Chat est une municipalité située dans la MRC de La Haute-Gaspésie, dans la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, au Québec, au Canada[1].

« La nouvelle ville de Cap-Chat a été créée le 15 mars 2000. Elle est issue du regroupement de la ville de Cap-Chat et de la municipalité de Capucins[2]. »

Le recensement de 2006 y dénombre 2 777 habitants, soit 4,7 % de moins qu'en 2001[3].

Rocher Le Chat à Cap-Chat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existe deux théories quant à l'origine du nom de la localité. La première est toute simple : le Cap-Chat, rocher ressemblant à un chat selon certains, en serait la souche. D'ailleurs, selon une légende, un chat se promenant sur la grève, tuait et dévorait de nombreux animaux. La fée-chat, passant par là, l'accuse d'avoir dévoré sa progéniture et le transforme en rocher pour l'éternité. Par contre, l'hypothèse la plus plausible y voit la déformation du nom d'Aymar de Chaste, lieutenant général de la Nouvelle-France en 1603.

La guerre 1939/45 en face de Cap-Chat

SS Hainault, SS Anastassios, SS Dinaric – torpillés le 5 juillet 1942, Cap-Chat.

HMCS Charlottetown - torpillé le 11 septembre 1942, près de Cap-Chat.

SS Essex Lance – torpillé le 16 septembre 1942, au large de Cap-Chat.

Coulés par le sous-marin allemand U132 (Endommagé par le HMCS Drummondville)

Économie[modifier | modifier le code]

Cap-Chat est devenu synonyme d'énergie éolienne. On y trouve un parc de 76 éoliennes à axe horizontal exploitées sur une base commerciale. La plus belle vue du parc se trouve à l'ouest de la localité. À l'est du parc, se trouve Éole, la plus haute éolienne à axe vertical au monde (110 m). Un centre d'interprétation a été fondé pour en apprendre sur cette construction.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Activités de loisirs : la pêche du saumon en rivière, les randonnées pédestres, le sentier international des Appalaches (SIA/IAT), la chasse de l'orignal ainsi qu'un sentier de quad.

Cap-Chat est situé tout près de l'ancien village de Saint-Octave-de-l'Avenir, fermé en 1971. Le film Chez nous, c'est chez nous relate cet événement[4].

Cap-Chat possède aussi d'autres attraits. Notons, entre autres le célèbre rocher en forme de chat, le phare et un havre de pêche.

Excellent point de départ pour l'accès au Sentier International des Appalaches (Appalachians Trail)

Loisirs[modifier | modifier le code]

L'hiver, Cap-Chat possède un centre de ski alpin et des sentiers aménagés où il est possible de pratiquer le ski de randonnée, la raquette en plus de sentiers de motoneiges. Les amateurs de raquette et de ski Méta pourront profiter d'un sentier faisant le lien entre le sommet du mont 780 et le sentier de l'Épaule. Ce tronçon, très spectaculaire, s’ouvre sur des vues plongeantes à couper le souffle sur la vallée de la rivière Cap-Chat et le mont Frère-de-Nicol-Albert.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean-Yves Bérubé   homme d’affaires
juin 2000 en cours Judes Landry   homme d’affaires
Les données manquantes sont à compléter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Steeve Landry (photogr. Jérôme Landry), Cap-Chat, Gaspésie : histoire et attraits touristiques, Québec, Les Éditions GID,‎ , 179 p. (ISBN 9782896342174)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Golfe du Saint-Laurent Rose des vents
N Sainte-Anne-des-Monts
O    Cap-Chat    E
S
Les Méchins Coulée-des-Adolphe Mont-Albert