Cap-Chat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cap-Chat (homonymie).

Cap-Chat
Cap-Chat
Le village, le havre et le cap en soirée
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Subdivision régionale La Haute-Gaspésie
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Marie Gratton
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Cap-Chatien, ienne
Population 2 405 hab.[1] (2018)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 00″ nord, 66° 41′ 00″ ouest
Superficie 18 111 ha = 181,11 km2
Divers
Indicatif +1 367, 418 et 581
Code géographique 04047
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Cap-Chat

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Cap-Chat

Géolocalisation sur la carte : Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Voir la carte administrative de la zone Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
City locator 14.svg
Cap-Chat

Géolocalisation sur la carte : Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Voir la carte topographique de la zone Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
City locator 14.svg
Cap-Chat
Liens
Site web http://ville.cap-chat.ca/

Cap-Chat est une municipalité située dans la municipalité régionale de comté (MRC) de La Haute-Gaspésie dans la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine au Québec au Canada. La ville de Cap-Chat actuelle a été constituée le par le regroupement de la ville de Cap-Chat et de la municipalité de Capucins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rocher Le Chat à Cap-Chat

Il existe deux théories quant à l'origine du nom de la localité. La première est toute simple : le Cap-Chat, rocher ressemblant à un chat selon certains, en serait la souche. D'ailleurs, selon une légende, un chat se promenant sur la grève, tuait et dévorait de nombreux animaux. La fée-chat, passant par là, l'accuse d'avoir dévoré sa progéniture et le transforme en rocher pour l'éternité. Par contre, l'hypothèse la plus plausible y voit la déformation du nom d'Aymar de Chaste, lieutenant général de la Nouvelle-France en 1603[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Cap-Chat est situé sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent sur la péninsule gaspésienne à 480 km au nord-est de Québec et à 215 km à l'ouest de Gaspé. La ville de Cap-Chat fait partie de la municipalité régionale de comté de La Haute-Gaspésie dans la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine[4].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Golfe du Saint-Laurent Rose des vents
N Sainte-Anne-des-Monts
O    Cap-Chat    E
S
Les Méchins Coulée-des-Adolphe Mont-Albert

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines de Cap-Chat[modifier | modifier le code]

Le nom de Cap-Chat est désigné pour la première fois sur une carte en 1612 sous le nom de « cap de Chate » par Samuel de Champlain. Le , Denis Riverin reçut en concession le fief de Cap-Chat. Il y exploita surtout la pêche au saumon[3].

C'est en 1836 que six familles virent s'établir à Cap-Chat suivies par d'autres par la suite. Une mission catholique y était desservie à partir de Sainte-Anne-des-Monts. En 1842, le canton de Cap-Chat fut officiellement érigé. Le , la paroisse catholique est érigée canoniquement sous le nom de Saint-Norbert de Cap-Chat et son premier curé fut l'abbé Louis-Nicolas Bernier. La paroisse comprenait alors 600 habitants[3].

En 1871, suite à de nombreux naufrages, un phare est érigé à Cap-Chat. En 1878, les compagnies forestières Richardson et Russell s'installèrent à Cap-Chat en recevant une concession de 777 km2 pour l'exploitation du bois à destination de l'Angleterre. En 1899, Cap-Chat comprenait une population de 1 200 habitants[3].

En 1916, le curé Louis-Octave Caron fit construire une église, puis, en 1928, un presbytère. Le , la municipalité du village de Cap-Chat se détacha de la paroisse[3].

En 1930, Cap-Chat avait une population de 2 300 habitants[3].

Origines de Capucins[modifier | modifier le code]

En 1859, Hippolyte Côté devint le premier à s'établir dans la baie des Capucins qui était fréquentée par des pêcheurs saisonniers depuis les années 1830 et il est suivi, l'année suivant, par une dizaine d'autres familles. C'est ainsi que, en novembre 1875, la paroisse catholique de Saint-Paul-des-Capucins fut érigée canoniquement. En 1915, la municipalité de Capucins est officiellement créée[3].

Au début du XXe siècle, l'élevage du porc devint la principale activité économique de Capucins, surtout pour alimenter les postes de la Côte-Nord. La culture de la pomme de terre et de l'orge était également importante afin de nourrir les porcs[3].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Le , la ville de Cap-Chat et la municipalité de Capucins ont été amalgammées pour former la ville actuelle[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
3 127[N 1]2 9132 7772 6232 476

Économie[modifier | modifier le code]

Éole, la plus haute éolienne à axe vertical au monde avec une hauteur de 110 m

Cap-Chat est connu pour la production d'énergie éolienne. On y trouve une partie du parc éolien Le Nordais, l'autre partie étant à Matane, qui comprend 74 éoliennes à Cap-Chat[5]. À l'est du parc, se trouve Éole, la plus haute éolienne à axe vertical au monde avec une hauteur de 110 m[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[6].

Cap-Chat
Maires depuis 2003
Élection Maire Qualité Résultat
2003 Judes Landry Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Marie Gratton Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les chiffres ont été ajustés pour tenir compte de la réorganisation des municipalités du Québec de 2000-2006.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Décret de population 2018 », sur mamot.gouv.qc.ca, (consulté le 20 mai 2018)
  2. a et b Toponymie : Cap-Chat
  3. a b c d e f g h et i Jean-Marie Fallu, Une histoire d'appartenance : La Gaspésie, vol. 7, Sainte-Foy (Québec), Les Éditions GID, , 557 p. (ISBN 2-922668-37-1), p. 77-85.
  4. Répertoire des municipalités : Cap-Chat
  5. « Le Nordais », sur TransAlta (consulté le 7 novembre 2018).
  6. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Steeve Landry (photogr. Jérôme Landry), Cap-Chat, Gaspésie : histoire et attraits touristiques, Québec, Les Éditions GID, , 179 p. (ISBN 9782896342174).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]