Camtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

CAMTEL

Description de l'image  logo_Camtel.jpg.
Création 1998
Dates clés 2005, lancement du CT-Phone
Personnages clés David Nkoto Emane (DG)
Forme juridique SA
Siège social Yaoundé - Drapeau du Cameroun Cameroun
Actionnaires État camerounais (51 %)SNI (49 %)
Activité Télécom
Produits Téléphone fixe, téléphone mobile CDMA, Internet (RTC et ADSL), LS
Site web http://www.camtel.cm/

Camtel (acronyme de Cameroon Telecommunication) est l'opérateur public de téléphonie du Cameroun. L'entreprise est en voie de privatisation depuis 1998, l'État Camerounais souhaitant céder 51 % de sa participation

Histoire[modifier | modifier le code]

Camtel est née en 1998 de la transformation de la direction des télécommunications (Ministère des postes et télécommunications) en société anonyme à laquelle s'ajouta l'entreprise publique Intelcam, alors responsable des communications téléphoniques internationales. La filiale de téléphonie mobile, Camtel-Mobil, fut vendue à l'opérateur de télécommunication MTN en février 2000.

Ces changements sont intervenus lors de la libéralisation du secteur des télécommunications au Cameroun. L'étape suivante aurait dû être la privatisation de la société Camtel, qui n'a pu être réalisée faute d'investisseurs. En effet, la société ne bénéficiait pas de licence GSM, principal attrait des investisseurs du secteur de la téléphonie à cette époque.

En 2005, la société a lancé le service de téléphonie Mobile CT-Phone, basée sur la technologie CDMA. Le matériel nécessaire au démarrage du service a fait l'objet d'un don de la république populaire de Chine.

Produits[modifier | modifier le code]

L'entreprise exploite les produits suivants (2006) :

  • Téléphone fixe : environ 110 000 lignes
  • CT-Phone : environ 155 000 lignes (sur 2 000 000 de lignes mobiles)
  • ADSL
  • Liaisons spécialisées.
  • cartes prépayées (Easy recharge; Easy call, e@sy net)

Santé financière[modifier | modifier le code]

Camtel est pénalisée par les défaut de paiement de l'État camerounais qui lui devrait environ 70 milliards de Francs CFA (plus de 100 millions d'euros) en 2005.

En 2001, le MINEFI estimait la société à 102 milliards de Francs CFA (155 millions d'Euros)[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]