Camille Langevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Camille Langevin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Communard, syndicalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Condamnation

Camille Langevin est né à Bordeaux en 1843 et est mort à Paris en 1913. C'est une personnalité de la Commune de Paris.

Présentation[modifier | modifier le code]

Tourneur sur métaux, il organise le syndicat des mécaniciens (1868), la Chambre fédérale des Sociétés ouvrières (1869). Il est membre de l'Association internationale des travailleurs et fondateur du Cercle d'études sociales. En , lors du 3e procès de l'Internationale, il est condamné à deux mois de prison.

Il participe aux soulèvements de et du , contre le Gouvernement de la Défense nationale. Il se présente vainement comme candidat socialiste-révolutionnaire aux élections du pour l'Assemblée nationale. Le , il est élu au Conseil de la Commune par le XVe arrondissement, il siège à la commission de la Justice. Il vote pour la création du Comité de Salut public. Après la Semaine sanglante, il est condamné à la déportation dans une enceinte fortifiée ; mais il est réfugié en Alsace (désormais allemande) où il fonde avec un autre communard Augustin Avrial une société de constructions mécaniques. Il est expulsé vers Londres en 1876. Il rentre en France après l'amnistie de 1880. Il milite alors pour la création de coopératives ouvrières de production.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, collection « Champs », 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]