Calpulli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Amérique précolombienne image illustrant le Mexique
Cet article est une ébauche concernant l’Amérique précolombienne et le Mexique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le « calpulli » est, en Mésoamérique, l'unité de base à la fois territoriale et sociale des Nahuas[1].

Ce terme signifie littéralement, en nahuatl, « grande maison »[2], c'est-à-dire « maison communale »[3], et se réfère ainsi à un « groupe de maisons »[1], un quartier, une commune[4]. Il a été traduit le plus souvent par « quartier » (« barrio ») chez les chroniqueurs espagnols de l'époque de la conquête et par « clan » chez les auteurs américains modernes[1].

Les calpulli sont« la cellule essentielle de la tribu [aztèque] pendant la migration et jusqu'à la fondation de Tenochtitlan »[1]. Dans la capitale aztèque, au début du XVIe siècle, chaque calpulli élisait son chef (« calpullec », qui recevait le titre de « tecuhtli ») et avait un temple ainsi que des « maisons de jeunes gens » (« telpochcalli »), où était dispensé un enseignement militaire et religieux[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jacques Soustelle, Les Aztèques: À la veille de la conquête espagnole, Hachette Littératures, (réimpr. 2008) (ISBN 9782012794375), p. 32-33
  2. Miguel León Portilla, De Teotihuacán a los aztecas: Antología de fuentes e interpretaciones históricas, Université nationale autonome du Mexique, (ISBN 9789685805933, lire en ligne), p. 334
  3. Guido Gómez da Silva, Diccionario breve de Mexicanismos, 2001, page 34 : « Del náhuatl calpolli o calpulli "casa comunal", literalmente "casa grande", de calli "casa" + -pol, aumentativo ».
  4. Selon Rémi Siméon (cité en note 5 de la page 63 de l'ouvrage de Mario Humberto Ruz et María Dolores Biosca Sáiz, El magnífico Señor Alonso López, alcalde de Santa María de la victoria y aperreador de Indios: (tabasco, 1541), Plaza y Valdes, (ISBN 9789688568576, lire en ligne)