Camille Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Camille Limoges
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Camille Limoges (né le à Montréal[1]) est un historien canadien, québécois, des sciences et de la technologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient une licence en 1964 en philosophie de l'Université de Montréal[2]. La même année, on retrouve le jeune étudiant de 22 ans à Paris, où il poursuit ses études à l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de la Sorbonne à Paris, que dirige Georges Canguilhem[2]. Il y obtient son doctorat en mai 1968 sur La constitution du concept de sélection naturelle chez Charles Darwin[1]. Une premier ouvrage tiré de cette thèse paraît en 1970 aux Presses universitaires de France : La Sélection Naturelle. Étude sur la Première Constitution d'un Concept (1837-1859)[3].

Il enseigne pendant quelques années à l'Université de Montréal puis se rend travailler comme professeur agrégé au prestigieux Département d’histoire des sciences de l’Université Johns-Hopkins[1], à Baltimore.

Trois ans plus tard, il fonde l’Institut d’histoire et de sociopolitique des sciences de l’Université de Montréal.

En 1980, Camille Limoges participe activement à la rédaction de l’énoncé de la première politique scientifique du Québec[1]. L’année suivante, il entre dans l’administration publique comme conseiller scientifique puis secrétaire adjoint au Secrétariat à la science et à la technologie[1]. Il prépare la naissance du premier ministère de la Science et de la Technologie, dont il devient sous-ministre de 1983 à 1987[1]. À divers titres, il est au cœur de la plupart des grandes décisions en matière de politique scientifique pour les vingt années suivantes et marque ainsi profondément le Québec de la science et de l’innovation[1].

En 1987, il fonde le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) à l’Université du Québec à Montréal[1].

En 1997, il est nommé président du Conseil de la science et de la technologie, puis encore sous-ministre au ministère de la Recherche, de la Science et de la Technologie de 2000 à 2002[1].

En 2002, à l'âge de 60 ans, Camille Limoges prend sa retraite[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1970 : Camille Limoges, La Sélection Naturelle. Etude sur la Première Constitution d'un Concept (1837-1859). Camille Limoges. Presses Universitaires de France, Paris, 1970. 184 pp. Paper, 25 F. "Galien."
  • 1971 : Claude Ménard et Camille Limoges, L'histoire de la conscience comme histoire des sciences ou Les Sciences introuvables, dans Dialogue 10 (01) : 116-123
  • 1976 : (en) William Coleman, Camille Limoges, Studies in History of Biology, Boston: Johns Hopkins University Press, 218 p., 24 cm (ISBN 978-0-8018-1862-2 et 0-8018-1862-1)
  • 1991 : Camille Limoges (dir.), Les pratiques de l'évaluation sociale des technologies : bilan et perspectives, Actes du Colloque tenu à Québec les 15 et (Acfas), Sainte-Foy : Gouvernement du Québec, Conseil de la Science et de la technologie, 189 p., 28 cm (ISBN 978-2-5502-1236-2 et 2-5502-1236-3)
  • 1991 : Yves Gingras, Camille Limoges, La langue des manuels et de la documentation de base dans les cours obligatoires de l'enseignement scientifique universitaire de premier cycle au Québec, [Québec] : Direction du développement scientifique, [Ministère de l'enseignement supérieur et de la science], 102 p., 28 cm
  • 1993 : Camille Limoges (dir.), L'État et les préoccupations des citoyens relatives aux incidences du changement technologique : la régulation publique en contexte d'« environnementalisation » (rapport présenté au Conseil de la science et de la technologie du Québec), Sainte-Foy : Gouvernement du Québec, 183 p., 28 cm
  • 1994 : (en) William L. Coleman, Camille Limoges (p. 455-481: a critical bibliography by), A Vital Rationalist: Selected Writings from Georges Canguilhem, Boston: MIT Press; New York: Zone Books, 481 p., 24 cm (ISBN 978-0-9422-9972-4 et 0-9422-9972-8)
  • 1994 : (en) Michael Gibbons, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott, Martin Trow, The New Production of Knowledge: The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, London; Thousand Oaks (Calif.); New Delhi : Sage Publications, 179 p., 23 cm (ISBN 978-0-8039-7794-5 et 0-8039-7794-8) ; autres tirages : 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2002, 2004, 2005, 2006, 2007, 2010
  • 1999 : Peter Keating, Camille Limoges, Yves Gingras, Du scribe au savant : Les porteurs du savoir, de l'Antiquité à la Révolution industrielle, Montréal : Les Éditions du Boréal, rééd. 2007 (ISBN 2-8905-2934-7); Les Presses universitaires de France, 2000 (ISBN 2-1305-0319-5)
  • 2004 : Stéphane Castonguay et Camille Limoges, François Blanchet : l'étudiant et le savant, Montréal : VLB, 399 p. (ISBN 2-8900-5884-0)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Aussi titulaire de deux doctorats honoris causa : l'un de l'UQAM, l'autre de l'Université de Sherbrooke

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k « Limoges, Camille : Prix Armand-Frappier 2004 », sur le site des Prix du Québec.
  2. a et b « Camille Limoges », sur CIRST (consulté le 30 janvier 2021)
  3. (en) Michael T. Ghiselin, « La Sélection Naturelle. Etude sur la Première Constitution d'un Concept (1837-1859). Camille Limoges. Presses Universitaires de France, Paris, 1970. 184 pp. Paper, 25 F. "Galien." », Science, vol. 170, no 3957,‎ , p. 523–524 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.170.3957.523, lire en ligne, consulté le 30 janvier 2021)
  4. a b et c Ian Bussières, « Un chercheur explique pourquoi il a quitté trois organisations prestigieuses », Le Soleil, le 28 janvier 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]