Canal de la Haute-Saône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canal de la Haute-Saône
Canal de Montbéliard à la Haute-Saône
Illustration.
Le canal d'alimentation.
Géographie
Pays France
Coordonnées 47° 35′ 51″ N, 6° 51′ 23″ E
Début Canal du Rhône au Rhin à Fesches-le-Châtel
Fin Botans
Caractéristiques
Longueur 23 km
Gabarit Freycinet sur 12,5 km
Infrastructures
Écluses 14
Histoire
Année début travaux 1882
Année d'ouverture 1926

Le canal de la Haute-Saône, encore appelé canal de Montbéliard à la Haute-Saône, est une voie navigable qui débute dans le nord du département du Doubs, traverse la partie sud-ouest du Territoire de Belfort et dont un tronçon, inachevé, est situé dans la partie est de la Haute-Saône.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est après la perte de l'Alsace en 1871 que le gouvernement de la Troisième République décida en 1878 la construction de canaux dans l'Est de la France pour permettre la circulation des marchandises, et en particulier des produits sidérurgiques lorrains vers la Franche-Comté, entre la région de Nancy et celles de Bourgogne et de Franche-Comté. Un des premiers chantiers concerna la réalisation du canal de l'Est qui débuta vers 1875 et achevé en 1887, puis celle du canal de la Haute-Saône qui devait relier la partie restée française du canal du Rhône au Rhin au Canal de l'Est. Le but était aussi de desservir les houillères de Ronchamp et permettre d'évacuer le charbon produit dans ses puits.

En 1881 le projet est en grande partie défini et reçoit l'approbation de l'Administration. Les premiers coups de pioches sont donnés en 1882 mais les difficultés rencontrées lors du percement des tunnels de Châlonvillars et de celui du Chérimont, le volume de déblais énorme, dû aux tranchées profondes et aux remblais importants, firent que le budget initial s'avéra sous-évalué. Des crédits supplémentaires suffisants tardant à venir, le chantier traîna en longueur et l'achèvement ne put avoir lieu avant la fin de la Première Guerre mondiale qui rendit l'Alsace et ses voies navigables à la France. L'utilité du canal n'étant plus établie, l'ensemble du projet fut remis en question et seul le tronçon (12,5 km) reliant le canal du Rhône au Rhin au port de Botans fut achevé et mis en eau en 1926. Ce port, géré par la Chambre de Commerce et d'Industrie, a servi jusque dans les années 1970 comme port charbonnier pour Belfort. Actuellement, seuls de rares bateaux de plaisance l'utilisent encore mais ses rives sont un lieu de promenade apprécié par les habitants de l'aire urbaine Belfort-Montbéliard : c'est la Coulée Verte du canal qui permet aux randonneurs et cyclistes de se rendre de l'écluse située entre Essert et Châlonvillars (Haute-Saône) au parc du Près-la-Rose à Montbéliard (Doubs).

Le bassin de Champagney constituait initialement la réserve d'eau (13 millions de m³) pour la régulation du niveau de l'eau dans le canal. Actuellement, il constitue un lac très apprécié des pêcheurs et baigneurs locaux.

Trajet[modifier | modifier le code]

On peut distinguer trois parties : le projet, la partie partiellement réalisée entre Ronchamp et Botans et le tronçon mis en service de Botans à Fesches-le-Châtel.

Le projet[modifier | modifier le code]

Le but était de relier le canal du Rhône au Rhin à la Saône, deux options ont été envisagées :

La seconde option a été retenue. De la Saône canalisée à Ronchamp, le canal devait traverser les principales localités suivantes :

Plan montrant le réseau de voies ferrées entre les puits de Ronchamp et le passage du canal.
Plan du réseau des houillères et du projet de canal à Ronchamp.

De Ronchamp à Botans[modifier | modifier le code]

  • Châlonvillars tunnel de La Forêt (640 m), écluse et maison d'éclusier
  • Essert pont-canal, pont routier dans le centre du village. Le canal a été busé en deux endroits (à proximité du terrain de football pour supprimer une fuite extérieure en 2016, et à proximité du lotissement du château pour élargir le pont).
  • Bavilliers pont-canal, écluses et ponts routiers
  • Froideval pont métallique de la voie ferrée
  • Botans port

De Botans à Fesches-le-Châtel[modifier | modifier le code]

Partie réalisée[modifier | modifier le code]

La longueur de la partie réalisée est de 23 km et elle comprend :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Lanoire M p 664-669

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Klinger, Le bassin de Champagney & le canal de la Haute-Saône, Franche-Comté édition, (ISBN 2-915402-10-8). 
  • Lanoir M, Le canal de Montbéliard à la Haute Saône, Annales de Géographie, (ISBN 2-915402-10-8, lire en ligne).