Canton de Seltz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seltz (homonymie).
Canton de Seltz
Situation du canton de Seltz dans le département Bas-Rhin
Situation du canton de Seltz dans le département Bas-Rhin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement(s) Wissembourg
Chef-lieu Seltz
Conseiller général Richard Stoltz
2001-2008
Code canton 25
Démographie
Population 13 077 hab. (2010)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Superficie 106,49 km2
Subdivisions
Communes 14

Le canton de Seltz est une ancienne division administrative française, située dans le département du Bas-Rhin et la région Alsace.

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Seltz groupait 14 communes :

Histoire[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Parti Qualité
1833-1845 François-Pierre-Louis
Ritter
Notaire, maire de Seltz (1830-1840 et 1848-1855)
1845-1848 Baron Alfred Renouard de Bussière
1848-1864 Comte Jean-Paul Adam
de Schramm
Général de division
Député (1836-1848)
Sénateur (1852-1870)
1864-1871 Baron Léon Renouard de Bussierre Membre du Conseil d'État
1871-1919 annexion allemande
1919-1928 Marcel Bisch URD Industriel à Seltz
1928-1934 René Hauss Autonomiste
(Unalhângige Landespartei)
Journaliste, directeur du Elsass-lothringische Zeitung
Député du Haut-Rhin (1929-1932)
Conseiller municipal de Strasbourg
1934-1940 Marcel Bisch URD Industriel à Seltz
1945-1951 Marcel Bisch URD Industriel à Seltz
1951-1970 Albert Schmitt MRP puis CD Conseiller municipal de Strasbourg (1945-1947)
Député (1946-1958)
Président du Conseil Général (1967-1970)
1970-1979
(décès)
Abbé Martin Hoffarth[Note 1] CD Aumônier du Secrétariat social d'Alsace
1979-2001 Marcel Schmitt UDF-CDS Maire de Seltz (1971-1977)
2001-2015 Richard Stoltz UMP et apparentés maire de Munchhausen depuis 1995

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Martin Hoffarth, jeune prêtre ordonné en 1950 autorisé par Mgr Jean-Julien Weber à poursuivre des études à Lille à l'Ecole des Sciences sociales et politiques et l'Ecole des Missionnaires du Travail de l'université catholique, est nommé aumônier du Secrétariat social d'Alsace. Il « créa, selon son biographe Jean-Pierre Kintz, tout un réseau de cercles et d'équipes sociales à travers le diocèse. Pour maintenir un lien entre les militants, il fonda en 1954 le bulletin "Equipes sociales d'Alsace". » Alphonse Irjud relève de son côté dans 100 ans de catholicisme social en Alsace que « dans cette période d'après-guerre où les structures sociales allaient connaître de profondes mutations, le champ d'action était immense et complexe : les deux tâches, information et formation en matière sociale, intimement mêlées, nécessitent une attention constante aux problèmes à étudier, aux crises latentes ou présentes, et d'autre part un contact permanent avec tous les organismes économique ou sociaux, les administrations et les collectivités locales. [...] "Equipes sociales d'Alsace" [offre] à côté de plusieurs dossiers factuels, une réflexion chrétienne sur les questions et conflits d'actualité, avec, aussi, des brochures spécialisées : guide pratique de la famille, de la sécurité sociale, [de l'élu local], etc. Journées d'études, stages de formation, congrès, à chacun de ces niveaux, l'intérêt est attiré, à la fois, sur les perspectives de l'évolution économique et sociale, et sur l'aspect particulier et les conséquences dans le cadre régional de l'Alsace. Formation professionnelle des élus locaux, transport des ouvriers, condition de vie des femmes, convention collective des gens de maison, comités d'entreprises, travailleurs frontaliers, licenciements collectifs avec les crises de Pechelbronn, dans le textile, la métallurgie, main d'oeuvre excédentaire dans l'agriculture formant un nouveau prolétariat, enquêtes sur la situation des travailleurs nord-africains en Alsace, déjà, (en 1955) avec, en complément une intervention de la JOC à la préfecture à propos de l'expulsion de 250 Nord-Africains à la suite de la fermeture du foyer d'hébergement dans une caserne (cette action obtint la construction d'un véritable foyer pour jeunes travailleurs nord-africains), sessions d'études rassemblant responsables politiques et économiques, chambre de métiers, militants d'action sociale : ce travail de réflexion et d'action ne va pas sans référence constante à la pensée sociale de l'Eglise, pour en suivre l'évolution progressive depuis les premières encycliques sociales de la fin du 19ème siècle. Tâche indispensable mais difficile, comme le souligne un texte adopté lors d'un stage (en 1957) : "Les participants déplorent que la doctrine sociale de l'Eglise soit quasiment ignorée de la part des laïcs et rarement enseignée par les prêtres." » « Le développement de ces activités explique, selon Jean-Pierre Kintz, la transformation en 1965 du secrétariat en Centre d'Etude et d'Actions Sociales (CEAS), où oeuvra également Emile Baas. [Martin Hoffarth] fut également à l'origine de la création en 1960 du Centre de Formation et de Culture Sociales (CFCS) pour les élus locaux et du Centre de Formation pour le Patronat Chrétien (CFPC) pour les chefs d'entreprises chrétiens. » Il est secondé dans son travail par un Secrétaire général permanent et salarié Camille Nachbar. De 1969 à 1975, Martin Hoffarth va collaborer avec l'abbé Lucien Hoffer, lui aussi licencié du même institut catholique de Lille et nommé par Mgr Léon-Arthur Elchinger aumônier du CEAS du Haut-Rhin. Martin Hoffarth sera le dernier prêtre alsacien à exercer un mandat politique : il est élu Conseiller général du canton de Seltz en 1970, réélu en 1977. Il décède en 1979.(source : http://ceas.alsace.free.fr/ceas/)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cantons du Bas-Rhin | Communes du Bas-Rhin

Liens externes[modifier | modifier le code]