Canton de Blangy-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Blangy-le-Château
Canton de Blangy-le-Château
Situation du canton dans l'arrondissement de Lisieux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement(s) Lisieux
Circonscription(s) 4e
Chef-lieu Blangy-le-Château
Code canton 14 05
Histoire de la division
Création 1790
Modification(s) 1872
Disparition 2015
Démographie
Population 7 243 hab. (2012)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Superficie 142,20 km2
Subdivisions
Communes 15

Le canton de Blangy-le-Château est une ancienne division administrative française située dans le département du Calvados et la région Basse-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton était organisé autour de Blangy-le-Château. Son altitude variait de 12 m (Manneville-la-Pipard) à 171 m (Manerbe) pour une altitude moyenne de 82 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'arrêté du 6 brumaire an X (28 octobre 1801) confirme le canton de Blangy, section de l'arrondissement de Pont-l'Évêque. Il est alors constitué de vingt-trois communes[1].

La carte cantonale est transformée par la disparition de quatre de ces communes au cours du XIXe siècle. Écorcheville est absorbé en 1827 par Le Breuil-en-Auge. Tontuil est rattaché en 1827 à Saint-Benoît-d'Hébertot. La commune des Parcs-Fontaines est réunie en 1853 à celle de Fierville-les-Parcs. Enfin Launay est partagé en 1860 entre Pont-l'Évêque, chef-lieu du canton du même nom, et Saint-Julien-sur-Calonne.

En 1872, les communes de Saint-Benoît-d'Hébertot, Saint-Julien-sur-Calonne, Pierrefitte-en-Auge et Vieux-Bourg sont détachées du canton de Blangy pour être incorporées à celui de Pont-l'Évêque. Trois ans plus tard, la commune de Blangy est rebaptisée Blangy-le-Château et le canton change également de nom.

Le décret-loi du supprime l'arrondissement de Pont-l'Évêque ; l'ensemble des cantons en dépendant, dont celui de Blangy-le-Château, est incorporé à l'arrondissement de Lisieux[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1839 Louis Nicolas Auguste
de Courdemanche (Decourdemanche)
Opposition
de gauche
[3]
Pharmacien rue Froide à Caen
1839 1862 Jean-Pierre Aubrée[4]   Banquier, ancien conseiller municipal de Pont-l'Évêque
1862 1867
(décès)
Charles François Édouard
Herbet
(1813-1867)[5]
  Ministre plénipotentiaire, membre du Conseil d'État, directeur des Consulats et des Affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères, propriétaire à Caen
1867 1873
(décès)[6]
Adrien Gillotin
(1808-1873)
  Industriel à Lisieux (fabrication de peignes à carder), propriétaire du château d'Hébertot, maire de Saint-André-d'Hébertot (1861-1873)
1873[7] 1906
(décès)[8]
Paul Duchesne-Fournet Républicain
Centre gauche
Manufacturier, maire de Norolles (1892-1904), député (1881-1885), sénateur (1894-1906)
1907 1940 Pierre Duchesne-Fournet RG
(modéré)
Industriel, maire de Norolles, député (1932-1942)
1945 1979
(démission)
Fernand Caplain DVD Maire de Saint-Philbert-des-Champs
1979 2001 Bruno Olivier de Sanderval
(petit-fils d'Aimé Olivier de Sanderval)
DVD Exploitant agricole, maire du Brévedent
2001 2015 Hubert Courseaux DVD Chef d'entreprise, maire de Bonneville-la-Louvet (1997-2014), vice-président du conseil général


Le canton participait à l'élection du député de la quatrième circonscription du Calvados.

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Blangy-le-Château comptait 7 243 habitants en 2012 (population municipale) et regroupait quinze communes :

À la suite du redécoupage des cantons pour 2015, toutes les communes à l'exception de Manerbe sont rattachées au canton de Pont-l'Évêque. Manerbe est intégré au canton de Mézidon-Canon.

Anciennes communes[modifier | modifier le code]

Les anciennes communes suivantes étaient incluses dans le canton de Blangy-le-Château[9] (voir historique ci-dessus) :

  • Écorcheville, absorbée en 1827 par Le Breuil (qui devient Le Breuil-en-Auge en 1894).
  • Les Parcs-Fontaines, absorbée en 1853 par Fierville qui prend alors le nom de Fierville-les-Parcs.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
4 7994 5054 4035 1725 7546 2986 8787 1977 243
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[10] puis population municipale à partir de 2006[11])
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglemens et avis du Conseil-d'État, Paris, A. Guyot et Scribe - Charles Béchet, 1826, tome 13, pp. 121–122 [lire en ligne (page consultée le 29 décembre 2009)]
  2. Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Droz ; Paris, Champion, 1995, p. 792
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k44268050/f1.image.r=Decourdemanche?rk=21459;2
  4. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH006/PG/FRDAFAN83_OL0067019v001.htm
  5. http://www2.culture.gouv.fr/LH/LH088/PG/FRDAFAN83_OL1290049v001.htm
  6. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62128485/f1.image.r=canton?rk=1437775;2
  7. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6222771b/f1.image.r=canton?rk=2446364;0
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6314979x/f4.item.r=canton.zoom
  9. EHESS : Des villages Cassini aux communes d'aujourd'hui (fiches des quinze communes du canton)
  10. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  11. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]