Canicross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le canicross [1](ou cani-cross ou canicourse) est un sport athlétique qui associe un coureur à pied et son chien, reliés entre eux pour effectuer le même effort physique.

Il a pour origine une idée originale d'un jeune vétérinaire lyonnais à la fin des années 1980, Gilles Pernoud, s'inspirant du ski-joering pratiqué dans les pays nordiques, Il est progressivement devenu un sport à part entière qui peut être pratiqué comme un simple loisir ou en compétition. Il attire de plus en plus d'athlètes venant de la course à pied[réf. nécessaire],ou encore des cyclistes et triathlètes.

Le canicross permet d’avoir une bonne hygiène de vie, apporte de meilleures conditions de vie au chien comme au coureur, et permet de développer l’esprit d’équipe. Ce sport permet de mincir, de se muscler, d’améliorer la capacité respiratoire, de créer une complicité avec le chien, de déstresser et de se vider la tête.[2]

Le matériel[modifier | modifier le code]

Le matériel réglementaire qui se trouve être aussi le matériel idéal à la fois pour le confort du maître que pour celui du chien se compose de 3 parties :

  • Le harnais : il permet au chien d'être à l'aise dans ses mouvements et sa respiration n'est pas gênée pendant l'activité. Adapté à sa taille et ajusté au mieux, il lui permet de se mettre en traction en utilisant tout le poids de son corps et en particulier son torse.
  • La ligne de trait amortie : elle relie le chien au maître via un élastique qui permet d'amortir les chocs. Elle est généralement d'une longueur de 2 mètres lorsqu'elle est tendue, pour le canicross et la canimarche et de 2,50 mètres pour le caniVTT.
  • La ceinture ou le baudrier "spécial canicross" : le maître peut porter au choix une ceinture ou un baudrier, qui est moins traumatisant pour le dos et qui ne bouge pas pendant l'effort, sur lequel est attachée la ligne de trait.

Pour le confort et la santé du chien, les colliers semi-étrangleurs, étrangleurs et/ou à pointes sont interdits.

Quel que soit l'équipement utilisé, le chien doit toujours être tenu à l'attache. Sauf dans certaines zones dites "free-dog", définies par un panneau de début et de fin, où le chien peut être laché. Ce sont en général des zones dangereuses ou peu praticables...

Pour pratiquer en compétition, le matériel doit respecter les règlements des différentes fédérations.

La discipline[modifier | modifier le code]

La discipline sportive est ouverte à tous (personnes licenciées ou non) et aux chiens de toutes tailles et de toutes races (LOF ou non).

One of Akna K9 Academy' runners with a CSv Wolfdog cross also owned by Akna K9 Academy.jpg

De nombreux clubs proposent des entraînements en loisir. La discipline peut se pratiquer en toute saison ; sur neige, cela s'appelle un canicross blanc.

Pour participer à une compétition de canicross il est important d’avoir un chien un minimum éduqué et sociable pour ne mettre aucun chien en danger.[3]

Pour que le canicross soit agréable, il faut bien évidemment faire des pauses pour laisser le chien se reposer mais aussi qu’il réponde à certains ordres de base comme, par exemple, les directions et les différentes variations d’allure.[4]

En compétition[modifier | modifier le code]

Un contrôle vétérinaire a lieu le jour de l’épreuve (vaccins obligatoires, tatouage ou puce électronique, bon état de santé, chaleurs, etc.).

Aucun niveau minimum n'est requis pour le maître (sauf un certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive de compétition). Le parcours varie de 1,5 à 9 km selon les conditions météorologiques, le type de parcours, la catégorie et le pays ou le type de compétition.

Pendant la course, le chien doit en permanence être devant, la limite maximale autorisée pour le coureur étant la hauteur des épaules de l’animal. Il est interdit de tirer le chien sauf pour le remettre dans le sens de la course.

En compétition FSLC il existe plusieurs catégories qui s’adaptent à l’age et donc aux capacités des coureurs.

Les BABY (« Baby ») sont les enfants jusqu’à 6 ans, ils ne courent généralement pas plus de 50 à 100m, ils courent en double longe avec un adulte. Les Enfants 1 (« CF(H)E1 ») sont les enfants de 7 à 10 ans, ils courent 1km au maximum, aussi en double longe avec un adulte. Les Enfants 2 (« CF(H)E2 ») sont les enfants de 11 à 14 ans, ils courent 2km au maximum. Les JUNIOR (« CF(H)J ») sont les jeunes de 15 à 18 ans. Les SENIOR (« CF(H)S ») sont les adultes de 17 à 39 ans. Les VETERAN 1 (« CF(H)V1 ») sont les adultes de 40 à 49 ans. Les VETERAN 2 (« CF(H)V2 ») sont les adultes de 50 à 59 ans. Les VETERAN 3 (« CF(H)V3 ») sont les adultes de 60 ans et plus, toutes ces catégories ne courent généralement pas plus de 9km.[5]

pratique du canicross
Pratique du Canicross

Le Canitrail[modifier | modifier le code]

Une variante du canicross existe également en trail : le trail ou la course nature est un sport de course à pied, sur longue distance, en milieu naturel, généralement sur des chemins de terre et des sentiers de randonnée en plaine, en forêt ou en montagne.

En canitrail, les distances sont néanmoins moins longues que le trail normal (minimum 10 km maximum 20 km), mais le dénivelé est souvent important.

Les institutions[modifier | modifier le code]

L'une des épreuves phares de cette discipline à l'échelle mondiale se déroule chaque mois d'août dans les Alpes Françaises (Trophée des Montagnes). Elle voit la participation des meilleurs coureurs européens mais également la participation de concurrents d'autres continents (Amérique du Nord et du Sud) Il s'agit de l'épreuve phare de la Fédération des Sports et Loisirs Canins (FSLC) (Site : club.quomodo.com/tropheedesmontagnes/ ). Suite aux différentes modifications dans les organismes qui gèrent le canicross, une communauté inter-fédérations s'est formée pour partager la passion de ce sport. Depuis 1998, un site web, indépendant des fédérations, regroupe tous les amoureux de ce sport.

En France[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1980, la représentation nationale est assurée par la Fédération Française des Sports de Traîneau (FFST[6]) qui résulte de la fusion en 1996 de la Fédération Française du Cross Canins (FFCC) chargée des disciplines de chiens attelés hors neige des années 1980 et 1990 et de la Fédération Française des sports de Traineau et de Pulka (FFTP) chargée des disciplines de chiens attelés sur neige. La FFST est membre du Comité national olympique et sportif français (CNOSF[7]). Elle est titulaire de la Délégation ministérielle pour l'ensemble des disciplines des sports canins de traîneaux, ski-joëring et pulka, canicross, bike-joëring et autres. La FFST [6]est seule autorisée à organiser les Championnats de France, sélectionner les Équipes de France, reconnaître les titres de Champions d'Europe ou du Monde acquis lors des épreuves internationales organisées par sa fédération de tutelle, l'IFSS et d'élaborer les règlements nationaux qui régissent les disciplines du périmètre de sa Délégation. Malgré cette délégation, cette institution n'est pas reconnue par la quasi totalité des pratiquants du sport monochien, elle possède bien moins de licenciés dans les disciplines hors neige (canicross, canivtt...) que la FSLC, leader en France, soit à peine 10 % des effectifs de cette dernière...

La Fédération des Sports et Loisirs Canins (FSLC[8]) est la fédération du sport monochien de référence en France mais également en Europe, par le nombre de ses adhérents, de ses clubs et de ses épreuves. Son existence, via la Fédération Athlétique Canine - FAC fondée par des membres de la FFCC, peut se prévaloir d'une ancienneté équivalente à la FFST en ce qui concerne le monochien en France. Considérant sa très proche proximité avec la course à pied, une coopération active se met en place lors de trails. Elle possède une structure administrative et technique très active. La FSLC propose également un classement annuel "Les chiens d'or" récapitulant les performances sur les cinq meilleures courses de l'année du binôme coureur-chien. La FSLC organise un Trophée fédéral annuel regroupant la quasi totalité des meilleurs athlètes français, les titres délivrés représentent la valeur réelle du sport monochien en France. La FSLC est à l'origine du développement très important de ce sport en France ; elle organise plus d'une centaine d'épreuve par an, son développement est très important à l'image du nombre de ses clubs (une centaine en septembre 2018).

On peut aussi pratiquer le canicross par le biais des clubs CNEAC de la SCC, qui propose un Trophée annuel.

Le trophée fédéral FSLC 2018 a eu lieu à Fourmies du samedi 3 au dimanche 4 novembre 2018. Les épreuves junior se sont faites en deux parties, la première le samedi 3 novembre, l'après midi se déroulait le canicross à distance courte, c'est Zora Erard et sa chienne Naya qui ont remporté la première place et Celine Dekens avec son chien Douby qui ont remporté la 2nd place. Le dimanche 4 novembre, le matin se déroulait le canicross à distance longue, c'est Celine Dekens avec son chien Douby qui ont remporté la première place et Zora Erard avec sa chienne Naya qui ont remporté la seconde place. Au total des deux jours la première place a été attribué à Celine Dekens et son chien Douby et la seconde place a été attribuée à Zora Erard et sa chienne Naya. Ce qui leur a permis de se qualifier pour les championnats d'Europe qui auront lieu du 18 au 20 octobre 2019 en Belgique.

Hors de France[modifier | modifier le code]

En Belgique, c'est la Fédération de canicross belge (FCB-BCF), présidée par Jean-Pierre Talbot, qui a incarné le personnage de Tintin au cinéma. L'IFSS, fédération internationale de tutelle de la FFST, présente dans 37 pays à travers le monde, a dans pratiquement tous ces pays des organisations ou des sections dédiées aux disciplines monochien.

Quelques sportifs[modifier | modifier le code]

Quelques athlètes sont à retenir, dont notamment les Belges Philippe Wéry, et Robin Leyon, le Slovaque Jaroslav Jakubasek, les tchèque Sona Klikarova et Martina Stépankova (Championne du Monde 2017, Elite), les Français Anthony Lemoigne, Philippe Fournis, Vereecke Christophe, Benoît Delaplace et Jean-Philippe Deshayes (Champion du Monde 2017, Vétéran). Parmi les femmes : Anne Vanhove, Patricia Hermand, les Suisses Dominique Crettenand, Alexandre Fay, les Britanniques Ben Robinson (Champion du Monde 2017, Elite), Kim Mazzuca (Championne du Monde 2017, Vétéran), Yann Latrompette (Ski Joering et Ski Pulka).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Impact de la chaleur sur le travail du chien de canicross, Alexandre Costes, 2010[9]
  • Intérêt d'une nutrition riche en lipides chez les chiens de canicross, Pauline Savel, 2013[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Canicross -FLSC »
  2. « Equipement, actu et conseils canicross, canivtt, traineau à chien - Musher Experience », sur Equipement, actu et conseils canicross, canivtt, traineau à chien - Musher Experience (consulté le 7 avril 2019)
  3. « Toulouse Véto Agility - Le club - Accueil », sur www.toulousevetoagility.fr (consulté le 7 avril 2019)
  4. « Emmène ton chien, le guide des vacances wouafement bien », sur Emmène ton chien, le guide des vacances wouafement bien (consulté le 7 avril 2019)
  5. « Accueil », sur Fédération des Sports et Loisirs Canins (consulté le 7 avril 2019)
  6. a et b « FFST »
  7. « CNOSF »
  8. « FSLC »
  9. http://www.sudoc.fr/169273393
  10. http://www.sudoc.fr/171147154

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]