Canton d'Alençon-1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton d'Alençon-1
Canton d'Alençon-1
Situation du canton d'Alençon-1 dans le département de Orne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement(s) Alençon
Bureau centralisateur Alençon
Conseillers
départementaux
Vanessa Bournel
Jean-Claude Pavis
2015-2021
Code canton 61 02
Histoire de la division
Création 20 janvier 1982 [1]
Modification(s) 22 mars 2015[2]
Démographie
Population 16 181 hab. (2016)
Subdivisions
Communes 1 + fraction Alençon

Le canton d'Alençon 1er canton est une division administrative française située dans le département de l'Orne et la région Normandie.

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton est organisé autour d'Alençon dans l'arrondissement d'Alençon. Son altitude varie de 115 m (Saint-Céneri-le-Gérei) à 411 m (Saint-Nicolas-des-Bois) pour une altitude moyenne de 197 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien canton d'Alençon-Ouest.

Par décret du 25 février 2014, le nombre de cantons du département est divisé par deux, avec mise en application aux élections départementales de mars 2015. Le canton d'Alençon-1 est conservé et voit ses limites territoriales remaniées.

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation avant 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Jacques Frédéric d'Avout   Ancien officier d'ordonnance du prince d'Eckmühl, maire d'Alençon (1943-1835)
1836 1846 Jacques Cavalier   Propriétaire, maréchal de camp en retraite à Alençon
1846[3] 1861
(décès)
Napoléon Joseph Curial Droite Maire d'Alençon (1843-1848), député (1848-1851), sénateur (1852-1861)
1862 1871 Pierre Duchesne de La Sicotière   Avocat, sénateur (1876-1895), conseiller municipal d'Alençon
1871 1889 François-Isidore Poupet Républicain Avocat, maire d'Alençon (1872-1874, 1878-1881)
1889 1892
(décès)[4]
Ernest-André Marchand   Maire d'Alençon (1881-1892)
1892[5] 1901 Albert Chambay Républicain Docteur en médecine, maire d'Alençon (1892-1904)
1901 1937 Paul Romet Nationaliste
URD
Négociant à Alençon
1937 1940 René Romet URD Négociant, maire de Saint-Nicolas-des-Bois, nommé conseiller départemental en 1943[6]
1945 1970 Émile Janvier RPF puis RS puis
UNR puis UDR
Minotier, député (1960-1962), maire de Saint-Denis-sur-Sarthon
1970 1982 M. Barbe DVD  
1982 1988 André Artois UDF-CDS Adjoint au maire d'Alençon
1988 2012
(démission)
Joaquim Pueyo PS Retraité de la fonction publique, maire de Livaie (1983-2008), puis d'Alençon depuis 2008, président de la communauté urbaine d'Alençon, député depuis 2012
2012 2015 Léone Besnard PS Assistante de service social, conseillère régionale, adjointe au maire de Saint-Germain-du-Corbéis (2008-2012)

Le canton participe à l'élection du député de la première circonscription de l'Orne.

Représentation après 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Vanessa Bournel   PS Professeure de physique-chimie à Mamers
2015 en cours Jean-Claude Pavis   PS Retraité de l'Éducation nationale, ancien conseiller général du Canton d'Alençon-2 (1988-2001) puis du canton d'Alençon-3 (2009-2015)

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Vanessa Bournel et Jean-Claude Pavis (PS, 35,65 %) et Bertrand Deniaud et Françoise Mornet (Union de la Droite, 34,73 %). Le taux de participation est de 50,85 % (5 554 votants sur 10 922 inscrits)[7] contre 54,04 % au niveau départemental[8] et 50,17 % au niveau national[9].

Au second tour, Vanessa Bournel et Jean-Claude Pavis (PS) sont élus avec 50,27 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 49,97 % (2 490 voix pour 5 458 votants et 10 922 inscrits)[10].

Composition[modifier | modifier le code]

Composition avant 2015[modifier | modifier le code]

Situation du canton dans l'arrondissement d'Alençon (hors Alençon).

Le canton d'Alençon-1 comptait 19 294 habitants en 2012 (population municipale) et regroupait dix-sept communes, dont une partie d'Alençon :

Ce canton comprenait la portion de territoire de la ville d'Alençon située à l'ouest d'une ligne déterminée par « l'axe des voies ci-après : rue de Bretagne, rue aux Sieurs, Grande-Rue (section comprise entre la rue de la Sarthe et la rue du Pont-Neuf) » et « par la Sarthe[11]. »

À la suite du redécoupage des cantons pour 2015, toutes les communes à l'exception d'Alençon et Saint-Germain-du-Corbéis sont rattachées au canton de Damigny. La commune de Saint-Germain-du-Corbéis et le secteur à l'est de l'avenue de Koutiala et de la rue Candie de la partie alençonnaise de ce canton sont intégrées au canton d'Alençon-2 ; la partie alençonnaise à l'ouest desdites voies est à nouveau intégrée au canton d'Alençon-1.

Ancienne commune[modifier | modifier le code]

La commune du Froust, absorbée en 1821 par Saint-Nicolas-des-Bois, était la seule commune supprimée, depuis la création des communes sous la Révolution, incluse dans l'ancien territoire du canton d'Alençon-1[12].

Composition depuis 2015[modifier | modifier le code]

Le nouveau canton d'Alençon-1 comprend une commune entière et une fraction de la commune d'Alençon[2] :

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Alençon
(chef-lieu)
61001 CU d'Alençon Fraction : 15 013 (2014)
Commune : 26 129 (2016)
Cerisé 61077 CU d'Alençon 859 (2016)

La partie de la commune d'Alençon intégrée dans le canton est celle située au nord d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune de Saint-Germain-du-Corbéis, avenue de Koutiala, rue de Guerame, place Candie, rue Candie, rond-point, rue Antoine-Jullien, place du Commandant-Daniel-Desmeulles, cours Georges-Clemenceau, Grande-Rue, rue du Pont-Neuf, cours de la Sarthe, boulevard de la République, rue de la Fuie-des-Vignes, ligne de chemin de fer, cours de la Sarthe, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Saint-Paterne.

Démographie[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2011, le 1er canton d'Alençon était le canton le plus peuplé du département de l'Orne.

           Évolution de la population (ancien territoire)  [modifier]
1982 1990 1999 2006 2011 2012
-18 76219 41319 17319 38219 294
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[13] puis population municipale à partir de 2006[14])
Histogramme de l'évolution démographique


En 2016, le canton comptait 16 181 habitants[Note 1].

Évolution de la population (nouveau territoire)  [ modifier ]
2015 2016
16 09316 181
(Sources : Base Insee, population municipale à partir de 2015[15].)


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autre canton d'Alençon :

Ancien canton d'Alençon :

Liens externes[modifier | modifier le code]