Loup mongol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Canis lupus chanco)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loup de Mongolie.

Le  loup mongol (Canis lupus chanco) est une sous-espèce du loup gris, originaire de Mongolie, du nord et du centre de la Chine, de la Corée, et de la région de l'Oussouri en Russie.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le loup mongol a été décrit la première fois par John Edward Gray en 1863, sous le nom de Canis chanco. Gray base sa description sur la peau d'un loup qui avait été touché par le lieutenant W. P. Hodnell dans la Tartarie chinoise[1],[2]. Par la suite, cette peau a été offerte par Dame A. Harvey au British Museum , où elle avait été nommée chanco sur demande du Dr Gray[1]. Le mot commun mongol pour le loup est chono[3]George Jackson Mivart classe ce loup comme Canis lupus chanco, en 1880, en se basant sur l'examen de l'échantillon par Gray. En 1923, le zoologiste Japonais Yoshio Abe propose de séparer les loups de la Péninsule coréenne de C. chanco, l'espèce distincte C. coreanus, en raison de leur museau relativement plus étroit[4]. Cette distinction a été contestée par Reginald Innes Pocock, qui a décrit le loup coréen comme étant une variante régionale de C. chanco[5],[6]. Dans la troisième édition des Mammal Species of the World, publiée en 2005, W. Christopher Wozencraft répertorie parmi les loups (Canis lupus) les taxons synonymes de la sous-espèce Canis lupus chanco. Wozencraft classe C. coreanus (Abe, 1923) comme l'un de ces synonymes[7].

Il reste une confusion taxonomique à propos du loup mongol. En 1941, Pocock avait classé le loup tibétain comme C. l. laniger, le considérant comme un synonyme de C. l. chanco[6]. Cependant, Wozencraft inclus C. l. laniger comme synonyme de C. l. filchneri Matschie (1907)[7]. Quelques chercheurs se réfèrent encore à la classification du loup tibétain établie par Pocock comme équivalent de C. l. chanco, ce qui a causé une confusion taxonomique. Le NCBI/Genbank classe C. l. chanco[8] comme étant le loup mongol et sépare C. l. laniger[9] comme étant le loup tibétain. La plupart des travaux académiques font référence à C. l. chanco comme étant le loup mongol[10], [11] ,[12] ,[13].

Description[modifier | modifier le code]

Loup mongol dans la neige fraîche

Gray décrit son spécimen-type comme suit[2]

« La fourrure fauve, plus longue sur le dos, rigide, avec un mélange de poils noirs et gris ; la gorge, la poitrine, le ventre et l'intérieur des pattes sont d'un blanc pur; la tête est gris brun pâle; le front grisonnant avec de courts poils noir et gris. Hab. Tartarie chinoise. Appelé Chanco. Le crâne est très similaire, et a la même dentition que le loup Européen (C. lupus). L'animal est très semblable au loup commun, mais plus court sur pattes ; les oreilles, les flancs, et l'extérieur des membres sont couverts de poils courts de couleur fauve. La longueur de la tête et du corps est de 42 pouces (110 cm) ; la queue de 15 pouces (38 cm) »

L'éminent zoologiste russe, Vladimir Gueorguievitch Heptner, décrit le loup mongol de l'Oussouri comme suit[13] :

« Les dimensions ne sont pas grandes – comme C. l. desertorum, ou un peu plus grandes, mais nettement plus petites que chez le loup sibérien. La coloration est d'un gris sale, givré, avec un léger mélange de couleur ocre et sans tons jaunes pâles ou marrons. La fourrure est grossière et rigide. La longueur totale du corps des mâles est de 93 cm (36,614173191 po)158 cm (62,204724346 po) ; la longueur de la queue de 30 cm (11,81102361 po)40 cm (15,74803148 po); la longueur de la patte 16 cm (6,299212592 po)24 cm (9,448818888 po) ; la hauteur de l'oreille 10 cm (3,93700787 po)14,5 cm (5,7086614115 po) ; la hauteur de l'épaule 58 cm (22,834645646 po)89 cm (35,039370043 po) ; et le poids de 26 kg (57,3201876 lb)37 kg (81,5710362 lb). La longueur totale du corps des femelles est de 90 cm (35,43307083 po)109 cm (42,913385783 po) ; la longueur de la queue 30 cm (11,81102361 po)40 cm (15,74803148 po) ; la longueur de la patte16 cm (6,299212592 po)23 cm (9,055118101 po) ; la hauteur de l'oreille 9,5 cm (3,7401574765 po)13 cm (5,118110231 po) ; la hauteur de l'épaule 57 cm (22,440944859 po)75 cm (29,527559025 po) ; le poids de 22 kg (48,5016972 lb)30 kg (66,138678 lb) »

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le loup de Mongolie est un animal carnivore. Lorsqu'il est en meute, il peut s'attaquer à de très grosses proies comme des gazelles à goitre, cerfs élaphe ou moutons, mais ne s'attaque généralement qu'à des individus faibles, malades ou blessés. Il se contente aussi bien des petites proies comme des tamias, pikas ou marmottes.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Loup mongol au zoo de Tennoji (Osaka, Japon)

L'aire de répartition de C. l. chanco comprend la Mongolie[1], le nord et le centre de la Chine[14],[15], la Corée[4], et la région d'Oussouri en Russie, d'où ils ont colonisé le nord de la Chine plus récemment, en raison de l'établissement humain et du retrait de leurs concurrents les tigres[13]. Leur aire est limitée à l'Est par les montagnes de l'Altaï/Tien shan au-delà desquelles se trouvent des C. l. lupus[14], et au Sud par le plateau Tibétain avec C. l. filchneri, et dans le sud de la Chine par une autre espèce de loup[14],[15].

Les auteurs de synonyme taxonomiques ont décrit leurs spécimens sous les noms suivants : chanco (Gray, 1863) Tartarie chinoise ; coreanus (Abe, 1923) Corée ; karanorensis (Matschie, 1907) Kara-nor dans le désert de Gobi ; et tschillensis (Matschie, 1907) côte du Chihli[6].

Relation avec les humains[modifier | modifier le code]

En Mongolie, le loup est considéré comme un esprit animal, alors que le chien est considéré comme un membre de la famille. Les Mongols n'ont pas peur du loup et comprennent qu'il a peur de l'Homme. Il est parfois appelé l'« assassin de moutons ». Selon une la légende, le premier père des éleveurs mongols était un loup dont ils descendent tous, et pourtant, ils est nécessaire pour eux de tuer des loups pour protéger leurs troupeaux de moutons[3]. Certains éleveurs mongols reconnaissent que le loup ne tue que des animaux faibles, préservant ainsi la santé de leurs troupeaux. Dans les traditions des Mongols nomades, ils le surnomment « le médecin des moutons »[16].

La fourrure du loup de Mongolie fait l'objet de nombreuses utilisations[17].

Un article de presse affirme qu'en 1928, en Corée japonaise, les loups ont fait plus de victimes humaines que les tigres, les léopards, les ours et les sangliers réunis[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Canis lupus var. chanco Mivart », Monograph of Canidae,‎ , p. 8, pi. 3 (lire en ligne).
  2. a et b (en) John Edward Gray, « Notice of the Chanco or Golden Wolf (Canis chanco) from Chinese Tartary », Proceedings of the Zoological Society of London, vol. 94,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) Natasha Fijn, Living with Herds: Human-Animal Coexistence in Mongolia, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 208.
  4. a et b (en) Abe Yoshio, « Nukutei ni tisuit (On Nuketei) », Dobutsugaku zasshi, vol. 35,‎ , p. 320-86.
  5. Brett Walker, The Lost Wolves of Japan, University of Washington Press, Seattle, (ISBN 9780295988146, lire en ligne)
  6. a, b et c (en) R. I. Pocock, « Canis lupus chanco », dans Fauna of British India: Mammals, vol. 2, Londres, Taylor and Francis, (lire en ligne), p. 86–90.
  7. a et b (en) W. Christopher Wozencraft, Mammal Species of the World, (lire en ligne), p. 575–577.
  8. « Canis lupus chanco ».
  9. (en) « Canis lupus laniger »
  10. L Chen, HH Zhang, JZ Ma, The mitochondrial genome of the Mongolian wolf Canis lupus chanco and a phylogenetic analysis of Canis. Acta Ecologica Sinica, 2010
  11. Honghai Zhang et Lei Chen, « The complete mitochondrial genome of dhole Cuon alpinus: Phylogenetic analysis and dating evolutionary divergence within canidae », Molecular Biology Reports, vol. 38, no 3,‎ , p. 1651 (PMID 20859694, DOI 10.1007/s11033-010-0276-y)
  12. Elsevier's Dictionary of Mammals, Elsevier, , 840–857 p. (lire en ligne)
  13. a, b et c Heptner, V.G. and Naumov, N.P. (1998). Mammals of the Soviet Union Vol.II Part 1a, SIRENIA AND CARNIVORA (Sea cows; Wolves and Bears), Science Publishers, Inc. USA., pp. 164-270, (ISBN 1-886106-81-9).
  14. a, b et c A Guide to the Mammals of China, Princeton University press, , 416–418 p. (ISBN 978-0691099842, lire en ligne).
  15. a et b Yingxiang Wang, A Complete Checklist of Mammal Species and Subspecies in China (A Taxonomic and Geographic Reference), China Forestry Publishing House, Beijing, China, (ISBN 7503831316).
  16. The Global Family : Les loups de Mongolie, documentaire de Stuart Beecroft, réalisé par Muriel Jackson, coproduit par TVOntario et NHK Enterprises, 1994. Diffusé le 1er juillet 1998 sur La Cinquième.
  17. Référence UICN : espèce num {{{1}}} (en).
  18. Neff, R. (2007). Devils in the Darkness: Korea’s Gray Wolves. OhmyNews, 23 May 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :