Calvinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Calvinet
Calvinet
Château de Lamothe à Calvinet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement d'Aurillac
Canton Arpajon-sur-Cère
Intercommunalité CC de la Châtaigneraie Cantalienne
Maire
Mandat
François Danemans
2014-2020
Code postal 15340
Code commune 15027
Démographie
Population
municipale
513 hab. (2015 en augmentation de 6,21 % par rapport à 2010)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 07″ nord, 2° 21′ 30″ est
Altitude Min. 452 m
Max. 742 m
Superficie 13,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calvinet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calvinet

Calvinet est une commune française située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière le Célé[1], affluent du Lot, lui-même affluent du fleuve la Garonne, prend sa source dans la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Village au cœur de la Châtaigneraie cantalienne, Calvinet semble avoir pour origine le nom de 'Calvinus' gaulois latinisé durant la période gallo-romaine.

Autrefois châtellenie dépendante du puissant vicomté de Carlat. Détaché dudit vicomté, Calvinet n'est plus alors qu'un petit bailliage seigneurial.

L'an 1261, Eustache de Beaumarchès bailli des montagnes d'Auvergne et sénéchal du Poitou, épouse Marine de Vigouroux, dame de Calvinet et devient par la même seigneur du lieu. Il rend hommage à Alphonse de Poitiers (frère de Saint-Louis).

S'ensuit, en 1268 la construction d'une forteresse importante.

"le samedi après la fête St-Vincent de l'an 1322" eut lieu la vente, " moyennant 45 000 livres, de la terre et baronnie de Calvinet, membre attaché au Comté de Carladès, par Noble et puissant Seigneur Jean Hughes de Chambellac, chevalier comme marié (sic) de Dame Marie de Beaumarchais, fille et héritière universelle de Noble Seigneur Michel de Beaumarchais, à Noble et puissant Seigneur Pierre Du Chemin, chevalier seigneur de Ver"[2].

En 1330 est construite l'église.

Calvinet est ensuite acquis par Jean 1er, Duc de Bourbon & d'Auvergne, comte de Clermont (1380-1433) Pair & Chambrier de France, Capitaine Général des pays de Languedoc & Duché de Guyenne. Défait à la bataille d'Azincourt, prisonnier des Anglais, il mourut en Angleterre après 19 ans de prison.

La place forte est incorporée au domaine royal sous François Ier

Henri 1er de la Tour d'Auvergne, Vicomte de Turenne, Duc de Bouillon, marcha en 1576 sur Périgueux, pour secourir cette ville assiégée par les catholiques; sitôt après cette expédition, il prit Figeac "par escalade" (sic), puis ensuite s'empara de Calvinet (D'après M Marsollier: 'Histoire de Henry de la Tour D'Auvergne' chez Francis Barois Libraire à Nevers 1719)

Le Roi Henri IV concède, par brevet du 30 avril 1598 aux huguenots du haut-pays, afin de garantir leur liberté de conscience, une seule place de sûreté en Auvergne : Calvinet, défendue par une garnison de 13 soldats. Elle dépendait jusqu'en 1620 du " Haut-Querci, dioceze de Caor" (sic), puis en 1621 de la Haute-Auvergne, Généralité de Riom.

Cette place forte a eu pour gouverneurs successifs trois Giou , issus d'une famille huguenote illustre de chevalerie distinguée tant par les alliances et la naissance, que par les services rendu au roi Henri IV :

- Lévi de Giou de Cailus, - dit Louis -, (? +1622) Nommé gouverneur le 29 décembre 1590; - Il était écuyer, depuis le 28 septembre 1589 , de Catherine de Bourbon, duchesse d'Albret, sœur du roi Henri IV. .

Il battit le Duc de Joyeuse à Montaudran, ce qui lui valut une lettre flatteuse du Roi. Les archives de la Maison de Giou font état de plusieurs lettres du Roi Henri écrites à ce même Lévi en son gouvernement & château de Calvinet.; dans l'une desquelles, il le convia de venir à son sacre.

- Jacques II de Giou, chevalier, familier de Jacques d'Armagnac , il lui reviendra la charge , en tant qu'adjudicataire, de la démolition des places fortes de Murat et de Carlat.

- Henri de Giou, chevalier, seigneur de La Roque Arnals, fils cadet de Lévi. Nommé gouverneur pour succéder à son frère décédé.

- Mr Du Bousquet, (1613-1660) autre gouverneur, fut lieutenant du Roi; il s'était distingué par sa valeur au Siège de la Rochelle où Louis XIII, de qui il avait déjà l'honneur d'être connu, lui dit un jour :"Du Bousquet, est-il vrai que vous êtes Huguenot ?, Oui Sire, répondit-il à ce Prince, mais mon épée est Catholique".. . (Abrégé de la Vie et des vertus de Marguerite Aimée Du Bousquet (sa fille) - Ste Marie de Mâcon 1736)

Le château sera détruit sur ordre de Richelieu en 1634,(selon ordonnance royale du 8 novembre 1633 ordonnant la destruction des châteaux en Auvergne)

Vers 1895 est construit le presbytère selon les plans dessinés par Maurice SIZAIRE alors âgé de 18 ans , lequel deviendra plus tard un constructeur d'automobiles réputé ( il subsiste une superbe Sizaire et Naudin de 1913 dans le Cantal)

< Avec le titre de Liste des vicomtes de Carlat comte de Carladès, les princes de Monaco portaient depuis 1643 celui de baron de Calvinet. Ces titres français de noblesse ne se transmettant uniquement que par la filiation masculine et légitime, ils sont considérés comme éteints depuis 1949, au décès de Louis II Grimaldi.

Jean de Bonnefon, journaliste et poète local, a donné son nom à la place centrale du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Calvinet 15.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Fuselé d’argent et de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 mars 1995 Géraud de Bonnafos[3]   Militaire
mars 1995 mars 2002 Bruno Puech    
mars 2008 mars 2014 Édouard de Bonnafos DVD  
mars 2014 en cours François Danemans PRG-MRSL Avocat
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 513 habitants[Note 1], en augmentation de 6,21 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260219297316352454799800745
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
730681701679722752671642635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
605576566542539568595636560
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
527524491408404432462467471
2013 2015 - - - - - - -
517513-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Lamothe
  • Quelques vestiges de l'ancien château de Calvinet, et du noyau primitif sur les hauteurs, traversé par la route appelée 'le pavé'
  • La chapelle du Puy Capel, édifiée en 1880. Jamais ouverte au culte, située sur le plateau du même nom
  • cromlech de la Rouquette

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eustache de Beaumarché, sénéchal de Toulouse et bâtisseur de Bastides portant des noms de villes espagnoles ou otalienne (Fleurence, Valence d'Albi, Pampelonne, Grenade, ...)
  • Lévi de Giou, dit Louis, gouverneur de Calvinet, écuyer de la Princesse Catherine de Bourbon, duchesse d'Albret, sœur du roi Henri IV,
  • Jean de Bonnefon, poète et polémiste.
  • Louis II de Monaco, dernier baron de Calvinet[8]
  • Jean Marie Gaston, poète et romancier
  • Raymond Lavigne, journaliste, scénariste et auteur de romans policiers.

Activités et Loisirs[modifier | modifier le code]

  1. Camping municipal "Les Érables"
  2. Piscine municipale
  3. Terrains de sports
  4. Lac pour pêche
  5. Randonnées

Services[modifier | modifier le code]

  1. Supérette
  2. Garage et station service 7/7j 24/24h
  3. Poste
  4. Médecin
  5. Pharmacie
  6. Vétérinaire
  7. Dentiste
  8. Coiffeur
  9. gendarmerie
  10. Boulangerie artisanale
  11. Marché Bio de l'association Serfouette

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Ravarini, « index.html », sur www.hydro-land.com (consulté le 12 septembre 2016)
  2. extrait du parchemin original en latin, traduit en français en 1674
  3. Géraud de Bonnafos, Comment fausser compagnie à ses geôliers allemands : Manuel d'évasion, Editions Pierre de Taillac, , 93 p. (ISBN 2-3644-5080-2), p. 90.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. source: "les titres des Grimaldi de Monaco"'

Liens externes[modifier | modifier le code]