Canton de Landevielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Landevielle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Vendée
Chef-lieu Landevielle
Histoire de la division
Création
Disparition 9 brumaire an X ()
Démographie
Population 5 524 hab. (1800)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Altitude Min. 0 m
Max. 61 m
Superficie 133,92 km2

Le canton de Landevielle est une ancienne division administrative française située dans le département de la Vendée.

Créé en 1790 et compris dans le district des Sables-d’Ollonne de cette date à 1795, il est supprimé en .

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française, pendant la mise en œuvre des décrets de l’Assemblée nationale concernant la division du royaume en 83 départements ( et ), un décret particulier du porte implicitement création du canton au sein du district[1] ; les textes de la Constituante sont par la suite ordonnés dans des lettres patentes de Louis XVI données le [2]. La division admet alors un chef-lieu fixé dans la municipalité de Landevielle[3].

La suppression du canton est projetée dans la loi concernant la division du territoire de la République et l’administration du 28 pluviôse an VIII (). Aussi, en vertu de l’arrêté du 9 brumaire an X (), ses communes sont intégrées dans le canton de Saint-Gilles-sur-Vie[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Administrativement, le canton se situe au sein du département de la Vendée, dans le district des Sables-d’Ollonne de 1790 à 1795[3]. Brièvement, entre la loi concernant la division du territoire de la République et l’administration () et sa suppression par l’arrêté du 9 brumaire an X ()[a], le canton relève du premier arrondissement départemental[5].

Surfaces et altitudes[modifier | modifier le code]

Superficies et altitudes connues des communes du canton selon le Répertoire géographique des communes (2015)[6]
Commune Surface
(ha)
Altitude
(m)
Mini Maxi
Bretignolle 2 732 0 38
La Chaise-Giraud 271 2 43
Coëx 3 956 2 61
Givrand 1 169 2 33
Laiguillon 2 322 2 49
Landevielle 1 357 2 59
Saint-Martin-de-Brem
Saint-Nicolas-de-Brem[b]
1 585 0 55

Composition[modifier | modifier le code]

À sa création, lors du découpage du , le canton regroupe huit municipalités.

Municipalité Période Réf.
Bretignolle 1790-1801 [α],[Cass. 1]
La Chaise-Giraud 1790-1800 [β],[Cass. 2]
Coëx 1790-1801 [γ],[Cass. 3]
Givrand 1790-1801 [δ],[Cass. 4]
Laiguillon 1790-1801 [ε],[Cass. 5]
Landevielle
(chef-lieu)
1790-1801 [ζ],[Cass. 6]
Saint-Martin-de-Brem 1790-1801 [η],[Cass. 7]
Saint-Nicolas-de-Brem 1790-1801 [θ],[Cass. 8]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique des communes du canton de Landevielle
1793 1800
5 5243 641
Recensements de population des communes du canton (de 1793 à 1800).
(Sources : base Cassini)
Histogramme de l’évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Période durant laquelle il est appelé « canton de Landevieille ».
  2. Les communes de Saint-Martin-de-Brem et de Saint-Nicolas-de-Brem fusionnent le et forment ainsi la commune de Brem-sur-Mer.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune de Bretignolles-sur-Mer », [lire en ligne].
  2. « Commune de Chaize-Giraud, La », [lire en ligne].
  3. « Commune de Coëx », [lire en ligne].
  4. « Commune de Givrand », [lire en ligne].
  5. « Commune de Aiguillon-sur-Vie, L’ », [lire en ligne].
  6. « Commune de Landevieille », [lire en ligne].
  7. « Commune de Brem-sur-Mer », [lire en ligne].
  8. « Commune de Saint-Nicolas-de-Brem », [lire en ligne].
  1. « Bretignolles-sur-Mer » [lire en ligne].
  2. « La Chaize-Giraud » [lire en ligne].
  3. « Coëx » [lire en ligne].
  4. « Givrand » [lire en ligne].
  5. « L’Aiguillon-sur-Vie » [lire en ligne].
  6. « Landevieille » [lire en ligne].
  7. « Brem-sur-Mer » [lire en ligne].
  8. « Saint-Nicolas-de-Brem » [lire en ligne].
  • Autres références
  1. « Suite des décrets sur la division du royaume », dans Collection générale des décrets rendus par l’Assemblée nationale, vol. 2, t. 11, Paris, Chez Baudouin, (lire en ligne), p. 42-43.
  2. Lettres-patentes du roi sur décrets de l’Assemblée nationale des 15 janvier, 16 et 26 février 1790, qui ordonnent la division de la France en quatre-vingt-trois départements, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 42-43.
  3. a et b Louis-Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en CXX départemens, vol. I, Paris, éditions Louis-Marie Prudhomme, , 673 p. (OCLC 715881089, lire en ligne), p. 216-220.
  4. « Arrêté portant réduction des justices de paix du département de la Vendée (no 1017) », Bulletin des lois de la République française, Imprimerie nationale, no 133,‎ pluviôse an x, p. 428-432 (lire en ligne).
  5. « Loi concernant la division du territoire de la République et l’administration (no 115) », Bulletin des lois de la République française, Imprimerie nationale, no 17,‎ brumaire an ix, p. 89-90 (lire en ligne).
  6. Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), Répertoire géographique des communes, 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]