Camille Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camille Paris
Archéologue
Image illustrative de l’article Camille Paris
Présentation
Naissance
Paris
Décès (à 51 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Activité de recherche
Autres activités Fonctionnaire, écrivain, explorateur

Camille Paris, né le à Lunéville et mort en 1908, est un fonctionnaire de l'administration coloniale française, il participe à la campagne du Tonkin en 1884-85, puis à la construction d'une ligne télégraphique en Annam de 1885 à 1889. Il cultive le café. De plus, Camille Paris s'adonne activement à la cartographie, à l'archéologie et à l'ethnologie.

Il a établi des cartes et des plans du Vietnam. Mais se sentant proche du peuple vietnamien, il a beaucoup critiqué les missionnaires et les missions en particulier en Annam, les accusant notamment de rapt d'enfants dans les familles[1]. Mais, Camille Paris est surtout connu pour avoir découvert le sanctuaire de Mỹ Sơn en 1889 qui sera la pierre angulaire de l'archéologie au Vietnam, en particulier pour les pionniers tels que Henri Parmentier ainsi que pour la découverte de l'Art du champa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Expéditions et découverte de My Son[modifier | modifier le code]

Les Temples cham de My Son

L'activité de Camille Paris au Vietnam pour établir une cartographie l'amena à effectuer de nombreuses expéditions, et c'est à l'occasion d'une de celles-ci qu'il fit une des plus belles découvertes. Lors de cette expédition en territoire cham, il découvrit le Cirque de My-Son, le Sanctuaire de My Son, une magnifique ville de temples de l'Art du champa. Cette découverte d'un site de grande valeur pour le patrimoine de l'humanité a été fondamentale pour les chercheurs qui y travaillèrent par la suite tels que Henri Parmentier qui a déblayé, effectué à la fois des fouilles et des travaux de conservation, Louis Finot et Etienne Lunet de Lajonquière qui ont inventorié les temples-sanctuaires, Jean Boisselier et Philippe Stern qui ont encodé les monuments pour mieux appréhender et déterminer leur style et l'envergure du style cham.

Activités de Camille Paris[modifier | modifier le code]

Camille Paris était membre de la loge maçonnique de la Fraternité tonkinoise.

Ses Publications[modifier | modifier le code]

Il a publié beaucoup des cartes et récits d'exploration du Viêt-Nam. Il a écrit des livres sur des itinéraires comme Voyage d'exploration de Hué en Cochinchine par la Route mandarine[2],[3]. C'est l'histoire de cette route tracée sous le règne de l'Empereur Gia Long au début du XIXe siècle. Cette route reliait le Viêt Nam du Sud à partir de Cà Mau, dans le delta du Mékong à la région de Lang Son, au Nord, à la frontière chinoise (poste de Ðồng Ðan).
La Route mandarine a été nommée ainsi, car elle permettait autrefois aux mandarins du Vietnam, notamment ceux attachés aux différentes régions de parcourir le pays pour aller de leur Province à la Capitale impériale Hué. En effet, jusqu'au XXe siècle, le Vietnam était réparti en deux classes; le peuple et les Mandarins. Ces derniers secondaient l'Empereur soit dans les régions pour ceux qui avaient passé le Thi Huong, soit à la capitale Thi Hôi, soit au palais royal Thi Dình ou Thi Diên. Dans la région un Cu-nhân débutait normalement comme Huân dao (professeur adjoint dans une sous-préfecture), puis gravissait les échelons jusqu'à la fonction de Tông dôc '(préfet)'[4].

Le Vietnam long d'environ 1 700 kilomètres, et cette route Mandarine constituaient pour le pays, l'épine dorsale reliant les grandes villes du pays du Nord au Sud en partant de Hanoï dans la région du Tonkin jusqu'à Saigon dans celle de la Cochinchine la plus méridionale en passant par l'Annam dans le centre Vietnam avec la Capitale Hué; (ancienne Capitale impériale sous la Dynastie Nguyen), Da Nang, ainsi que Nha Trang. En tant que Cartographe, et Ethnologue Camille Paris était fasciné par cette Route mythique.

Critiques des missions et des missionnaires[modifier | modifier le code]

Camille Paris était très sensible à la condition des métis franco-annamites, ce qui l'a poussé à écrire avec un autre archéologue Alfred Barsanti sur ce thème : Condition juridique des métis dans les colonies et possessions françaises des métis franco-annamites de l'Indo-Chine. Cela l'a poussé à publier des livres où il enquête, décrit, dénonce, et critique le rôle des missions au Vietnam notamment vis-à-vis des enfants [5]. Il se heurte violemment au Père JB Guerlach.

Il meurt en 1908.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Paris, Les ruines tjames de la province de Quang-nam (Tourane), L’Anthropologie, 3 (1892), 137-144.
  • Camille Paris Cirque de My-s'on Plan des ruines Tjames. Ch. Emonts delt Description matérielle : 1 flle : ms. calque ; 41 x 66 cm, Publié dans le Bulletin de géographie historique et descriptive, 1902, Édition : [S.l.] : [s.n.] , [1902)
  • Camille Paris , colon et l'administration en Basse-Cochinchine ou recherche des mesures à adopter pour le développement de la colonisation dans la Basse-Cochinchine Description matérielle : 1 vol. (91 p.), Édition : Paris- Challamel , 1896
  • Camille Paris De la Condition juridique des métis dans les colonies et possessions françaises des métis franco-annamites de l'Indo-Chine Description matérielle : 6 p., Description : Note : Le texte est daté : 1904, Édition : [S.l.] : [s.n.], [1904]
  • Camille Paris De Tourane au cirque de My-Son 1/120.000. -Cirque de My-Son; plan des ruines Tjames 1/4.000, Description matérielle : 2 flles : mss ; de formats divers, Description : Note : Ces originaux ont été publiés réduits dans le Bulletin de géographie historique et descriptive de 1902, no 1, p. 71, avec les 2 photographies réduites, Échelle : 1:120000, Édition : [S.l.] [s.n.] , 1902
  • Camille Paris Missionnaires d'Asie : œuvre néfaste des congrégations, le protectorat des chrétiens 1905 l'imprimerie le Papier
  • Camille Paris Réponse à "L'Œuvre néfaste" du R. P. Guerlach (1906)
  • Henri Parmentier, “Nouvelles découvertes archéologiques en Annam”, BEFEO, 2 (1902), 280-282.
  • Henri Parmentier, “Les monuments du cirque de Mĩ-sơn”, BEFEO, 4 (1904), 805-896.
  • Philippe Stern (l'Art du Champa en Annam et ses Évolutions), Toulouse, 1942
  • Jean-Pierre Chantin, Daniel, Moulinet La séparation de 1905: les hommes et le lieux, 2005, les éditions de l'atelier.
  • Micheline Lessard Human Trafficking in Colonial Vietnam Routeledge Contemporary Southeast Asia series (page47)
  • J.P. Daughton : An Empire Divided : Religion, Republicanism, and the Making of French..

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]