Canton de Villeneuve-la-Garenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien canton
de Villeneuve-la-Garenne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement(s) Arrondissement de Nanterre
Chef-lieu Villeneuve-la-Garenne
Code canton 92 40
Histoire de la division
Création 20 juillet 1967
Disparition 22 mars 2015
Démographie
Population 25 183 hab. (2010)
Densité 7 870 hab./km2
Géographie
Superficie 3,20 km2
Subdivisions
Communes 1

Le canton de Villeneuve-la-Garenne est une ancienne division administrative française située dans le département des Hauts-de-Seine et la région Île-de-France.

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, le canton est supprimé, et son territoire intégré au canton de Gennevilliers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la mise en place du département des Hauts-de-Seine, le canton de Villeneuve-la-Garenne comprenant la seule commune de Villeneuve-la-Garenne, est créé par le décret du 20 juillet 1967[1].

Un nouveau découpage territorial des Hauts-de-Seine entre en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 26 février 2014[2]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[3]. Dans les Hauts-de-Seine, le nombre de cantons passe ainsi de 45 à 23.

Dans ce cadre, le canton est supprimé et son territoire intégré dans le canton de Gennevilliers[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 6 octobre 1999
(décès)
Roger Prévot DVD puis UDF
puis RPF[4]
Ingénieur
Maire de Villeneuve-la-Garenne (1953 → 1999)
Décédé en fonction
novembre 1999[5] 2015[6] Alain-Bernard Boulanger DVD puis UMP Expert-comptable retraité
Maire de Villeneuve-la-Garenne (1999 → )
Premier vice-président du Conseil général (2007 → 2015)

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton était constitué de la totalité de la commune de Villeneuve-la-Garenne[1].

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Villeneuve-la-Garenne 24 711 92 390 92 078

Démographie[modifier | modifier le code]

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2009
13 78022 71523 69123 90623 82422 34924 711[7]-
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Décret n°67-590 du 20 juillet 1967 portant création et délimitation des cantons des nouveaux départements de la région parisienne - Hauts-de-Seine », Journal officiel de la République française,‎ , p. 7360-7361 (lire en ligne [PDF]).
  2. a et b Décret no 2014-256 du 26 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Hauts-de-Seine.
  3. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L. 191-1 du code électoral.
  4. « Les élus des Hauts-de-Seine s’interrogent sur l’après-mars », Le Monde,‎ (lire en ligne) :

    « L’arrivée de Nicolas Sarkozy, qui, s’il le décide, a la possibilité d’être candidat dans le canton de Neuilly-Sud, dont l’élu est son premier adjoint à la mairie de Neuilly-sur-Seine et troisième vice-président du conseil général, Louis-Charles Bary (DL), ne semble pas, pour l’heure, d’actualité. Les choses devraient se compliquer au moment de l’élection des vice-présidents, chaque composante de la majorité souhaitant être la mieux représentée. C’est d’ailleurs pour éviter des lézardes que M. Pasqua n’a pas procédé, à l’automne 1999, au remplacement de son premier vice-président, poste revendiqué par l’UDF à la suite du décès de l’un des siens, Roger Prévot, maire de Villeneuve-la-Garenne, mais qui avait rejoint les rangs du RPF quelques semaines avant sa mort »

    .
  5. « Sept élections cantonales partielles », Le Monde,‎ (lire en ligne) :

    « M. Boulanger, qui avait frôlé l'élection dès le premier tour, l'emporte largement devant le candidat communiste, qui retrouve la presque totalité des voix des quatre candidats de gauche présents le 21 novembre. M. Boulanger succède à Roger Prévot (RPF), décédé le 6 octobre et dont il avait déjà repris le fauteuil de maire de Villeneuve-la-Garenne le 17 octobre »

    .
  6. A.-S.D., « Ceux qui n'y retournent pas », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne) :

    « Dans le nord des Hauts-de-Seine, Alain-Bernard Boulanger (UMP), maire de Villeneuve-la-Garenne, tire sa révérence, sa ville étant désormais rattachée à Gennevilliers, canton acquis aux communistes »

    .
  7. « Populations légales des Hauts-de-Seine en vigueur au 1er janvier 2011 », sur le site de l'Insee, (consulté le 8 janvier 2011)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]