Callicebus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Callicebinae)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Titi.
image illustrant les primates
Cet article est une ébauche concernant les primates.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet correspondant.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Titis, Callicèbes

Les titis[1] ou callicèbes[1] sont des singes du Nouveau Monde (Platyrrhini), qui constituent les genres Callicebus, Cheracebus et Plecturocebus[2], de primates simiiformes de la famille des Pitheciidae, uniques représentants de la sous-famille des Callicebinae.

Ils vivent en Amérique du Sud, plus précisément au Brésil, Bolivie, Pérou, Colombie et au nord du Paraguay.

Description[modifier | modifier le code]

Selon les espèces, les Titis mesurent de 23 à 46 centimètres de long ( 9.1 à 18.1 po) sans la queue, cette dernière allant de 26 à 56 centimètres (10 à 22 po)[3]. Les différentes espèces de Titis varient considérablement en termes de couleurs, mais se ressemblent toutes d'un point de vue morphologique. Ils ont une longue fourrure tirant généralement sur le rouge, le marron, le gris ou encore sur le noir. Quelques espèces ont un front noir ou blanc contrastant avec le reste du visage et/ou du corps, et tous les individus du genre Cheracebus ont un demi-collier blanc[2]. La queue est toujours très velue et n'est pas préhensile.

Comportement[modifier | modifier le code]

Diurnes et arboricoles, les Titis préfèrent les forêts denses et humides. Ils se déplacent avec grande facilité d'une branche à l'autre, ce qui leur a donné le nom allemand de "Sprigaffen" (singe sauteur). Ils dorment la nuit, mais peuvent aussi faire de petites siestes en journée.

Leur régime alimentaire est principalement constitué de fruits et de feuilles, ainsi que de fleurs, d'insectes, d’œufs d'oiseau ou encore de petits vertébrés[3].

Relations intragroupes[modifier | modifier le code]

Ils vivent dans des groupes familiaux constitués des parents et de quelques enfants. L'épouillage et la communication sont des éléments importants de la coopération du groupe. Typiquement, les Titis peuvent être vus côte-à-côtes les queues enroulées pendant qu'ils dorment ou pendant un épouillage.

Relations intergroupes[modifier | modifier le code]

Les Titis sont des singes territoriaux. Ils défendent leur territoire en criant et chassant les intrus, et peuvent dans de rares cas engager un combat au corps à corps[3]. Leurs duos sont complexes et composés de nombreux cris différents[4].

Il a été noté que les couple récemment formés produisent des séries de duos classiques dès le premier jour. Cependant, ces chants montrent des durées très variables[5].

Classification et taxinomie[modifier | modifier le code]

Selon la publication "Phylogenetic relationships of the New World titi monkeys (Callicebus): first appraisal of taxonomy based on molecular evidence", de mars 2016[2] :

Des espèces étant régulièrement découvertes, on peut donc aisément supposer qu'il en reste encore d'autres !

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  2. a, b et c (en) Hazel Byrne, Anthony B. Rylands, Jeferson C. Carneiro et Jessica W. Lynch Alfaro, « Phylogenetic relationships of the New World titi monkeys (Callicebus): first appraisal of taxonomy based on molecular evidence », Frontiers in Zoology, vol. 13,‎ (PMID 26937245, PMCID 4774130, DOI 10.1186/s12983-016-0142-4, lire en ligne)
  3. a, b et c (en) Nowak, R. M., Walker's Mammals of the World. 6th edition., Baltimore, The Johns Hopkins University Press, (ISBN 0-8018-5789-9)
  4. (en) Christini B. Caselli, Daniel J. Mennill, Júlio César Bicca-Marques et Eleonore Z. F. Setz, « Vocal behavior of black-fronted titi monkeys (Callicebus nigrifrons): Acoustic properties and behavioral contexts of loud calls », American Journal of Primatology, vol. 76,‎ , p. 788–800 (ISSN 1098-2345, DOI 10.1002/ajp.22270, lire en ligne)
  5. (en) Alexandra E. Müller et Gustl Anzenberger, « Duetting in the Titi Monkey Callicebus cupreus: Structure, Pair Specificity and Development of Duets », Folia Primato, no 73,‎ , p. 104–115