Canton de La Jaudonière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton La Jaudonière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Vendée
Chef-lieu La Jaudonière
Histoire de la division
Création
Disparition 9 brumaire an X ()
Démographie
Population 5 805 hab. (1800)

Le canton de La Jaudonière est une ancienne division administrative française située dans le département de la Vendée.

Créé en 1790 et compris dans le district de La Châteigneraye de cette date à 1795, il est supprimé en .

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française, pendant la mise en œuvre des décrets de l’Assemblée nationale concernant la division du royaume en 83 départements ( et ), un décret particulier du porte implicitement création du canton au sein du district[1] ; les textes de la Constituante sont par la suite ordonnés dans des lettres patentes de Louis XVI données le [2]. La division admet alors un chef-lieu fixé dans la municipalité de La Jaudonière[3].

La suppression du canton est projetée dans la loi concernant la division du territoire de la République et l’administration du 28 pluviôse an VIII (). Aussi, en vertu de l’arrêté du 9 brumaire an X (), ses communes sont redistribuées entre le canton de Chantonnay et celui de Sainte-Hermine[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Administrativement, le canton se situe au sein du département de la Vendée, dans le district de La Châteigneraye de 1790 à 1795[3]. Brièvement, entre la loi concernant la division du territoire de la République et l’administration () et sa suppression par l’arrêté du 9 brumaire an X ()[a], le canton relève du troisième arrondissement départemental[5].

Surfaces et altitudes[modifier | modifier le code]

Superficies et altitudes connues des communes du canton selon le Répertoire géographique des communes (2015)[6]
Commune Surface
(ha)
Altitude
(m)
Mini Maxi
Changillon
Saint-Juire-la-Plaine[b]
2 075 25 116
La Jaudonière 827 41 116
La Réorthe 2 388 15 104
Saint-Mars-des-Prés[c]
Saint-Martin-Lars 1 881 37 118
Saint-Philbert[d]

Composition[modifier | modifier le code]

À sa création, lors du découpage du , le canton regroupe sept municipalités.

Municipalité Période Réf.
Chanpgillon 1790-1801 [α],[Cass. 1]
La Jaudonière
(chef-lieu)
1790-1801 [β],[Cass. 2]
La Réorthe 1790-1801 [γ],[Cass. 3]
Saint-Juire-la-Plaine 1790-1801 [δ],[Cass. 4]
Saint-Mars-des-Prés 1790-1801 [ε],[Cass. 5]
Saint-Martin-Lars 1790-1801 [ζ],[Cass. 6]
Saint-Philbert 1790-1801 [η],[Cass. 7]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique des communes du canton de La Jaudonière
1793 1800
4 5425 805
Recensements de population des communes du canton (de 1793 à 1800).
(Sources : base Cassini)
Histogramme de l’évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Période durant laquelle il est appelé « canton de La Jaudonnière ».
  2. Les communes de Champgillon et de Saint-Juire-la-Plaine fusionnent le et forment ainsi la commune de Saint-Juire-Champgillon.
  3. La commune de Saint-Mars-des-Prés est absorbée par Chantonnay par arrêté préfectoral du . Ni la superficie ni les altitudes ne sont donc connues.
  4. La commune de Saint-Philbert-du-Pont-Charrault est associée à Chantonnay par arrêté préfectoral du . Ni la superficie ni les altitudes ne sont donc connues.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune de Saint-Juire-Champgillon », [lire en ligne].
  2. « Commune de Jaudonnière, La », [lire en ligne].
  3. « Commune de Réorthe, La », [lire en ligne].
  4. « Commune de Saint-Juire-la-Plaine », [lire en ligne].
  5. « Commune de Saint-Mars-des-Prés », [lire en ligne].
  6. « Commune de Saint-Martin-Lars-en-Sainte-Hermine », [lire en ligne].
  7. « Commune de Saint-Philbert-du-Pont-Charrault », [lire en ligne].
  1. « Champgillon » [lire en ligne].
  2. « La Jaudonnière » [lire en ligne].
  3. « La Réorthe » [lire en ligne].
  4. « Saint-Juire-Champgillon » [lire en ligne].
  5. « Saint-Mars-des-Prés » [lire en ligne].
  6. « Saint-Martin-Lars-en-Sainte-Hermine » [lire en ligne].
  7. « Saint-Philbert-du-Pont-Charrault » [lire en ligne].
  • Autres références
  1. « Suite des décrets sur la division du royaume », dans Collection générale des décrets rendus par l’Assemblée nationale, vol. 2, t. 11, Paris, Chez Baudouin, (lire en ligne), p. 42-43.
  2. Lettres-patentes du roi sur décrets de l’Assemblée nationale des 15 janvier, 16 et 26 février 1790, qui ordonnent la division de la France en quatre-vingt-trois départements, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 42-43.
  3. a et b Louis-Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en CXX départemens, vol. I, Paris, éditions Louis-Marie Prudhomme, , 673 p. (OCLC 715881089, lire en ligne), p. 216-220.
  4. « Arrêté portant réduction des justices de paix du département de la Vendée (no 1017) », Bulletin des lois de la République française, Imprimerie nationale, no 133,‎ pluviôse an x, p. 428-432 (lire en ligne).
  5. « Loi concernant la division du territoire de la République et l’administration (no 115) », Bulletin des lois de la République française, Imprimerie nationale, no 17,‎ brumaire an ix, p. 89-90 (lire en ligne).
  6. Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), Répertoire géographique des communes, 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]