Camille Alaphilippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaphilippe.
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (août 2016).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Camille Alaphilippe
Camille Alaphilippe.jpg
Naissance
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Camille Alaphilippe est un sculpteur et céramiste français, né à Tours en 1874, et mort en Algérie après 1934.

Biographie[modifier | modifier le code]

Camille Alaphilippe est l'élève de Jean-Paul Laurens et Louis-Ernest Barrias à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

En 1898, il obtient le premier grand prix de Rome de sculpture avec une statue ayant pour sujet Caïn après la mort d'Abel poursuivi par la vengeance céleste ou Caïn après la mort d'Abel entend la malédiction de l'Éternel.

Dès 1901, il s'intéresse à la céramique. Son art s'inscrit dans la mouvance de l'Art nouveau.

Avec son épouse, la sculptrice Avog, ils décorent les grands magasins Félix Potin du boulevard Malesherbes à Paris et le jardin de François Carnot.

En 1914, il est nommé directeur de la manufacture de grès flammés d'Alexandre Bigot à Mer (Loir-et-Cher).

Après la Grande Guerre, démobilisé, malade et ruiné, il se rend en Algérie. Responsable de la section sculpture à l'École des beaux-arts d'Alger, il a pour élève André Greck en 1925.

Il réalise le Monument à Raffi, à la mémoire d'un ancien maire d'Alger, ainsi que les monuments dédiés aux victimes de la guerre dans plusieurs villes d'Algérie : Tipaza, Mostaganem, Aïn Témouchent, Bordj Bou Arréridj, Bordj el kiffan,Bougie, Batna, Guelma, Saïda, Tebessa.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
En France

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Élisabeth Cazenave, Bernard Giovanangeli, Les artistes de l'Algérie, Éditions Association Abd-el-Tif, 2001