Candace Owens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Owens.
Candace Owens
Description de cette image, également commentée ci-après
Candace Owens en 2018.
Nationalité Américaine
Diplôme

Candace Owens est une commentatrice politique conservatrice américaine[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Née dans une famille afro-américaine et élevée à Stamford[4], elle est diplômée de la Stamford High School[1]. En 2007, alors qu'elle est au lycée, elle reçoit des appels racistes blessants et menaçants, qui furent ensuite géolocalisés dans une voiture où se trouvait le fils du gouverneur démocrate du Connecticut Dan Malloy[1]. Ses parents poursuivent le conseil scolaire de la ville devant un tribunal fédéral, estimant qu'il n'avait pas protégé les droits de sa fille. Elle est indemnisée à hauteur de 37 500 $[1],[5].

Elle est diplômée d'un B.A. en journalisme de l'université de Rhode Island[4]. Par la suite, elle travaille pour le magazine Vogue[1]. En 2012, elle décroche un emploi d'assistante administrative dans une société de capital-investissement[1]. En 2015, elle démissionne pour fonder le site Internet Degree180, destiné aux millennials[1]. À cette époque, elle critique le Tea Party[6].

Lutte contre le cyberharcèlement[modifier | modifier le code]

Ayant fait l'expérience du cyberharcèlement, elle travaille sur le lancement de SocialAutopsy.com en 2016, un site destiné à exposer les internautes qui se livrent à ces actes[1]. Le site demandait aux utilisateurs de prendre des captures d'écran de messages offensants et de les lui envoyer, où ils seraient ensuite classés par nom d'utilisateur[1]. Il est financé par crowdfunding sur Kickstarter. Le projet suscite immédiatement la controverse concernant la dés-anonymisation des utilisateurs d'Internet[7].

Des militants contre le cyberharcèlement lui reprochent notamment de créer une liste publique qui pourrait encourager le doxxing et le harcèlement en guise de représailles[8]. Zoë Quinn, elle-même victime d'intimidation en ligne (cf. la controverse du Gamergate), lui demande d'arrêter son projet[9]. Randi Lee Harper, de l'Online Abuse Prevention Initiative l'incite également à renoncer, estimant qu'elle ne comprenait pas complètement les enjeux du cyberharcèlement[9]. Candace Owens réagit en déclarant que son site n'était pas destiné à être une plate-forme de doxxing et que personne ne produirait de manière abusive des messages de façon anonyme, en agrégeant les noms ou les lieux de travail des harceleurs. Kickstarter suspend toutefois sa campagne de financement, et le site Web ne voit finalement pas le jour, bien que 22 000 profils avait déjà été créés selon ses affirmations[9].

Activisme conservateur[modifier | modifier le code]

En 2017, elle lance Red Pill Black, un site Web et une chaîne YouTube promouvant le conservatisme auprès du public afro-américain[10],[11].

Le 21 novembre 2017, après la victoire présidentielle de Donald Trump et à l'occasion du MAGA Rally and Expo de Rockford (Illinois), le fondateur de l'association conservatrice Turning Point USA Charlie Kirk annonce sa nomination comme directrice de l'engagement urbain de l'organisme[12].

En avril 2018, le chanteur Afro-Américain Kanye West, soutien du président, tweete : « J'aime la façon dont Candace Owens pense »[13], ce qui est accueilli avec dérision par certains fans de l'artiste[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Connecticut Post: "We were children. I wasn’t the only victim" By Amanda Cuda, 5 mars 2016.
  2. Angela Nagle, « The Lost Boys The young men of the alt-right could define American politics for a generation », The Atlantic,‎ (lire en ligne) :

    « Candace Owens, a popular young black conservative also known as Red Pill Black, has mastered new media platforms, but in service of advocating for something closer to a traditional strain of conservatism: She’s critical of the press, feminism, and open borders, but supports gay marriage »

    .
  3. (en) Mallory Shelbourne, « Trump praises conservative activist Candace Owens as a ‘very smart thinker’ », TheHill,‎ (lire en ligne).
  4. a et b « Red Pill Black (Candace Owens) on Her Journey From Left to Right (Live Interview) », The Rubin Report, .
  5. Danbury News Times: "Racist threats case filed by Stamford High student settled for $37,500" January 23, 2008
  6. Candace Owens, « News Update: The Republican Tea Party is Led by the Mad Hatter » [archive du ], Degree180, (consulté le 7 janvier 2018).
  7. (en) Jesse Singal, « The Strange Tale of Social Autopsy, the Anti-Harassment Start-up That Descended Into Gamergate Trutherism », Select All,‎ (lire en ligne).
  8. Controversial bully shaming database loses Kickstarter but will launch anyway. The Daily Dot, 15 avril 2016.
  9. a b et c New Yorker Magazine: "The Strange Tale of Social Autopsy, the Anti-Harassment Start-up That Descended Into Gamergate Trutherism" By Jesse Singal, 16 avril 2016
  10. Salon Magazine: "Candace Owens of Red Pill Black, the toxic right’s newest African-American star" by D. Watkins, 25 septembre 2017.
  11. Fox News: "Liberals sick of the alt-left are taking 'the red pill'" By Elizabeth Ames, 13 septembre 2017.
  12. Turning Point USA News: "In Liberal Illinois, TPUSA’s Charlie Kirk And Other Speakers Strike A Chord With Conservative Crowds" by Michael McGrady, 21 novembre 2017.
  13. (en) « Kanye West tweets that he likes the way far-right personality Candace Owens “thinks” », The FADER,‎ (lire en ligne).
  14. (en-US) « Kanye West Applauds Black Lives Matter Critic; Many Fans Revolt: 'This Is So Disturbing' », TheWrap,‎ 2018-04-www21 (lire en ligne).