Aller au contenu

Cambridge-Narrows

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cambridge-Narrows
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Municipalité Arcadia / Queens
Constitution
Démographie
Population 715 hab. (2021 en augmentation)
Densité 6,7 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Anglais (officielle)
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 48″ nord, 65° 57′ 20″ ouest
Superficie 10 694 ha = 106,94 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick
Voir sur la carte administrative du Nouveau-Brunswick
Cambridge-Narrows

Cambridge-Narrows est un village du Nouveau-Brunswick au Canada, situé dans le comté de Queens. Il fait partie de la municipalité d'Arcadia depuis 2023.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première partie du nom du village fait référence au duc de Cambridge, fils du roi George III du Royaume-Uni.

Le duc de Cambridge.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cambridge-Narrows est situé dans le comté de Queens, à environ 70 kilomètres de route à l'est de Fredericton, à 90 km au nord de Saint-Jean et à 120 km à l'ouest de Moncton. Le village est bâti sur les rives du lac Washademoak, un lac très étroit qui constitue en fait l'extrémité de la rivière Canaan et qui se déverse au sud-ouest dans le Saint-Jean. Cambridge-Narrows a une superficie de 106,94 km2[1].

Cambridge-Narrows est limitrophe de la paroisse de Johnston au nord-est, de la paroisse de Wickham au sud-est, de la paroisse de Cambridge à l'ouest et de la paroisse de Waterborough au nord-ouest. Les villes les plus proches sont Hampton, à 44 km de route au sud, Oromocto, à 50 km à l'ouest, et Sussex, à 52 km au sud-est.

Municipalités limitrophes avant 2023[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le territoire comprend le village de Cambridge-Narrows ainsi que les hameaux de McDonalds Corner, Central Cambridge et Hammtown.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le domaine de Spryhampton est concédé à William Spry et temporairement occupé par ses locataires[2]. La propriété est plus tard échue et les terres sont colonisées par des Loyalistes[2]. Un premier bureau de poste est ouvert à Narrows en 1855 et un second à Cambridge en 1860[3].

Cambridge-Narrows est constitué en municipalité le [4]. Le bureau de poste de Narrows ferme ses portes en 1969, laissant seulement celui de Cambridge[3]. L'école Cambridge-Narrows est inaugurée en 1987[5].

Le , le village est fusionné avec celui de Gagetown pour former la municipalité d'Arcadia, dans le cadre de la réforme territoriale de la province[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 717 habitants en 2006, soit une hausse de 9,6 % en 5 ans[1]. Il y avait alors en tout 335 ménages dont 210 familles[7]. Les ménages comptaient en moyenne 2,1 personnes tandis que les familles comptaient en moyenne 2,6 personnes[7]. Les ménages étaient composés de couples avec enfants dans 20,9 % des cas, de couples sans enfants dans 37,3 % des cas et de personnes seules dans 28,4 % des cas alors que 11,9 % des ménages entraient dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[7]. 83,3 % des familles comptaient un couple marié, 11,9 % comptaient un couple en union libre et 7,1 % étaient monoparentale[7]. L'âge médian était de 53,7 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[1]. 89,5 % de la population était âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[1]. Les femmes représentaient 50,0 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[1]. Chez les plus de 15 ans, 22,8 % étaient célibataires, 56,7 % étaient mariés, 3,9 % étaient séparés, 7,1 % étaient divorcés et 9,4 % étaient veufs[1]. De plus, 13,2 % vivaient en union libre[1].

Évolution démographique de Cambridge-Narrows depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016
435471534634654717620562
2021 - - - - - - -
715-------
(Sources : [8],[9],[10],[1])

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Central NB, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[11].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 607 logements privés en 2006, dont 335 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 94,0 % sont individuels, 0,0 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 0,0 % sont des appartements ou duplex, 3,0 % sont des immeubles de moins de cinq étages et 3,0 % sont des immeubles de plus de cinq étages. Enfin, 3,0 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 89,6 % des logements sont possédés alors que 10,4 % sont loués. 59,7 % ont été construits avant 1986 et 10,4 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,8 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 250 193 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal était formé d'un maire et de trois conseillers généraux, élus pour quatre ans[4]. Le conseil est formé à la suite des élections du ; tous les membres sont alors élus par acclamation[12]. À l'issue des élections du [4], un second dépouillement a lieu, confirmant l'égalité de 136 voix à Wendy Aune et Nancy Lynn McConnachie. Cette dernière est déclarée vainqueur en vertu du paragraphe 41 (4) de la Loi sur les élections municipales[4]. Les élections suivantes ont lieu le [13], puis le .

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Blair C. Cummings
Conseillers généraux Judith B. Jones, Nancy Lynn McConnachie et Tom Nisbet.
Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Peter Knight
Conseillers généraux Bruce D. Dunsmore, Shena M.B. Hornell, Jack McLaughlin
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
198? 199? Arthur Lewis Jones

[14]

   
19?? 2001 Gary H. Goulding    
2001 2012 Peter Knight    
2012 2021 Blair C. Cummings    
2021 2022 Doug Richardson    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Cambridge-Narrows faisait partie de la Région 11[15],[16]. Cambridge-Narrows était représenté au conseil par son maire[17]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture[18].

Vie locale[modifier | modifier le code]

L'école communautaire Cambridge-Narrows accueille les élèves de la maternelle à la 12e année. C'est une école publique anglophone faisant partie du district scolaire #17.

Le village est inclus dans le territoire du sous-district 10 du district scolaire Francophone Sud[19]. Les écoles francophones les plus proches sont à Fredericton et Oromocto alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

Cambridge-Narrows possède aussi un bureau de poste, une caserne de pompiers et l'église anglicane Good Shepherd. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Gagetown.

Les anglophones bénéficient du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet et de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Culture[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Il y a une attraction de bord de route à Cambridge-Narrows: une statue d'un cochon avec les pantalons baissés[20].

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Cambridge-Narrows est officiellement anglophone[21] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • John Ferris (1811-1884), marchand de bois et homme politique, né à Cambridge

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h « Profils des communautés de 2006 - Cambridge-Narrows - Population », sur Statistique Canada (consulté le ).
  2. a et b Ganong 1904, p. 174
  3. a et b « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Cambridge-Narrows », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  4. a b c et d « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le ).
  5. [PDF] « Anglophone West », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  6. « Règlement du Nouveau-Brunswick 2022-50 pris en vertu de la Loi sur la gouvernance locale », sur Lois et réglements du Nouveau-Brunswick, .
  7. a b c d et e « Profils des communautés de 2006 - Cambridge-Narrows - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le ).
  8. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le ).
  9. « Profils des communautés de 1996 - Cambridge-Narrows - Population », sur Statistique Canada (consulté le ).
  10. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Cambridge-Narrows » (consulté le ).
  11. (en)« About Enterprise Central », sur Entreprise Central NB (consulté le ).
  12. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le ).
  13. « Les résultats non officiels des élections (2016-05-10) », sur Élections N.-B. (consulté le ).
  14. « Rapport du directeur des élections municipales sur les élections triennales municipales et des conseils scolaires le 8 mai 1989 », sur Élections N.-B. (consulté le ).
  15. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  16. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  17. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  18. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  19. [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le ).
  20. (en) « Large canadian roadside attractions: New Brunswick », sur Roadsideattractions.ca (consulté le ).
  21. Canada, Nouveau-Brunswick. « Loi sur les langues officielles », art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope, , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,