Camber MacRorie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Camber MacRorie est un personnage de fiction du cycle des Derynis écrit par Katherine Kurtz.

Camber Kyriell MacRorie est le septième comte de Culdi et un noble de Gwynedd qui joue un rôle important dans la Restauration Haldane en 904. De plus c'est un magicien Deryni extrêmement puissant dont les capacités et les connaissances sont légendaires. Il a été canonisé par la Sainte Eglise de Gwynedd peu après sa mort, mais la même église a ensuite annulé sa canonisation, puis l'a déclaré hérétique.

Aucune des œuvres sur les Derynis ne donne d'information sur un sens symbolique ou honorifique du nom de ce personnage.

Ébauche de caractères[modifier | modifier le code]

Motivation[modifier | modifier le code]

Non seulement Camber a fortement le sens des responsabilité personnelles, mais il est aussi un noble Deryni assez dévot. Combinés ensemble, ces deux aspects de sa personnalité en font un homme déterminé à toujours faire ce qu'il estime être la bonne chose.

Objectifs[modifier | modifier le code]

La plupart des objectifs de Camber tournent autour de la protection du peuple de Gwynedd. Alors qu'il est particulièrement concerné par la sécurité de sa famille et de la lignée royale Haldane, il s'efforce également de préserver l'avenir des Derynis dans Gwynedd par le maintien d'un équilibre politique et religieuse entre les Derynis et les humains. Il cherche aussi à récupérer et préserver les connaissances et les traditions des Anciens Deryni.

Conflits[modifier | modifier le code]

Tout au long de la trilogie des rois, Camber entre en conflit avec les dirigeants festilliens de Gwynedd, le roi Imre Furstán-Festil et sa sœur, la princesse Ariella. Camber a aussi des relations très tendues avec le roi Cinhil Haldane, et plusieurs des décisions de Camber entraînent des discussions animées avec son fils, Joram . À la fin de la trilogie, la plupart des conflits de la vie Camber proviennent des nobles et des prêtres humains ambitieux qui cherchent à supprimer tous les Derynis de Gwynedd.

Irritations mineures[modifier | modifier le code]

Malgré ses prodigieuses talents magiques, Camber exprime à plusieurs reprises sa frustration de ne pas être guérisseur. En outre, il est souvent obligé de cacher son irritation envers ceux qui croient à sa sainteté, comme il se croit fermement indigne d'un tel statut.

Évolution du caractère[modifier | modifier le code]

À la fin de Roi de douleur, Camber doit finalement composer avec sa propre canonisation. Bien qu’il soit fermement opposé à sa canonisation, il accepte le verdict favorable de la procédure et commence à considérer son nouveau statut sous un éclairage plus philosophique. En conséquence, il ne fait aucun effort pour décourager la croyance en sa sainteté Roi de mort, bien qu'il reste à l’écart et se méfier des adeptes les plus fervents. Vers la fin de Roi de mort, Camber croit avoir découvert comment lancer un sort puissant pour tromper la mort, mais sa croyance est testée lorsqu'un être cher se meurt dans ses bras. Bien que confiant dans sa capacité à maîtriser le sort, Camber décide à contrecœur qu'il n'a pas le droit de prendre une telle décision pour une autre personne, et la personne aimée meurt peu après. Cependant, après avoir réfléchi sur les aspects moraux de ce sort, Camber tente plus tard ce même sort sur lui-même, lorsqu’il sent sa propre mort se rapprocher.

Résumé biographique[modifier | modifier le code]

Avant les romans[modifier | modifier le code]

Camber est né le 3 août 846, troisième fils de Ballard II Macrorie, comte de Culdi et de son épouse, Ardis Drummond. Destiné à l'Église dès son jeune âge, il s'inscrit à l'Université de Grecotha en 861 et étudie avec quelques-uns des meilleurs esprits du royaume. C’est à Grecotha que Camber rencontre pour la première Anscom de Trevas, un ami proche qui devient plus tard archevêque de Valoret et Primat de tous Gwynedd . Camber s'épanouit dans ces études universitaires, et c’est à contrecœur qu’il abandonne sa vocation religieuse après la mort de son frère aîné, Angus MacRorie. Camber revient à Culdi en 862, et succède à son père comme comte de Culdi en 871, moins d'un mois après son mariage avec Lady Jocelyn de La Marche.

La carrière laïque de Camber est aussi réussie que sa carrière religieuse «était prometteuse. Le roi Festil III le nomme au Conseil Royal en 875 et s'appuie fréquemment sur les conseils de Camber au cours des dernières années de son règne. Camber reste à la cour après la mort de Festil en 885 et est nommé chancelier de Gwynedd en 886 par le fils de Festil, le roi Blaine. Malgré ses obligations politiques, Camber conserve ses habitudes d'érudit tout au long de sa vie et se consacre particulièrement à la recherche et la récupération des anciens textes Derynis perdus. Sa connaissance approfondie des rituels magiques, combinée avec ses propres pouvoirs derynis naturellement importants, font de lui un des plus grands praticiens et maîtres de la magie Deryni de sa génération.

La femme de Camber meurt en 896, mais il reste à la cour jusqu'à la fin du siècle. Après la mort du roi Blaine en 900, son fils et héritier, le roi Imre, préfère remplacer la plupart des conseillers de son père, et Camber prend sa retraite et se retire volontairement dans ses terres après avoir servi la couronne pendant un quart de siècle. Bien que Camber désapprouve en privé une grande partie de la politique d’Imre, il reste publiquement pacifique, et son fils aîné, Cathan MacRorie, bénéficie d'une étroite amitié avec le nouveau roi. Au début de Roi de folie, en 903, Camber âgé de 57 ans passe le plus clair de son temps à s'occuper de ses terres et à rechercher les anciennes traditions Deryni avec sa fille, Evaine.

Pendant Roi de folie[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Roi de mort.

Au début du roman, Camber est dans sa propriété familiale de Tor Caerrorie, et travaille avec sa fille Evaine sur la traduction d'un vieux parchemin. Ils discutent de l'assassinat récent du seigneur deryne Rannulf, un crime qui a incité le roi Imre à emprisonner une cinquantaine de paysans de Camber en espérant obliger le meurtrier à se dénoncer. Deux jours plus tard, le père Joram MacRorie , fils cadet de Camber, lui apprend que lui et son ami d'enfance, Rhys Thuryn, ont eu connaissance de l’existence d’un héritier Haldane inconnu et ont commencé à le chercher. Bien que Camber se soit pas disposé à soutenir un coup d'état contre Imre, il convient que Cinhil soit localisé et examiné afin de déterminer sa capacité à assumer le trône en cas de besoin. Comme l’assassin de Rannulf ne s’est pas manifesté, Imre ordonne le mois suivant l’exécution de deux paysans chaque jour, et refuse de se laisser fléchir par son ami Cathan MacRorie, le fils aîné de Camber. Cathan tombe dans une profonde dépression à cause de son incapacité à sauver les otages, et n’est rétabli que grâce aux efforts conjoints de Camber, de Joram et de Rhys.

Le 14 novembre 903, Camber déguisée et Rhys se rendent à l'abbaye de Saint Foillan, où ils confirment l'existence du prince Cinhil, qui y vit comme un simple prêtre nommé Frère Benedict. Camber est tellement impressionné par le potentiel de Cinhil qu'il accepte finalement de participer à une tentative de coup d’état contre Imre. Toutefois, les plans de Camber sont interrompus quand Imre assassine Cathan, quelques semaines plus tard. Réalisant qu'ils ne peuvent plus se permettre de perdre de temps, les lieux Camber envoie Rhys et Joram à Saint Foillan pour enlever immédiatement Cinhil de l'abbaye. Camber et Evaine s'entretiennent ensuite avec Alister Cullen, le vicaire général des Michaelites et ils font des plans définitifs pour se mettre hors de portée d’Imre. Lorsque Imre ordonne l'arrestation de la famille MacRorie deux jours plus tard, Camber et les siens réussissent à s’échapper grâce à un Portail de Transfert.

Au cours des semaines suivantes, Camber et ses alliés tentent de convaincre un Cinhil réticent à abandonner ses vœux de prêtrise et à briguer le trône. Pendant ce temps, Camber remarque que Cinhil dispose de plusieurs capacités naturelles semblables à celles des Derynis, et il discute avec Rhys de la possibilité de renforcer ces pouvoirs. La veille de Noël, Camber fait appel à son vieil ami Anscom, archevêque de Valoret, et Anscom réussit enfin à faire admettre à Cinhil qu’il doit se soumettre à son devoir. Anscom relève Cinhil de ses vœux sacerdotales, le reconnaît comme l'héritier légitime du trône et le marie à Megan de Cameron, pupille de Camber. Camber et ses alliés continuent la formation royale de Cinhil au cours des mois qui suivent et préparent l'ancien prêtre à son futur rôle de roi de Gwynedd. Le 1er mai 904, Camber, Evaine, Joram, et Rhys effectuent un rituel mystique conçu pour donner toute la gamme des pouvoirs derynis à Cinhil. Même s'ils croient que le rituel soit un succès, Cinhil ne fait pas montre de ses nouveaux pouvoirs, jusqu'au début de novembre où il les utilise pour tuer l'homme qui vient d’assassiner son fils. Un mois plus tard, le 2 décembre, Camber et Cinhil investissent le palais royal à Valoret et renversent le roi Imre, qui préfère se suicider plutôt que reconnaitre sa défaite après un Duel d’Arcanes contre Cinhil. À la fin du combat, Camber place la couronne de Gwynedd sur la tête de Cinhil.

Pendant Roi de douleur[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Roi de douleur.

En juin 905, Camber et les autres membres du nouveau gouvernement du Gwynedd se préparent à repousser l'invasion imminente de la princesse exilée Ariella, qui cherche à récupérer le trône de son frère. Leurs préparatifs sont interrompus lorsque deux Derynis désespérés attaquent le roi Cinhil Haldane. Bien que Cinhil et Camber sont tous deux blessés dans l'attaque, ils sont guéris par le gendre de Camber, Rhys Thuryn. Ensuite, Camber et ses alliés discutent de l’antagonisme croissant de Cinhil envers les Derynis en général et envers Camber en particulier. Cependant Camber reste fidèle au roi, malgré le ressentiment croissant de Cinhil. La nuit suivante, il accomplit un rituel de divination pour espionner Ariella, assisté par sa fille Evaine, son fils Joram Rhys et Alister Cullen, le Vicaire Général des Michaelites.

Alors que l'armée de Gwynedd marche à la rencontre des forces Ariella, Camber doit à plusieurs reprises faire face à la hargne de Cinhil, et le roi refuse de faire entièrement confiance en Camber, qu’il accuse toujours de l’avoir obligé à renoncer à la prêtrise pour monter sur le trône de Gwynedd. Les deux armées s'affrontent enfin sur la plaine de Iomaire le 25 juin, et les envahisseurs thorenthis sont écrasés par les forces de Gwynedd. Après la bataille, Camber et Joram découvrent les corps d’Ariella et de Cullen, qui a mené tel corps à corps qu’ils se sont entretués. Réalisant que Cullen était l'un des rares Derynis de la cour envers qui le roi n'était pas ouvertement belliqueux, Camber se propose de prendre l’apparence de Cullen, ce qui lui permettraient d'utiliser la relation Cullen avec le roi de modérer certaines de ses attitudes négatives envers les Derynis. Joram refuse d'abord ce plan, mais Camber le convainc finalement que, étant donné le ressentiment personnel de Cinhil à l'égard de Camber, le roi et le royaume ont plus besoin d'Alister Cullen que de Camber Macrorie. Joram accepte à contrecœur, et Camber lit rapidement les quelques souvenirs qui restent dans l'esprit de Cullen. Camber échange ses vêtements avec Cullen, et Joram effectue le sort pour l’échange d’apparence. Quand ils retournent au camp un peu plus tard, le monde croit Alister Cullen vivant et Camber MacRorie décédé.

Camber revient à Valoret avec l'armée victorieuse, mais il est de plus en plus en proie à des maux de tête à causes de souvenirs de Cullen, qu'il doit assimiler dans les plus brefs délais, s'il veut éviter la folie. Evaine, Rhys et Joram assistent Camber dans le rituel nécessaire, mais ils sont interrompus par l'arrivée du roi. Incapable d'arrêter le processus, le déguisement de Camber s’estompe brièvement, laissant Cinhil abasourdi par la brève apparition de Camber. Néanmoins, Evaine et Camber terminent la procédure, qui permet à Camber de mieux s'acquitter de son rôle public de Cullen. La nuit suivante, Camber quitte sa nouvelle apparence assez longtemps pour apparaître comme une vision à son ancien écuyer, Guaire d'Arliss, découragé par la mort de son protecteur. Camber passe une grande partie de la semaine suivante à remplir le rôle de Vicaire Général des Michaelites, mais c’est la promotion imminente de Cullen à l'évêché de Grecotha qui accapare la plus grande partie de son attention. La nuit précédent la cérémonie, à la demande de Joram, Camber révèle son identité à son vieil ami Anscom, archevêque de Valoret. Anscom accepte d’ordonner Camber comme prêtre, ce qui lui permettra de remplir légalement les fonctions d'un évêque. In the early hours of the morning, Dans les premières heures de la matinée, Anscom ordonne Camber en présence de ses enfants, et Camber devient évêque de Grecotha plus tard dans la journée.

Camber se rend bientôt à Grecotha pour prendre ses nouvelles fonctions, et passe la majeure partie des quatre mois suivants à s'installer dans son nouveau poste et rechercher dans la bibliothèque de Grecotha les textes ésotériques des anciens Derynis. Il retourne à Valoret en novembre en réponse à l'appel du roi, qui le nomme chancelier de Gwynedd. Au cours de l’année suivante, Camber passe le plus clair de son temps à Valoret, ne faisant que des visites occasionnelles à Grecotha. Sa relation avec le roi se développe en une étroite amitié, et il devient un conseiller de confiance de Cinhil. Mais les événements prennent une tournure inattendue après la mort d’Anscom au mois de septembre suivant. Un nouveau groupe religieux connu sous le nom des Serviteurs de Saint Camber dépose une pétition visant à le canoniser, et Camber ne peut pas réfuter leurs allégations sans révéler la vérité sur sa mort publique. Sous l’apparence d’Alister Cullen, il ne peut que s'asseoir et regarder le chef des Serviteurs, Dom Queron Kinevan, appeler plusieurs témoins à témoigner des supposés miracles de Camber, y compris Guaire, Joram et même Cinhil. En fin de compte, le synode est convaincu par la plaidoirie de Queron et Camber ne peut rien faire pour empêcher sa propre canonisation.

Pendant Roi de mort[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Roi de mort.

Au début du roman, Camber est appelé à Ebor par Rhys, qui a découvert la possibilité de bloquer les pouvoirs et les capacités des Derynis. Bien qu’intrigué par la découverte de Rhys, Camber revient rapidement à Valoret, où la santé du roi Cinhil vieillissant se dégrade. Bien que Cinhil ait rarement utilisé ses pouvoirs magiques au cours de son règne, il admet qu'il les croit utile à un roi. Il leur ordonne de préparer un rituel qui permettra à Cinhil de fixer le Potentiel Haldane dans chacun de ses trois fils. La nuit suivante, Cinhil effectue le rituel avec l'aide de Camber, de Joram, d’Evaine, et de Rhys, mais l’energie à fournir est trop importante pour le roi. Cinhil meurt après avoir terminé le rituel et apprend enfin la vérité de la double vie de Camber sous l’apparence d’Alister Cullen. Le lendemain de la mort de Cinhil, les régents de son héritier mineur, le prince Alroy Haldane, écarte immédiatement Camber et presque tous les autres Derynis du Conseil Royal.

Camber reste à Valoret pendant le printemps pour aider au couronnement de Alroy. Craignant une vague de persécutions ordonnées par les régents humains contre les Derynis, Camber suggère que le talent de Rhys peut être utilisé pour cacher les pouvoirs d'un Deryni, de ce fait le protéger. Alors que le Conseil Cambérien entame les préparatifs mettre en œuvre sa proposition, Camber et Rhys se lancent dans une recherche d’un autre guérisseur possédant la capacité de Rhys. Camber passe une grande partie de l'été à Grecotha avec Joram, mais continue son travail avec le Conseil Cambérien pour préparer les Derynis de Gwynedd à une violente réaction anti-derynie. Une tentative d'infiltration de la cour royale après son passage à Rhemuth se termine tragiquement en septembre, quand le petit-fils déguisé Camber, Davin MacRorie, comte de Culdi, est tué en tentant de protéger les frères du roi d'une tentative d'assassinat. Although Camber is monitoring Davin's actions through a psychic link, he can do nothing but watch as his grandson dies. Bien que Camber suivait les actions de Davin par le biais d'un lien psychique, il ne peut rien faire, et assiste impuissant à la mort de son petit-fils.

Après la mort de Jaffray, archevêque de Valoret, en octobre, Camber et Joram s’y rendent pour l'élection du successeur de Jaffray. Bien que les Régents tenter de faire pression sur le Synode des Évêques pour faire élire Hubert MacInnis, les évêques sont incapables de s'entendre sur un candidat unique pendant plus de deux semaines. Enfin, plusieurs évêques demandent à Camber d’accepter d’être un candidat de compromis. Après avoir accepté à contrecœur leur proposition, Camber, sous l’apparence d’Alister Cullen, est élu archevêque de Valoret et Primat de Gwynedd le soir de Noël. Toutefois, Tavis O'Neill prévient Camber que les régents ont l'intention de détruire plusieurs institutions religieuses derynis en représailles de l'élection d’Alister Cullen. Camber et Joram utilisent un portail de transfert pour avertir les Gabrielites à Saint Neot, mais arrivent trop tard pour sauver le plus grand nombre des moines pacifiques.

Camber est installé comme archevêque de Valoret le jour de Noël 917, mais la cérémonie est interrompue par Alroy et ses régents, qui refusent de reconnaître son élection. Camber et ses partisans refusent de se rendre, provoquant une confrontation violente lorsque les soldats des régents tenter de les arrêter. Camber et plusieurs de ses alliés parviennent à s'échapper grâce à un portail de transfert, mais Rhys est grièvement blessé lors de l'accrochage. Camber tente d'aider son gendre, mais Rhys meurt dans ses bras un peu plus tard. Au cours des jours suivants, comme les Régents déclenchent une vague de violence contre tous les Derynis de Gwynedd, Camber et ses collègues remuent ciel et terre pour en protéger le plus grand nombre. Il rencontre le prince Javan et Tavis, les assure de son aide future et confirme que Tavis dispose également de la possibilité de bloquer les pouvoirs derynid. Quelques jours plus tard, Camber et Jebediah d'Alcara tentent de rejoindre Joram et Evaine dans une abbaye à l’écart, mais ils sont reconnus et attaqués par un groupe de soldats des régents. Les deux guerriers âgés sont grièvement blessé dans la bataille, et Jebediah meurt peu de ses blessures. Camber, ensanglanté dans la neige, retourne à sa propre forme et se souvient du sort tenté des années plus tôt par la princesse Ariella, qui permettrait au jeteur de sorts à échapper à la mort. Bien qu'affaibli par ses blessures, il pense comprendre pourquoi la tentative Ariella avait échoué. Alors que la mort approche, Camber Macrorie jette son sort final.

Pendant Le Calvaire de Gwynedd[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Le Calvaire de Gwynedd.

Tout au long du Calvaire de Gwynedd, Camber reste piégé dans un vide obscur entre la vie et la mort, situation qui résulte de son incapacité à avoir vraiment compris le sort final, tenté à la fin de Roi de Mort. Cependant, il semble apparaître à Evaine, Joram et à Queron pendant l'introduction de Queron dans le Conseil Cambérien. At the end of the novel, Camber is finally freed through Evaine's sacrifice, entering a higher spiritual state that allows him to continue the work of his life after death. À la fin du roman, Camber est finalement libéré par le sacrifice d’Evaine, et se transforme en un état spirituel supérieur qui lui permet de continuer le travail de sa vie après la mort.

Pendant les romans suivants[modifier | modifier le code]

Camber apparaît plusieurs fois dans les romans Deryni autres, le plus souvent comme vision lors de l'activation du Potentiel Haldane de plusieurs descendants de Cinhil. À ce jour, il est apparu au cours des rituels d’activation des membres suivants de la lignée Haldane:

En outre, Camber apparaît au moins deux fois à Kelson Haldane pendant la quête de Saint Camber. Kelson éprouve une vision de Camber tout en subissant un épreuve rituel, et convoque plus tard, une image étonnamment réelle de Camber tout en luttant contre son cousin, Conall Haldane, dans un Duel d’Arcanes. À la fin du roman, Kelson et Dhugal MacArdry rencontrent un mystérieux inconnu ayant une connaissance approfondie de la tombe de Camber, mais la véritable identité de cet inconnu n'est jamais fermement établie.

Camber apparaît aussi dans deux des nouvelles publiées The Deryni Archives. Dans Catalyst, quinze ans avant Roi de folie, Camber apparaît brièvement à la fin de l'histoire pour féliciter le jeune Rhys sur ses talents de guérison qui viennent d’être découverts. Dans Healer's Song, situé entre Roi de douleur et Roi de mort, Camber prend part à un rituel de famille intime après la naissance de son premier petit-fils, Tieg Thuryn.

Famille[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ballard MacRorie
(808-871)
comte de Culdi
 
Ardis Drummond
(811-882)
 
Evan de la Marche
baron de la Marche
x Brio Gillaspie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Elspeth MacRorie
(840-918)
 
Adrian MacRorie
(842-856)
 
Angus MacRorie
(844-862)
 
Camber MacRorie
(846-918)
comte de Culdi
 
Jocelyn de la Marche
(848-896)
 
Aislinn MacRorie
(851-917)
x Ian MacLean
comte de Kierney
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ardissa MacRorie
(morte née)
 
Elinor Howell
(880-957)
 
Cathan MacRorie
(873-903)
 
Jerusha MacRorie
(876-888)
 
Ballard MacRorie
(877-888)
 
Joram MacRorie
(878-948)
prêtre
 
Evaine MacRorie
(882-918)
 
Rhys Thuryn
(877-917)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Davin MacRorie
(899-917)
comte de Culdi
 
Ansel MacRorie
(900-948)
x Fiona MacLean
 
 
 
 
 
Aidan Thuryn
(907-917)
 
Rhysel Thuryn
(910-974)
x Robert Ainslie
 
Tieg Thuryn
(914-948)
x Karis d'Oriel
 
Jerusha Thuryn
(918-1001)
x Cathan Drummond

Principaux thèmes[modifier | modifier le code]

Des principaux protagonistes de la Trilogie des Rois, Camber en est clairement le leader. Alors que les autres personnages tels que Joram, Evaine et Rhys s'en remettre souvent à son autorité patriarcale, d'autres compagnons de Camber et les alliés s’en remettent à son intelligence, son expérience et son jugement. Bien que d'autres partagent ses buts et objectifs, ce sont les actions et les décisions de Camber qui ont le plus d'impact sur l'ensemble des événements sociaux et politiques dans les romans. Lorsque Rhys et Joram découvrir l'existence d'un héritier Haldane dans Roi de folie, l'une de leurs premières actions est de demander conseil à Camber sur la question, et c'est finalement la participation de Camber dans le complot ( et plus précisément de donner des pouvoirs derynis à Cinhil) qui lui permet de réussir. Dans Roi de douleur, le choix de Camber de prendre l’apparence et l’identité d’Alister Cullen lui permet de se lier d'amitié Cinhil et de fournir l'orientation au nouveau roi pour qu’il devienne un bon souverain. Et après la mort de Cinhil dans Roi de mort, Camber continue d'utiliser son identité de Cullen pour assurer la direction pour développer le mouvement de résistance Deryni. Alors que Camber agit rarement seul, il est souvent l’avocat et la direction que les autres protagonistes suivent.

Au XIIe siècle, Camber est devenu un personnage historique à la réputation contestée. Après sa mort, les actions de Camber au cours de sa vie servent de base pour une célébrité qui terrifie ou inspire les générations futures. Qu'il soit considéré comme un hérétique maléfique ou un sauveur héroïque, il est devenu une légende énigmatique et mystérieuse, et ni ses partisans ni ses détracteurs ne savent ou ne comprenne la pleine vérité sur sa vie et ses actions. En outre, il est l'un des principaux symboles du conflit entre les humains et les Derynis, compte tenu de sa célèbre histoire d'un noble Deryni qui a renversé un roi Deryni pour le remplacer un prince humain.

Camber est dépeint comme un homme intelligent et réfléchi, mais il existe de nombreux exemples où il prend des risques audacieux et dangereux. Bien que le choix Camber de renverser Imre aurait pu aboutir à son exécution pour trahison, son acte le plus risqué est sa tentative de donner à Cinhil des pouvoirs magiques, car il implique des circonstances inconnues dont les conséquences finales ne peut pas être prédit avec précision. Dans Roi de douleur, il hésite brièvement avant de décider de prendre l'identité de Cullen et d'abandonner sa propre identité dans le favoriser la position des erynis. Même quand il fait face sa propre mort, dans Roi de mort, il fait un dernier pari désespéré en tentant de jeter un sort qu'il ne comprend pas bien.

Camber est aussi un érudit passionné qui se lance à plusieurs reprises dans la recherche d'ancienne tradition Derynie. En plus de sa vaste connaissance des Arcanes, ses capacités magiques personnelles sont très développées et puissantes, et il est universellement reconnu comme un maître des rituels. Il possède un esprit vif et analytique qui cherche souvent à résoudre un problème en en discutant avec sa famille et ses collègues. Camber a aussi une foi religieuse très forte, et sa piété est un élément central de sa personnalité. Même avec son important rôle politique séculière et ecclésiastique, il reste dévoué à sa famille et bénéficie d'une relation étroite avec tous ses enfants, malgré vives discussions avec ses enfants.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Katherine Kurtz (trad. Guy Abadia), Roi de folie [« Camber of Culdi »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1976) (ISBN 2-266-06350-2)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Roi de douleur [« Saint Camber »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1979) (ISBN 2-266-06653-6)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Roi de mort [« Camber the Heretic »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1981) (ISBN 2-266-06654-4)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Le calvaire de Gwynedd [« The Harrowing of Gwynedd »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1989) (ISBN 2-266-06658-7)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), L'année du roi Javan [« King Javan's Year »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1992) (ISBN 2-266-06659-5)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Le prince félon [« The Bastard Prince »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1994) (ISBN 2-266-08534-4)
  • Katherine Kurtz (trad. Guy Abadia), Le réveil des magiciens [« Deryni Rising »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1970) (ISBN 2-266-05648-4)
  • Katherine Kurtz (trad. Guy Abadia), La chasse aux magiciens [« Deryni Checkmate »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1973) (ISBN 2-266-05649-2)
  • Katherine Kurtz (trad. Guy Abadia), Le triomphe des magiciens [« High Deryni »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1973) (ISBN 2-266-06349-9)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Le bâtard de l'évêque [« The Bishop's Heir »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1984) (ISBN 2-266-06655-2)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), La justice du roi [« The King's Justice »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1985) (ISBN 2-266-06656-0)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), La quête de Saint Camber [« The Quest for Saint Camber »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 1986) (ISBN 2-266-06657-9)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Une femme pour le roi [« King Kelson's Bride »], Presse Pocket,‎ (1re éd. 2000) (ISBN 2-266-12504-4)
  • (en) Katherine Kurtz, The Deryni Archives,‎ (ISBN 0-345-32678-4)
  • (en) Katherine Kurtz et Robert Reginald, Codex Derynianus (second edition),‎ (1re éd. 1997) (ISBN 1-887424-96-2)