Cannes La Bocca Industries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cannes La Bocca Industries (CLBI) est une ancienne société de construction de locomotives et autres matériels roulants puis de rénovation ferroviaire dont le siège social se trouvait 175 avenue Francis-Tonner à Cannes dans le quartier de La Bocca[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1919, la Société des Aciéries du Nord crée à La Bocca des ateliers consacrés à la réparation de matériels ferroviaires. L’entreprise se spécialise entre 1962 et 1974 dans l’entretien des wagons postaux des PTT et des voitures voyageurs de la SNCF.

Devenue la CLBI (Cannes La Bocca Industries) en 1974, l'entreprise obtient le marché de l'entretien des trains Corail[2]. La société procède pour la RATP à la rénovation entre 1989 et 1992 de vingt-deux des cinquante-deux rames du MP 59 (Metro Pneu appel d'offre 1959) de la ligne 1 du métro de Paris et de trente-neuf voitures du MP 55 de la ligne 4 affectées à la ligne 11 entre 1994 et 1995. Entre 1998 et 2002 la CLBI participe à la rénovation des rames du MP 73 des lignes 4 et 11. L'entreprise participe également à la restauration des tramways de Toulouse et de Lyon, du Train des merveilles et du Lovers rail (nl) (Pays-Bas)[2]

En 2005 l'entreprise CLBI est mise en redressement judiciaire et, reprise en 2006, devient STP (Système Transport Production). Elle poursuit, avec 280 salariés, la rénovation des trains Corail et entreprend celle des automotrices Z2 du TER et celle des rames MF 77 de la ligne 13 du métro parisien en cotraitance avec la Société italienne Ansaldobreda[2].

Rachetée en 2009 par AnsaldoBreda, la société ferme en 2012 en licenciant les cent-vingt derniers salariés[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cannes La Bocca Industries CLBI », societe.com
  2. a, b et c « STP : une entreprise sur les rails. Des Aciéries du Nord à STP », Cannes Soleil n° 68, p. 16 et 17, cannes.com
  3. « Vif échange sur AnsaldoBreda au Conseil municipal de Cannes », Gaëtan Peyrebesse, Nice-Matin, 25 septembre 2012, nicematin.com