Camille de La Forgue de Bellegarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Camille de La Forgue de Bellegarde
Fonction
Écuyer en chef du Cadre noir
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Militaire, cavalierVoir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Grade militaire
Général de brigade (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Commandement
Distinctions
Commandeur de la Légion d'honneur‎
Médaille de bronze olympique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marie Camille Armand de La Forgue de Bellegarde, né le à Gap et mort le à Cellettes, est un cavalier et général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Admis à l'école militaire de Saint-Cyr en 1860 dans la promotion du Céleste Empire, il opte pour la cavalerie à sa sortie. Spécialiste talentueux de l'équitation, il est employé comme lieutenant-écuyer à l'école militaire de Saint-Cyr en 1871, puis comme capitaine-écuyer à l'École de cavalerie de Saumur en 1872. Passé écuyer-adjoint à l'École d'application de l'État-major en 1875, il rejoint l'École militaire supérieure comme écuyer à partir de 1878.

Promu chef d'escadron, il est nommé instructeur en chef d'équitation de l'École de cavalerie de Saumur en 1881 et occupe ce poste jusqu'en 1887. Il prend alors le commandement du 2e régiment de hussards jusque 1894. Élevé au grade de général de brigade le 9 octobre 1896, il conclut sa carrière militaire en exerçant les fonctions d'inspecteur général des remontes. Il est nommé commandeur de la Légion d'honneur en 1903.

Il est médaillé de bronze olympique d'équitation en saut en longueur aux Jeux olympiques d'été de 1900 organisés à Paris[1].

Il est inhumé au Cimetière de Blois-Ville à Blois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Richard, « Les Dieux de l'Olympe », sur www.lanouvellerepublique.fr, La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le 15 janvier 2012)

Sources[modifier | modifier le code]