Canton de Sartilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Sartilly
Canton de Sartilly
Situation du canton dans l'arrondissement d'Avranches.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement(s) Avranches
Circonscription(s) 2e
Chef-lieu Sartilly
Code canton 50 42
Histoire de la division
Création 1790
Disparition 2015
Démographie
Population 7 837 hab. (2012)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Superficie 92,51 km2
Subdivisions
Communes 13

Le canton de Sartilly est une ancienne division administrative française, située dans le département de la Manche et la région Basse-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à cheval sur le plateau et dans la vallée de la Sée, entre les deux zones urbaines que sont Avranches et Granville, le canton de Sartilly est composé de communes rurales et maritimes, aucune ne franchissant les 1 000 habitants, à l'exception du chef-lieu. Tourisme, avec des stations balnéaires et comme point de départ de traversées de la baie du Mont-Saint-Michel à pied, et élevage équin, un pôle d'excellence en élevage de chevaux, autour d'un projet de ferme équestre à Dragey-Ronthon[1], et des 25 éleveurs et entraineurs de cette commune, concrétisant le surnom de « canton aux mille juments », sont les deux ressources phares de l'économie locale. De sa proximité avec les deux villes voisines, le canton tire un dynamisme démographique et économique. Pour gérer l'arrivée d'une nouvelle population, les communes ont mis en place des nouveaux équipements, tel un pôle culturel à Saint-Jean-le-Thomas et un service jeunesse gérant un relais assistantes maternelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • De 1833 à 1840, les cantons de Pontorson et de Sartilly avaient le même conseiller général. Le nombre de conseillers généraux était limité à 30 par département[2].
Liste des conseillers généraux
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1840 Auguste-François Angot Majorité
ministérielle
Propriétaire du château de Chantore à Bacilly, député (1827-1832)
1840[3] 1848 François-Alphonse Théroulde   Armateur, président du tribunal de commerce de Granville
1848 1852 Augustin-Gabriel Lempereur de Saint-Pierre (1816-1884)   Préfet de la Marne
1852 1867 Baron Auguste Travot   Polytechnicien, officier d’artillerie
1867 1871 Louis Lempereur de Saint-Pierre[4]
(frère d'Augustin-Gabriel)
Union
des Droites
Avocat, député (1871-1876), maire de Saint-Jean-des-Champs
1871 1883 Augustin-Gabriel Lempereur de Saint-Pierre Droite Ancien préfet du Jura
1883 1887
(décès)[5]
Ernest Martin Républicain Docteur en droit
1887[6] 1917
(décès)
Elphège Basire Républicain Éleveur, juge de paix, sénateur (1898-1917), maire de Dragey
1919 1924
(décès)[7]
M. Martin Rad. Maire de Sartilly
1924[8] 1937 Raymond Martin
(fils du précédent)
Rad. Industriel, maire de Sartilly
1937 1940 Vicomte Jean Drouet de Montgermont URD-PSF[9] Agriculteur, maire de Bacilly, nommé conseiller départemental en 1943[10]
1945 1976 Jean Drouet de Montgermont DVD  
1976 1988 Pierre François DVD Charcutier, maire de Sartilly
1988 2001 Denis Rault DVD Maire de Sartilly
2001 2015 Jacques Thouvenot DVD Chef d'entreprise, conseiller municipal de Lolif


Le canton participe à l'élection du député de la deuxième circonscription de la Manche, avant et après le redécoupage des circonscriptions pour 2012[11].

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Sartilly comptait 7 837 habitants en 2012 (population municipale) et se composait d’une fraction de la commune de Jullouville et de douze autres communes :

À la suite du redécoupage des cantons pour 2015, toutes les communes — y compris la partie de Jullouville sur le canton de Granville — sont rattachées au canton d'Avranches.

Anciennes communes[modifier | modifier le code]

Le canton de Sartilly n'incluait aucune commune définitivement supprimée depuis la création des communes sous la Révolution[12].

Le canton comprenait toutefois deux communes associées :

  • Ronthon, associée à Dragey depuis le 1er janvier 1973. La nouvelle commune, adjointe également par association à cette date de Genêts et Saint-Jean-le-Thomas, prend alors le nom de Dragey-Tombelaine. Elle est renommée Dragey, puis Dragey-Ronthon après la sortie de l'association de Genêts et Saint-Jean-le-Thomas en 1979 (l'ilôt de Tombelaine est sur le territoire de Genêts).
  • Saint-Michel-des-Loups, associée à Bouillon depuis le 1er janvier 1973. La commune créée, adjointe également par association à cette date de Carolles et Saint-Pair-sur-Mer, prend alors le nom de Jullouville. Deux des communes associées à Bouillon/Jullouville ont un statut particulier : malgré l'association, Carolles et Saint-Michel-des-Loups faisaient toujours partie du canton de Sartilly, alors que la commune chef-lieu et Saint-Pair-sur-Mer étaient dans le canton de Granville. Saint-Pair-sur-Mer se sépare de l'association en janvier 1978 et Carolles reprend son indépendance en janvier 2000. La particularité d'une limite cantonale traversant une association de communes n'est pas un cas unique : dans le même département de la Manche, La Boulouze (canton de Ducey) et Gerville-la-Forêt (canton de La Haye-du-Puits) partageaient la singularité de Saint-Michel-des-Loups.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
----5 9956 2907 0777 7807 837
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[13] puis population municipale à partir de 2006[14])
Histogramme de l'évolution démographique

Sources[modifier | modifier le code]

Section Géographie
  • Ouest France, 8 janvier 2008[15]
  • France : le trésor des régions[16]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]