Candace Owens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Candace Owens
Image dans Infobox.
Candace Owens en 2018.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Candace Amber Owens
Nationalité
Domicile
Formation
Université de Rhode Island
Stamford High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Militante politique, Youtubeuse, commentatrice politique, écrivaine, productrice de télévisionVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Candace Owens (prononcé en anglais : /ˈkændəs ˈoʊɪns/)[1], née le à Stamford (Connecticut), est une commentatrice politique américaine, proche de Donald Trump, et depuis 2017 affiliée au mouvement conservateur[2],[3],[4].

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Née dans une famille afro-américaine à Stamford[5], Candace Owens est diplômée de la Stamford High School[2].

Elle étudie le journalisme à l'université de Rhode Island, mais elle abandonne après trois ans à cause d'un problème avec son prêt étudiant[6]. Par la suite, elle travaille pour le magazine Vogue[2].

En 2012, elle décroche un emploi d'assistante administrative dans une société de capital-investissement[2].

En 2015, elle démissionne pour fonder le site Internet Degree180, destiné aux milléniaux[2]. À cette époque, Owens critique le Tea Party[7] et sur son site Degree180, les chroniqueurs critiquent souvent le candidat Donald Trump. Owens y a elle-même écrit peu de colonnes politiques mais en 2015, elle y a attaqué le parti des républicains (GOP) en estimant que le « Republican Tea Party… finira par mourir (paisiblement dans son sommeil, nous l'espérons) »[8]. Le site Degree180 a stoppé toute publication en décembre 2016, juste après l'élection de Donald Trump[8] qui à partir de ce moment fait d'Owens l'une de ses plus fidèles alliées.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Candace Owens et Charlie Kirk s'entretenant au Sommet de l'action étudiante 2018 organisé par Turning Point USA au Palm Beach County Convention Center à West Palm Beach en Floride.

Début 2019, trois semaines après leur rencontre, Owens se fiance à George Farmer[9], fils de Michael Farmer (membre de la Chambre des lords)[10],[9],[11]. George Farmer est un anglais diplômé de l'Université d'Oxford, trader dans le domaine de l'industrie minière et métallurgique, employé de fonds spéculatifs et ancien président de la TPUK (Turning Point UK, la branche anglaise de Turning Point USA, une association à but non lucratif américaine de type 501(c)3, créée le par Charlie Kirk avec comme mission d'« identifier, éduquer, former et organiser les étudiants à promouvoir la responsabilité budgétaire, les marchés libres et un gouvernement limité[trad 1],[12] ». Son slogan est Big Government Sucks, et elle tient une liste en ligne (Professor Watchlist) de professeurs supposés véhiculer ce que l'organisation estime être « de la propagande gauchiste » dans leurs cours[13],[9],[14],[15],[16].

Le 31 août ils se marient au Trump Winery Hotel à Charlottesville[9], Le Trump Winery (littéralement « Vignoble Trump », anciennement Kluge Estate Winery and Vineyard)[17], un manoir/Hôtel appartenant au « Domaine viticole Trump » en Virginie, le plus grand vignoble de Virginie[18] [10], acheté par Trump en avril 2011[19],[20], offert à son fils Eric Trump en 2012 et depuis exploité sous le nom Eric Trump Wine Manufacturing LLC[21],[22],[23] avec comme directeur général actuel de la cave, Kerry Hannon Woolard, un partisan de la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, conférencier invité à la Convention nationale républicaine de 2016 et à d'autres événements de la campagne de Donald Trump[24].

Points de vue[modifier | modifier le code]

À propos du cyberharcèlement[modifier | modifier le code]

En 2007, alors qu'elle est au lycée, elle reçoit des appels racistes blessants et menaçants. L'émetteur est ensuite géolocalisés dans une voiture où se trouvait le fils du gouverneur démocrate du Connecticut Dan Malloy[2]. Ses parents poursuivent le Conseil scolaire de la ville devant un tribunal fédéral, estimant qu'il n'avait pas protégé les droits de sa fille. Elle est indemnisée à hauteur de 37 500 $[2],[25]

En 2016, Owens construit un site (SocialAutopsy.com), destiné à exposer les internautes qui se livrent à de tels actes[2]. Le site demande aux utilisateurs de faire des captures d'écran de messages offensants, et de les lui envoyer, pour qu'elle les classe par nom d'utilisateur[2]. Le développement du site est financé par une campagne de financement participatif sur Kickstarter. Une controverse immédiate se fait concernant la dés-anonymisation des utilisateurs d'Internet[26].

Des militants contre le cyberharcèlement lui reprochent d'encourager ce qu'elle dénonce, par son approche combinant la délation et le Name and shame ; publier en ligne une liste de noms encouragerait le doxxing et un harcèlement de représailles, ce qui est contraire au but de la lutte contre le cyberharcèlement[27].

Zoë Quinn, co-fondatrice de Crash Override Network (réseau d'experts spécialistes de l'aide aux victimes de harcèlement en ligne)[28],[29] après avoir elle-même été longuement victime d'intimidations en ligne (Cf. la controverse du Gamergate), lui demande de stopper son projet[30].

Randi Lee Harper, de l'Online Abuse Prevention Initiative l'incite aussi à renoncer, estimant qu'elle ne comprend pas complètement les enjeux du cyberharcèlement[30].

Candace Owens répond que son site n'était pas destiné à être une plateforme de doxxing, et que personne ne produirait de manière abusive des messages anonymes en agrégeant les noms ou les lieux de travail des harceleurs. Kickstarter suspend toutefois sa campagne de financement, et le site Web ne voit finalement pas le jour, bien que, selon Owens, 22 000 profils avaient déjà été créés[30].

Militantisme conservateur[modifier | modifier le code]

Donald Trump soutient Candace Owens et réciproquement, ici à la Maison-Blanche en 2019.
C.Owens lors de la Conférence d'action politique conservatrice (CPAC, ou Conservative Political Action Conference) 2018 eu National Harbor, dans le Maryland.
C. Owens au "Sommet du leadership des jeunes femmes" 2018, manifestation organisé par Turning Point USA (organisation du Parti des républicains), au Hyatt Regency DFW Hotel à Dallas au Texas.

Connue et appréciée de l'élite républicaine new-yorkaise[31], elle lance en 2017 Red Pill Black, un site Web et une chaîne YouTube promouvant le conservatisme auprès du public afro-américain[32],[33].

En 2017, le 21 novembre, après la victoire présidentielle de Donald Trump et à l'occasion du MAGA Rally and Expo de Rockford (Illinois), le fondateur de l'organisation conservatrice Turning Point USA Charlie Kirk annonce embaucher Owens comme directrice de l'engagement urbain[34].

En mai 2019, Owens annonce son départ alors qu'elle était devenue directrice de la communication de l'organisation[35],[36].

En 2018, le chanteur afro-américain Kanye West, soutien du président Trump, tweete en avril : « J'aime la façon dont Candace Owens pense »[37], ce qui est accueilli avec dérision par certains fans de l'artiste[38].

En 2019, elle déclare en septembre que le suprémacisme blanc et le nationalisme blanc ne sont pas de véritables problèmes pour les minorités américaines ; les problèmes les plus urgents pour les États-Unis sont l'avortement, l'immigration clandestine et les attaques des démocrates contre la masculinité.

Fondation BLEXIT[modifier | modifier le code]

On reproche à Owens d'avoir volé le nom « Blexit » à un mouvement bancaire noir pré-existant.

En effet, en 2016, un premier mouvement dénommé BLEXIT a été lancé aux États-Unis par Me'Lea Connelly. Ce mouvement vise l'indépendance économique des Noirs américains en les encourageant à quitter les banques et les systèmes financiers traditionnels, qui les ont historiquement désavantagé, au profit d'investissements réorientés dans l'« économie des populations afro-américaines[39].

Selon Me'Lea Connelly, le « Blexit consiste à trouver la racine économique des systèmes oppressifs et à trouver des moyens de les sortir en créant des systèmes de remplacement qui fonctionnent réellement pour nous »[40]. Le terme BLEXIT créé par Me'La Connelly, est un mot-valise composé de « Black » et de « exit », évoquant volontairement le Brexit, terme utilisé pour décrire le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Fin 2018, Candace Owens reprend - sans autorisation - le nom BLEXIT à son compte, en créant une « fondation BLEXIT », politique et sans aucun rapport avec le vrai BLEXIT, induisant la confusion car les deux entités n'ont en réalité rien à voir. Me'La Connelly, le fondateur du Blexit original l'a menacée de poursuites judiciaires, considérant qu'« il y a trop d'enjeux, à ce stade, pour permettre à un mouvement si important d'être simplement coopté pour des acrobaties politiques »[41].

La Fondation BLEXIT d'Owens a fait campagne sur les réseaux sociaux pour encourager les Afro-Américains (et les Latinos et d'autres minorités) à abandonner le Parti démocrates pour adhérer au Parti républicain en leur promettant la liberté. Elle déclare à Fox News en 2018 que « le Blexit est la sortie des noirs du Parti démocrate », alors que selon les sondages, seuls 8 % des Noirs américains s'identifiaient comme républicains[42] et qu'ils n'avaient jamais été aussi nombreux à soutenir les démocrates (plus encore que lors de la candidature d'Hillary Clinton)[43].

En octobre 2018, en lancant sa fondation, Owens a déclaré que son « cher ami et camarade super-héros Kanye West » (rappeur ayant rencontré Donald Trump) avait créé le logo et les couleurs du Blexit. Mais le lendemain, West a vigoureusement nié avoir aucun rapport avec le BLEXIT : « Je n'ai jamais voulu aucune association avec Blexit » et « j'ai été habitué à ce qu'on répande des messages auxquels je ne crois pas »[44],[45],[46]. Après des excuses de Owens, le rapper West l'a néanmoins félicitée pour son livre How Black America can make its second escape from the Democrat plantation (« Comment l'Amérique noire peut faire sa deuxième évasion de la plantation démocrate »)[43] ; l'expression « plantation démocrate » est un terme utilisé par les conservateurs noirs, terme que le Washington Post a dénoncé comme étant manipulateur car « superficiel et anhistorique », et qui « distord l'état actuel des relations entre les démocrates et les électeurs afro-américains, et prive ces derniers de représentation, en partie parce qu'on les induit en erreur dans la comparaison historique que cette rhétorique prétend faire »[43].

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Idéologie[modifier | modifier le code]

Owens a dit qu'elle n'avait pas d'intérêt pour la politique avant 2015, mais qu'elle était auparavant identifiée comme « libérale »[47],[48].

En 2017, elle a commencé à se classer parmi les partisans conservateurs de Donald Trump[49],[50], qu'elle a même ensuite qualifié de « sauveur » de la civilisation occidentale[51].

Elle a soutenu que Trump ne s'était pas engagé dans une rhétorique nuisible aux Afro-Américains, ni proposé de politiques qui nuiraient aux Afro-Américains[52],[53].

En octobre 2018, elle a dit qu'elle n'avait jamais voté, et qu'elle n'était devenue républicaine que récemment[48].

The Guardian a décrit Owens comme « ultra-conservatrice »[53]. Le journal New York et la Columbia Journalism Review l'ont décrite comme « de droite »[54],[55]. Le Daily Beast a qualifié ses vues « d'extrême droite », et le Pacific Standard l'a décrite comme membre de « l'alt-right », bien qu'elle ait rejeté ces deux termes[52],[56].

Elle a été influencée par les écrits d'Ann Coulter, Milo Yiannopoulos, Ben Carson et Thomas Sowell[57]

Owens affirme en 2018 : « La gauche déteste l'Amérique et Trump l'aime »[58]. Comme Trump, elle tente de faire passer les démocrates pour des communistes, et affirme que la gauche « détruit tout à travers cette idéologie culturelle marxiste »[58].

Questions raciales[modifier | modifier le code]

Owens a vivement critiqué le mouvement Black Lives Matter[51],[59],[60],[61] qu'elle a décrit comme « un groupe de bambins pleurnichards, faisant semblant d'être opprimés pour attirer l'attention »[62] ; les Afro-Américains ont, selon elle, une « mentalité de victime » et elle qualifie souvent le Parti démocrate comme une « plantation » (en référence aux plantations dans lesquelles les esclaves noirs étaient exploités)[59]. Elle affirme que la gauche américaine « aime que les Noirs soient dépendants du gouvernement »[63] et que les Noirs ont subi un lavage de cerveau pour voter démocrate[64]. Selon elle, la violence policière contre les Noirs n'est pas une question de racisme[59],[62] et les meurtres de Noirs par la police sont une affaire insignifiante pour les Afro-Américains[52],[53],[58],.

Selon elle, si « Les Noirs américains ont une situation économique moins bonne que dans les années 1950 sous Jim Crow », c'est parce que « nous n'avons voté que pour un parti depuis lors »[58]. Elle a néanmoins attribué les améliorations économiques des Afro-Américains (ex : faible taux de chômage), à la présidence de Trump.

Quand on lui a demandé s'il était problématique que des groupes suprémacistes blancs, tels que le Ku Klux Klan, soutiennent Trump, Owens a répondu que l'« Antifa » est plus répandu que le KKK, ajoutant que les médias ont couvert le KKK lors de la présidence de Trump pour le blesser[65]. Lors d'une audience sur les crimes de haine en 2019, Owens a qualifié le KKK d'« organisation terroriste démocrate »[66]. Après le rassemblement Unite the Right de 2017 à Charlottesville, en Virginie, Owens a déclaré que l'inquiétude suscitée par la montée du nationalisme blanc était « stupide »[49].

En 2018, Owens a nié que les informations faisant état d'une recrudescence des crimes haineux soient vraies, affirmant que « toutes les violences de cette année sont principalement dues à des gens de gauche »[58]. Sur Facebook, elle a écrit : « Je m'identifie fièrement à un oncle Tom »[67].

Owens en 2019[modifier | modifier le code]

En avril, elle est invitée à témoigner devant le Comité judiciaire de la Chambre (United States House Committee on the Judiciary) sur la montée des crimes haineux et des suprémacistes blancs aux États-Unis.

Elle y affirme que la stratégie du Sud employée par le Parti républicain pour renforcer son appel aux électeurs racistes était un « mythe » qui « n'a jamais existé ». Cette assertion a été contestée par plusieurs historiens, qui ont déclaré que l'existence de la stratégie du Sud était bien documentée par des sources contemporaines sur le Mouvement américain des droits civiques, l'historien Kevin M. Kruse (de l'Université de Princeton), spécialiste du conservatisme moderne, qualifiant la déclaration d'Owens d'« absurdité totale »[67],[68].

En juin, elle déclare que les Afro-Américains en avaient mieux[pas clair] dans les cent premières années après l'abolition de l'esclavage qu'ils ne l'ont fait depuis[69],[70],[71] et que le « socialisme » était en faute[69].

Droits des femmes[modifier | modifier le code]

Owens s'oppose à l'avortement, qu'elle qualifie d'« outil d'extermination des bébés noirs »[57],[49].

Elle critique le féminisme[72] et a décrit le mouvement #MeToo (mouvement international contre le harcèlement et les agressions sexuelles) comme « stupide », ajoutant qu'elle « détestait » cela, estimant qu'il était fondé sur l'idée que « les femmes sont stupides, faibles et sans importance »[73],[74].

Droits LGBT[modifier | modifier le code]

Owens soutient le mariage homosexuel[3] mais (le ) s'est déclarée pour l'interdiction dans l'US Army des personnes transgenres en train de subir une chirurgie de réattribution sexuelle, sans toutefois s'opposer à la présence de personnes transgenres ayant totalement effectué leur « transition »[75].

Bien-être[modifier | modifier le code]

Owens s'oppose aux programmes d'aide sociaux, affirmant qu'ils sont un outil du Parti démocrate pour garder les Noirs américains dépendants du gouvernement[57].

Droits aux armes[modifier | modifier le code]

Owens est un membre enregistré de la National Rifle Association (NRA). Elle a faussement affirmé que la NRA a été fondée en tant qu'organisation de défense des droits civiques ayant formé les Afro-Américains à s'armer[50], alors que selon les vérificateurs de fait de PolitiFact, au contraire la NRA a été fondée par des vétérans de la guerre civile de l'Union pour améliorer l'adresse au tir des soldats[76],[77].

Immigration musulmane[modifier | modifier le code]

En 2018, Owens a affirmé que « l'Europe tombera et deviendra un continent à majorité musulmane d'ici 2050 ; ajoutant qu'il n'y a jamais eu de pays à majorité musulmane où la charia n'a pas été appliquée ». Les États-Unis seraient seront alors « forcés de sauver » les Britanniques ajoute-t-elle[78]. Selon elle, les immigrants illégaux amenés aux États-Unis devraient en être expulsés immédiatement[49].

Manifestation de soutien à Donald Trump à la Maison-Blanche[modifier | modifier le code]

Donald Trump s'adresse[79] à des supporters, invités par la fondation BLEXIT lors d'une manifestation organisée par Candace Owens devant la Maison-Blanche, le 10 octobre 2020.

Lors de la campagne électorale de réélection Trump, Candace Owens a organisé avec la fondation BLEXIT et la Maison Blanche une « protestation pacifique », devant laquelle Donald Trump a fait son premier discours public après son hospitalisation pour cause de COVID-19[80]. Trump a présenté Candace Owens comme son amie, en la citant deux fois par son prénom, et il a harangué le groupe en incitant les noirs et les hispaniques à aller voter pour lui.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « identify, educate, train, and organize students to promote fiscal responsibility, free markets and limited government »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. a b c d e f g h et i Connecticut Post: "We were children. I wasn't the only victim" By Amanda Cuda, 5 mars 2016.
  3. a et b Angela Nagle, « The Lost Boys The young men of the alt-right could define American politics for a generation », The Atlantic,‎ (lire en ligne) :

    « Candace Owens, a popular young black conservative also known as Red Pill Black, has mastered new media platforms, but in service of advocating for something closer to a traditional strain of conservatism: She's critical of the press, feminism, and open borders, but supports gay marriage »

    .
  4. (en) Mallory Shelbourne, « Trump praises conservative activist Candace Owens as a ‘very smart thinker’ », sur TheHill, (consulté le 13 janvier 2021)
  5. « Red Pill Black (Candace Owens) on Her Journey From Left to Right (Live Interview) », The Rubin Report (en), .
  6. (en) Brandy Zadrozny, « YouTube tested, Trump approved: How Candace Owens suddenly became the loudest voice on the far right », sur NBCNews, (consulté le 5 mai 2021)
  7. Candace Owens, « News Update: The Republican Tea Party is Led by the Mad Hatter » [archive du ], Degree180, (consulté le 7 janvier 2018).
  8. a et b (en-US) « Degree180: Candace Owens' Defunct Liberal-Leaning Website », sur InsideHook (consulté le 14 janvier 2021)
  9. a b c et d « Candace Owens’s Charlottesville wedding - Spectator USA », sur web.archive.org, (consulté le 13 janvier 2021)
  10. « Courting Controversy: Tatler meets George Farmer and Candace Owens - Tatler », sur web.archive.org, (consulté le 14 janvier 2021)
  11. « Candace Owens’s Charlottesville wedding - Spectator USA », sur web.archive.org, (consulté le 14 janvier 2021)
  12. (en) « About Turning Point USA » (consulté le 1er décembre 2016).
  13. (en) George Yancy, « I Am a Dangerous Professor », sur nytimes.com, (consulté le 1er décembre 2016).
  14. (en) « The Next Metals Trader Hoping to Shake Up British Politics », sur Bloomberg.com, (consulté le 14 janvier 2021)
  15. (en) Alex Spence, Mark Di Stefano, « Days After Its Disastrous British Launch, Turning Point Has Already Lost One Of Its Star Recruits », sur BuzzFeed (consulté le 14 janvier 2021)
  16. (en-GB) « The battle over Britain's newest student movement », sur BBC News, (consulté le 14 janvier 2021)
  17. (en) Morgan Brennan, « The Rise And Fall Of Patricia Kluge », sur Forbes (consulté le 14 janvier 2021)
  18. (en) « 13 Top Charlottesville Wineries to Visit », sur WTOP, (consulté le 14 janvier 2021)
  19. (en-US) Annie Gowen, « Trump buys former Kluge-owned winery », sur Washington Post, (ISSN 0190-8286, consulté le 14 janvier 2021)
  20. « Trump Winery Opens in Albemarle County », sur archive.vn, (consulté le 14 janvier 2021)
  21. « trumpwinery, notre équipe », sur www.trumpwinery.com (consulté le 14 janvier 2021)
  22. (en-US) Richard Johnson, « Donald Trump doesn’t own Trump Winery, his son does », sur Page Six, (consulté le 14 janvier 2021)
  23. April Walloga, « The trump 5: Meet the fabulous offspring of GOP presidential candidate Donald Trump », sur Business Insider (consulté le 14 janvier 2021)
  24. (en) [vidéo] « Kerry Woolard Trump Winery - Republican National Convention », ABC15 in Phoenix, 2016.
  25. (en) « Racist threats case filed by Stamford High student settled for $37,500 », News Times, .
  26. (en) Jesse Singal, « The Strange Tale of Social Autopsy, the Anti-Harassment Start-up That Descended Into Gamergate Trutherism », Select All,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2018).
  27. (en) « Controversial bully shaming database loses Kickstarter but will launch anyway », The Daily Dot, .
  28. Jessica Mendoza, « Online harassment targets strike back against abusers. Will it work? », The Christian Science Monitor,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2015).
  29. Laura Hudson, « Gamergate Target Zoe Quinn Launches Anti-Harassment Support Network », Wired, (consulté le 22 janvier 2015).
  30. a b et c (en) Jesse Singal, The Strange Tale of Social Autopsy, the Anti-Harassment Start-up That Descended Into Gamergate Trutherism, New Yorker Magazine,.
  31. « Qui est Candace Owens qui inspire la droite de la droite en France? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Huffingtonpost, .
  32. (en) D. Watkins, « Candace Owens of Red Pill Black, the toxic right's newest African-American star », Salon Magazine, .
  33. (en) Elizabeth Ames, « Fox News: Liberals sick of the alt-left are taking 'the red pill' », .
  34. (en) Michael McGrady, In Liberal Illinois, TPUSA's Charlie Kirk And Other Speakers Strike A Chord With Conservative Crowds, Turning Point USA News, .
  35. (en) Audrey McNamara, « Candace Owens Steps Down as Turning Point USA Communications Director », sur The Daily Beast, (consulté le 14 janvier 2021).
  36. « Connexion ; Instagram », sur www.instagram.com (consulté le 14 janvier 2021).
  37. (en) « Kanye West tweets that he likes the way far-right personality Candace Owens “thinks” », The FADER,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  38. (en-US) « Kanye West Applauds Black Lives Matter Critic; Many Fans Revolt: 'This Is So Disturbing' », TheWrap,‎ 2018-04-www21 (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018).
  39. (en) Morgan Simon, « Will the Real Blexit Please Stand Up? », sur Forbes (consulté le 13 janvier 2021).
  40. (en-US) « The Real 'Blexit' Founder Speaks Out After Candace Owens Used Her Nonprofit's Name for Partisan Gain », sur Atlanta Black Star, (consulté le 13 janvier 2021).
  41. (en-US) « ‘I Was Shocked:' Founder Of Original Blexit Threatens Candace Owens With Legal Action », sur NewsOne, (consulté le 13 janvier 2021).
  42. (en) Rebecca Nelson, « Candace Owens is the new face of black conservatism. But what does that really mean? », The Washington Post (consulté le 12 janvier 2021).
  43. a b et c (en-US) « Kanye West Thanks Candace Owens For ‘Democratic Plantation' Book After Their ‘Blexit' Beef », sur NewsOne, (consulté le 13 janvier 2021).
  44. (en) Avery Anapol, « Kanye West denies he designed 'Blexit' shirts: 'I've been used' », sur TheHill, (consulté le 13 janvier 2021).
  45. (en-US) Brendan Klinkenberg et Brendan Klinkenberg, « Kanye West Distances Himself From Alt-Right Provocateur Candace Owens », sur Rolling Stone, (consulté le 13 janvier 2021).
  46. (en) « What is Blexit? », sur The Week UK (consulté le 13 janvier 2021).
  47. « Turning Point USA communications director Candace Owens debates students on CSU Plaza - The Rocky Mountain Collegian », sur web.archive.org, (consulté le 13 janvier 2021).
  48. a et b (en-US) Sean Rossman, « Candace Owens' rapid rise defending two of America's most complicated men: Trump and Kanye », sur USA TODAY (consulté le 13 janvier 2021).
  49. a b c et d (en) « YouTube tested, Trump approved: How Candace Owens suddenly became the loudest voice on the far right », sur NBC News (consulté le 13 janvier 2021).
  50. a et b (en-US) « Black woman says NRA was founded to arm Black people and she's wrong », sur TheGrio, (consulté le 13 janvier 2021).
  51. a et b (en-US) Spencer Kornhaber, « What Kanye West and Shania Twain See in Donald Trump », sur The Atlantic, (consulté le 13 janvier 2021).
  52. a b et c (en) Amy Zimmerman, « Meet Candace Owens, Kanye West's Toxic Far-Right Consigliere », sur The Daily Beast, (consulté le 13 janvier 2021).
  53. a b et c (en) « Trump praises controversial pundit Candace Owens as a 'very smart thinker' », sur the Guardian, (consulté le 13 janvier 2021).
  54. (en-US) Brian Feldman, « Kanye West, Galaxy Brain », sur Intelligencer, (consulté le 13 janvier 2021).
  55. (en) « Politics meet publishing in books by Chozick, Farrow, Goldberg, Tapper », sur Columbia Journalism Review (consulté le 13 janvier 2021).
  56. (en) Hanif Abdurraqib, « Why Is Kanye West Sounding Like the Alt-Right? », sur Pacific Standard (consulté le 13 janvier 2021).
  57. a b et c (en-US) Emilie Munson, « Candace Owens: from Stamford High 'victim' to conservative firebrand », sur Connecticut Post, (consulté le 13 janvier 2021).
  58. a b c d et e John Haltiwanger, « Candace Owens says Trump will 'crack the black vote' because he loves America and 'the left hates' it », sur Business Insider (consulté le 13 janvier 2021).
  59. a b et c (en-US) « Who is Candace Owens, Kanye West's favorite new thinker? », sur The Daily Dot, (consulté le 13 janvier 2021).
  60. (en-US) Joe Coscarelli, « In Kanye West, the Right Sees Truth-Telling and a Rare A-List Ally (Published 2018) », sur The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le 13 janvier 2021).
  61. (en) P. R. Lockhart, « The ignorance of Kanye West », sur Vox, (consulté le 13 janvier 2021).
  62. a et b (en-US) Eugene Scott, « Analysis - Kanye West's embrace of a black Trump supporter not well-received », sur Washington Post (ISSN 0190-8286, consulté le 13 janvier 2021).
  63. (en) « ‘I love the way Candace Owens thinks' », sur NewsComAu, (consulté le 13 janvier 2021).
  64. (en-US) Abby Ohlheiser, « Analysis - ‘The mob can't make me not love him': How Kanye West joined the pro-Trump Internet », sur Washington Post (ISSN 0190-8286, consulté le 13 janvier 2021).
  65. (en) Will Pavia, « Interview with Candace Owens: Trump, Kanye West and me » (ISSN 0140-0460, consulté le 13 janvier 2021).
  66. (en-US) William Cummings, « Candace Owens says Democrats' hate crimes concerns are just '2020 election strategy' », sur USA Today (consulté le 13 janvier 2021).
  67. a et b (en-US) Jamil Smith, « There Were Also Serious People at That Hearing on White Nationalism », sur Rolling Stone, (consulté le 13 janvier 2021).
  68. « Candace Owens' false statement that the Southern strategy is a myth - PunditFact », sur web.archive.org, (consulté le 13 janvier 2021).
  69. a et b (en) Justin Baragona, « Candace Owens: Blacks Did Better in the First 100 Years After Slavery », sur The Daily Beast, (consulté le 13 janvier 2021).
  70. (en) « Candace Owens thinks black communities were better off in the first 100 years after slavery than now », sur Newsweek, (consulté le 13 janvier 2021).
  71. (en-US) Anna Hopkins, « Candace Owens spars with Dr. Cornel West over the impact of socialism on African-Americans », sur Fox News, (consulté le 13 janvier 2021).
  72. (en) « The Lost Boys », sur theatlantic.com, (consulté le 13 janvier 2021).
  73. (en-US) Astead W. Herndon, « Trumpism Finds a Safe Space at Conservative Women's Conference (Published 2018) », sur The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le 13 janvier 2021).
  74. (en) Will Sommer, « Conservatives Turn on Candace Owens, Kanye West's Favorite Republican », sur The Daily Beast, (consulté le 13 janvier 2021).
  75. (en) Chauncey Alcorn, « Critics call out Candace Owens' transphobic views and want Kanye West, Caitlyn Jenner to do the same », sur Mic (consulté le 13 janvier 2021).
  76. « Black Woman Defends the NRA, Claims Organization Was Founded to Arm Blacks Against the KKK », sur web.archive.org, (consulté le 13 janvier 2021).
  77. « NRA founded to fight KKK, black leader says - PolitiFact Wisconsin », sur web.archive.org, (consulté le 13 janvier 2021).
  78. John Haltiwanger, « Candace Owens rejects any connection to 'radical Islamophobic white supremacy terror overseas' after being mentioned in New Zealand terrorist's manifesto », sur Business Insider (consulté le 13 janvier 2021).
  79. (en-US) « Discours du President D. Trump lors d'une manifestation pacifique pour la loi et l'ordre », sur The White House (consulté le 12 janvier 2021).
  80. (en-US) Annie Karni et Maggie Haberman, « Trump Makes First Public Appearance Since Leaving Walter Reed », sur The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le 12 janvier 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]