Calligrammes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calligrammes (homonymie).

Calligrammes
Informations générales
Auteur
Création
Dédicataire

Calligrammes, sous-titré Poèmes de la paix et de la guerre 1913-1916, est un recueil de poésie concrète de Guillaume Apollinaire publié le 15 avril 1918 aux éditions Mercure de France et contenant de nombreux calligrammes dont le plus connu est La Colombe poignardée et le Jet d'eau.

Poésie[modifier | modifier le code]

alternative textuelle
La Colombe poignardée et le Jet d’eau

Le recueil est dédié à René Dalize, ami d'enfance d'Apollinaire, mort à la guerre, à qui il rend hommage : « À la mémoire /du plus ancien de mes camarades / René Dalize /mort au Champ d’Honneur / Le 7 mai 1917 ».

Apollinaire l'évoque dans le poème La Colombe poignardée et le Jet d'eau :

Où sont Raynal Billy Dalize
O mes amis partis en guerre
Dont les noms se mélancolisent

Apollinaire, dans une lettre à André Billy, affirmera :

« Quant aux Calligrammes, ils sont une idéalisation de la poésie vers-libriste et une précision typographique à l'époque où la typographie termine brillamment sa carrière, à l'aurore des moyens nouveaux de reproduction que sont le cinéma et le phonographe[1] »

L'ouvrage sera préfacé par Michel Butor dans ses éditions ultérieures de 1966, 1994 et 1995[2].

Selon Laurence Campa, l'accueil du recueil a été mitigé : l'innovation formelle est mal comprise et les poèmes paraissent tantôt trop légers tantôt pas assez critiques vis-à-vis de la Première Guerre mondiale[3],[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurence Campa, Poèmes à Lou de Guillaume Apollinaire, Paris, Gallimard, coll. Foliothèque, vol. CXXVII, 2005.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]