Camille Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Pierre François Camille Montagne, né le à Vaudoy-en-Brie (Seine-et-Marne) et mort le à Paris, est un naturaliste et mycologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un chirurgien, il fut orphelin de père à l'âge de 9 ans. Embarqué à 14 ans comme aide-timonier à Toulon, il participe à l'expédition d'Égypte, puis entre dans l'administration maritime comme secrétaire du chef militaire de la marine. En 1802, déçu par la marine, il entreprend des études de médecine à Paris et prend goût pour la botanique. Il devient chirurgien militaire en 1804, puis chirurgien en chef de l'armée du roi de Naples en 1815. Après avoir fait participé comme chirurgien à la campagne d'Espagne en 1823, il quitte l'armée en 1832 après avoir été deux années chirurgien à l'hôpital militaire de Sedan.

Il aimait à étudier les langues vivantes, le latin et le grec, la musique en plus de la botanique, étudiant la flore de tous les pays où il séjourne. Sur les conseils de Deschamps, médecin à Saint-Omer, il se concentre sur les groupes les plus négligés : algues, champignons, lichens, mousses, hépatiques, pour lesquels il va bientôt se passionner.

Il se fixe à Paris où il vit de sa médiocre retraite de militaire, consacrant la deuxième partie de sa vie à l'étude des cryptogames cellulaires.

Il fait partie de nombreuses sociétés savantes, d'académies, devient président de la Société botanique de France.

Officier de la Légion d'honneur, il est élu membre de l'Académie des sciences en 1853.

Ce fut un pionnier de la mycologie de la Guyane, d'où lui ont été envoyées de nombreuses récoltes par Charles Eugène Leprieur (1815-1892), grand précurseur de la mycologie française.

Le genre Camillea (Xylariaceae) lui a été dédié par Elias Magnus Fries (1794-1878) en 1849.

Mont. est l’abréviation botanique standard de Camille Montagne.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Camille Montagne, Cryptogamia Guyanesis seu plantarum cellularium in Guyana Gallica : annis 1835-1849, Sumptibus Victoris Masson, Parisiis, , 202 p. (lire en ligne)
  • Paul Antoine Cap, Camille Montagne, botaniste, ancien chirurgien en chef d'armée. Paris, J.B. Baillière, 1866.
  • Suzanne Jovet-Ast, La mycologie au Jardin du Roy et au Muséum d'Histoire Naturelle. Bull. Soc. mycol. France, Tome 100, fasc. 3, p. CLXIX, 1984.