Canal du taux d'intérêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le canal du taux d'intérêt est un mécanisme de politique monétaire, par lequel un changement du taux d'intérêt nominal à court terme par la Banque centrale influe sur le niveau des prix, la production et l'emploi.

Explications[modifier | modifier le code]

Bien que la banque centrale contrôle les taux d'intérêt nominaux à court terme avec le taux des fonds fédéraux, l'économie globale est principalement affecté par les taux d'intérêt réels à long terme, effectué par les banques commerciales à leurs clients. Le canal de taux d'intérêt se concentre sur la façon dont les changements de la politique des taux d'intérêts menée par la banque centrale affectent divers taux d'intérêt commerciaux, y compris Forex.

Le canal du taux d'intérêt implique qu'une augmentation du taux d'intérêt nominal à court terme conduit en premier temps à une augmentation des taux d'intérêt nominaux à long terme. Ceci est décrit par l'hypothèse d'anticipations de la structure par terme.

À son tour, cela affecte le taux d'intérêt réel et le coût du capital; L'aspect important de ce mécanisme est l'accent mis sur le taux d'intérêt réel, plutôt que sur taux d'intérêt nominal, qui affecte la consommation et les décisions d'affaires.

En conséquence, une baisse du taux d'intérêt réel à long terme réduit à la fois le coût de l'emprunt, et l'argent versé sur les dépôts rémunérés. Cela encourage les dépenses des ménages en biens durables ainsi que les investissements des sociétés. Cette hausse des investissements et des achats de biens durables augmente le niveau de la demande globale et de l'emploi. Ce mécanisme de transmission est caractérisée par le diagramme de l'expansion monétaire :

M↑ ⇒ ir↓ ⇒ I↑ ⇒ Y↑

Où M↑ représente une politique monétaire expansionniste, conduisant à une diminution du taux d'intérêt réel (ir↓), ce qui diminue le coût du capital. Cela provoque une hausse des dépenses d'investissement et  des dépenses de consommation durables I↑, ce qui conduit à une augmentation de la demande globale et une augmentation de la production Y↑<1>[1].

Implications pour la politique monétaire[modifier | modifier le code]

Le canal du taux d'intérêt joue un rôle clé dans la transmission des impulsions monétaires à l'économie réelle. La banque centrale d'un pays est, en principe, capable de déclencher expansionniste et les effets restrictifs de l'économie réelle, en faisant varier le taux des fonds fédéraux, et donc à court terme le taux d'intérêt nominal. Cependant, il est difficile d'expliquer comment, avec ce canal, une banque centrale pourrait cible relativement stable et faible taux d'inflation d'une période de temps plus longue[2].

Bien que les changements de la banque centrale de la politique de taux d'intérêt peuvent affecter des taux d'intérêt commerciaux assez rapidement, il peut y avoir un décalage significatif avant que ces changements influent sur les dépenses et l'épargne des décisions, à son tour, avoir un impact sur l'ensemble de la production[3].

Règle de Taylor[modifier | modifier le code]

Taylor dans son étude sur le canal des taux d'intérêt, montre qu'il existe des preuves empiriques concernant les effets des taux d'intérêt sur les dépenses de consommation et les investissements, ce qui rend puissant le mécanisme de transmission du taux d'intérêt[4].

La Règle de Taylor décrit les taux d'intérêt de la banque centrale comme une fonction de l'inflation, et une mesure de l'activité économique. Plus précisément, le taux des fonds fédéraux est égale à long terme taux d'intérêt réel, plus le taux actuel d'inflation, plus les coefficients multiplié par les écarts entre le réel et la cible d'inflation et les écarts entre le réel et le potentiel de production. Cette règle peut servir comme un dispositif pour les décisions de politique lorsque l'objectif de la banque centrale est de parvenir à la stabilité des prix. Par exemple, lorsque le taux d'inflation dépasse sa cible, la règle recommande une augmentation du taux d'intérêt[5].

Critiques[modifier | modifier le code]

En dépit de la règle de Taylor, certains chercheurs, Bernanke et Gertler, par exemple, ont rencontré des difficultés dans leurs études empiriques à identifier les effets des taux d'intérêt à travers le coût du capital. Un autre problème que les économistes rencontrent est l'hypothèse que la politique monétaire a sa plus forte influence sur les taux à court terme, tels que le taux des fonds fédéraux. Puisque ce taux est un taux au jour le jour, la politique monétaire a un impact relativement faible sur le taux réel à long terme et sur les achats durables des actifs. Enfin, ce mécanisme néglige les activités de crédit du système bancaire.

Cette lacune a stimulé d'autres mécanismes de transmission de la politique monétaire, en particulier le canal du crédit. Ce canal ne doit pas être considéré comme une alternative unique au mécanisme du taux d'intérêt, mais plutôt comme un ensemble de facteurs qui renforcent et transmettent les effets de taux d'intérêt[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frederic Mishkin, « The Channels of Monetary Transmission: Lessons for Monetary Policy », University of Cambridge, National Bureau of Economic Research,‎ (lire en ligne)
  2. Peter Bofinger, Julian Reischle et Andrea Schächter, Monetary Policy : Goals, Institutions, Strategies, and Instruments, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-166484-7 et 0191664847, OCLC 812178358, lire en ligne)
  3. Christopher Baum, Mustafa Caglayan et Neslihan Ozkan, « The Role of uncertainty in the transmission of monetary policy effects on bank lending* », The Manchester School, vol. 81, no 2,‎ , p. 202–225 (ISSN 1463-6786, DOI 10.1111/j.1467-9957.2011.02274.x, lire en ligne)
  4. Frederic Mishkin, « The Channels of Monetary Transmission: Lessons for Monetary Policy », National Bureau of Economic Research,‎ (lire en ligne)
  5. Nicholas Apergis, Stephen M. Miller et Effrosyni Alevizopoulou, « The Bank Lending Channel and Monetary Policy Rules for European Banks: Further Extensions », SSRN Electronic Journal,‎ (ISSN 1556-5068, DOI 10.2139/ssrn.2121819, lire en ligne)
  6. (en) Ben S Bernanke et Mark Gertler, « Inside the Black Box: The Credit Channel of Monetary Policy Transmission », Journal of Economic Perspectives, vol. 9, no 4,‎ , p. 27–48 (ISSN 0895-3309, DOI 10.1257/jep.9.4.27, lire en ligne, consulté le 31 mai 2018)