Call girl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Escort Girl (film)

Call-girl est une expression anglaise désignant les travailleuses du sexe dont la présence, contrairement aux prostituées exerçant sur la voie publique (prostitution de rue), est habituellement cachée aux yeux du public, leur activité relevant dès lors de la prostitution dite "indoor".

Définition[modifier | modifier le code]

Les termes call-girl et escort-girl désignent, le plus souvent, une activité similaire, l'escort-girl ou « escort » proposant un service d'accompagnement qui, généralement, est associé à des services sexuels. De fait, l'utilisation du terme “escort” pour désigner des prostituées travaillant à leur compte à partir d'un site Internet tend à en faire aujourd'hui, de facto, un quasi-synonyme de “call-girl”, auquel il a même parfois tendance à se substituer dans l'usage : les auteurs du rapport du service interministériel français de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) de décembre 2012, consacré aux enjeux sanitaires des différentes formes de prostitutions[1], emploient ainsi les termes “escort” et “escorting” pour désigner la forme de prostitution abordée dans cet article.

Les call-girls ou escort-girls ne sont pas affiliées à un établissement (lupanar), encore que certaines soient employées par des agences spécialisées. L'appel à la prostituée se fait par téléphone — d'où le nom de call girl. Bien souvent, ces personnes font la promotion de leurs services par de petits encarts dans les revues destinées à la gent masculine, par des affichettes qu'elles placent bien en vue sur des lieux fréquentés (cabine téléphonique par exemple) et, plus récemment, par Internet ou encore par l'intermédiaire d'une agence impliquée surtout dans la prostitution de haut de gamme comme celle de Deborah Jeane Palfrey. Dans ce dernier cas, quelques femmes sont recrutées par des employé(e)s de l'agence mais la plupart s'adressent directement à elle[2]. Certaines call-girls dépendent d'un proxénète.

Les call girls pratiquent généralement des prix plus élevés que les prostituées qui exercent sur la voie publique. On dit que la call girl travaille incall lorsque le client se rend chez elle ou à son hôtel et outcall lorsque la prostituée se rend chez le client ou dans tout autre endroit qu'il aura choisi.

Il faut savoir que la plupart des prestations délivrées par une call girl sont valables pour les deux sexes. L'appellation « callboy » ne semble pas exister (sinon en tant que terme péjoratif) ; on parle plutôt en France de garçon de passe, de gigolo — mais, à proprement parler, le mot « gigolo » s'applique à une relation vénale qui ne se présente pas comme de la prostitution, la différence pouvant n'exister qu'en apparence —, d'escort boy (anglicisme) pour désigner les hommes. La grande majorité de ces personnes prostituées sont des femmes.

Article détaillé : Prostitution masculine.

Il est de pratique courante que les agences examinent soigneusement les postulantes à la recherche de celles qui sont manifestement droguées (par exemple celles qui ont des traces d'injections) ou ont été arrêtées pour racolage sur la voie publique ou autres délits, tels qu'utilisation frauduleuse de chèques. Les agences essayent d'employer des femmes à la personnalité agréable ainsi que celles leur paraissant douées, attirantes, très soignées, cultivées et jeunes.

Travail sans rapport sexuel[modifier | modifier le code]

Bien que le travail d'une call girl soit avant tout à caractère sexuel, tous les clients ne louent pas les services d'une call-girl exclusivement pour le sexe. Certains n'en veulent pas du tout. D'autres le font pour des motifs sociaux, comme la présence à une réception, ou simplement pour avoir une compagnie. Certaines call-girls se spécialisent dans le sadomasochisme tel que la domination ou autres thèmes fétichistes qui ne demandent pas d'intimité sexuelle[3].

La call-girl-compagne[modifier | modifier le code]

Des hommes d'un certain âge ou veufs louent parfois les services d'une call-girl pour se distraire en compagnie d'une femme attirante ou intelligente. L'agence de call-girls essaye de déterminer si c'est ce que veut le client et, dans ce cas, lui adresse la femme la plus cultivée, la plus instruite et la plus polie. Il n'est pas habituel pour ces call girls de compagnie de recevoir d'importants pourboires ou des cadeaux de la part de leurs clients[4], [5]. Catherine Deneuve campe ce genre de personnage dans le film Belle de jour. Elle s'y livre à la prostitution occasionnelle alors qu'elle est la riche épouse d'un interne en médecine.

Motifs sociaux[modifier | modifier le code]

Le client peut simplement souhaiter impressionner ses pairs en présentant une belle femme, qu'il prétend être sa maîtresse ou même sa femme, à l'occasion, par exemple, d'un évènement social : rencontre de travail, réunion de parents d'élèves, vacances avec des amis... Les clients à la recherche d'un tel service préviendront l'agence de leurs intentions et préciseront le type de femme qu'ils recherchent pour tenir ce rôle. Le client peut rencontrer la call-girl à l'avance pour évaluer son degré d'intelligence, son éducation, sa culture, sa présentation, sa facilité d'élocution ainsi que ses capacités à donner le change. Ils s'enquièrent mutuellement de leur passé (prétendu), et élaborent une amitié ou une liaison feintes[6] dans le but d'être crédibles.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

L'émission télévisée sur ITV1 après 23 heures et sur Showtime aux États-Unis Journal intime d'une call girl narre l'histoire d'une call-girl haut de gamme, cultivée, qui fait partie d'une agence[7]. Le téléfilm comporte des scènes de sexe, bruitages et nudité.

La série télévisée australienne Satisfaction créée par Roger Simpson raconte le quotidien de call-girls travaillant dans une maison close haut de gamme de Melbourne (la prostitution organisée étant légale en Australie). Elle a été diffusée en France sur la chaîne Paris Première (3 saisons).

En littérature[modifier | modifier le code]

Clientèles financièrement aisées[modifier | modifier le code]

Des personnalités célèbres font parfois appel à des call girls pour éviter, du fait de leur statut social, le problème d'un amour déraisonnable de la part d'une partenaire qui s'attachera à eux et n'acceptera pas de séparation ou vendra à la presse les détails de leurs relations. Dans le cas d'une call girl, chaque partie connait sa position respective et ne la transgressera pas. Certaines célébrités vont jusqu'à se déplacer avec la call girl en avion privé vers des destinations à la mode, descendant dans les suites d'hôtels luxueux, prenant leur repas dans les meilleurs restaurants, dansant dans les boîtes de nuit en vogue et jouant au casino. Habituellement, le client loue les services de la call girl pour un court laps de temps au cours duquel il évaluera si cette dernière souhaite passer un plus long moment avec lui. Dans ce cas encore la présentation, l'intelligence, la façon de faire, l'amabilité et l'éducation de la femme entrent en ligne de compte. Dans le cas de certains clients richissimes, ces rendez-vous évoluent vers une fréquentation au long cours où la call-girl ou escort-girl s'apparente plus volontiers à une maîtresse[8].

Les femmes qui optent pour cette profession le font en raison d'un apport d'argent rapide, parfois facile, tout en ayant le plaisir de posséder de nombreux partenaires.

Des hommes ont également opté pour ce métier et proposent leur service à des dames esseulées, par exemple des femmes appartenant plus volontiers à la classe riche et vivant loin de leur mari, mais également celles qui souhaitent simplement avoir une intimité sexuelle sans partenaire fixe. Elles achètent alors les services d'un homme pour assouvir leurs envies[9], [10], [11], [12].

Les visites guidées[modifier | modifier le code]

Les visites guidées de grandes villes telles que Paris, Rome, Amsterdam, Bruxelles ou Zurich — pour ne citer que celles-ci — sont courues. Des call girls originaires surtout des pays de l'Est de l'Europe (Russie, Hongrie, Roumanie, Ukraine) sont « importées » pour de courtes périodes (n'excédant généralement pas deux semaines). Elles sont officiellement recrutées pour exercer le métier de guide touristique. Les agences retiennent pour elles une chambre dans un hôtel spécialisé (dit de passe) où elles peuvent recevoir des clients 24 heures sur 24[réf. nécessaire]. Ce système fait de nombreuses victimes parmi les call girls qui sont implacablement exploitées pendant leur court séjour en Europe de l'Ouest. Vrai ou pas, le fait prétendu que certaines de ces femmes soient citoyennes de l'Union européenne peut être un facteur de recrutement. Pour la clientèle, cela permet une rotation de call girls, toujours renouvelées, pour un service varié et continu.

Internet[modifier | modifier le code]

En France, depuis le durcissement de la législation qui vise à réduire le nombre de prostitués dans les rues[13], certaines call-girls ou escort-girls travaillant indépendamment ainsi que nombre d'agences ont, depuis quelque temps, ouvert un site web. Internet est devenu une grande voie de recherche pour qui cherche une call-girl. Une photographie de la fille en question s'affiche généralement ainsi que, dans certains cas, le(s) type(s) de service sexuel qu'elle est prête à accomplir. Certaines agences proposent un service très haut de gamme offrant un intérêt particulier : jumelles, anciennes actrices de films pornographiques, dominatrices ou, au contraire, femmes soumises.

Internet fournit de nombreuses listes de call-girls répertoriées sous différentes rubriques et situées dans des villes définies, dans différents pays, voire dans le monde entier. Habituellement l'agence ou la call-girl est responsable du bon libellé des informations qu'elles diffusent.

Des clients passent en revue les prestations qui leur ont été fournies sur leur site web personnel. Ils notent les call-girls en fonction de leur beauté physique, leur façon de se comporter et leurs performances sexuelles. Ces évaluations sont des critères de choix déterminants pour les lecteurs. Cependant, il faut savoir que nombre de ces sites sont trafiqués et ne reflètent pas la réalité[14].

Jargon[modifier | modifier le code]

Du fait que la prostitution est illégale dans beaucoup de pays, l'industrie du sexe communique dans un jargon qu'elle a développé en lieu et place de locutions explicites (par exemple les mots « incall » et « outcall »).

L'acceptation pour les travailleuses du sexe de pratiquer des baisers sur la bouche (french kiss en anglais) ou des fellations varie beaucoup de l'une à l'autre. Des expressions comme DFK (Deep French Kissing, baiser bouche ouverte avec usage de la langue) et LFK (Light French Kissing, baiser bouche ouverte mais sans usage de la langue) sont habituels pour expliquer la façon dont la femme embrasse.

La fellation est expliquée par l'expression BBBJ (bare back blow job, fellation sans préservatif, bare signifiant « nu » en anglais). DATY (dinning at the Y, diner au Y) signifie que la femme autorise son client à pratiquer un cunnilingus. CIM (cum in mouth, sperme dans la bouche) signifie que la femme autorise l'homme à éjaculer dans sa bouche[15].

Une autre circonlocution familière dans le jargon des call-girls est GFE, sigle pour girlfriend experience (call-girl offrant l'expérience d'être une copine), souvent abrégé en « gf »[16]. Ce terme implique habituellement que la femme soit affectueuse, chaude, accepte d'embrasser le client, se laisse masturber et également qu'elle pratique la fellation sans préservatif.

Une autre expression codée est niveau A ou classe A. Cette expression signifie que la call-girl pratique la sodomie avec le client (A signifiant « anal »). Aux États-Unis, cette affinité sera indiquée par Greek welcome (bienvenue au Grec) et, en Grande-Bretagne, elle mettra educated to A-levels alors que cette même expression, employée aux US, signifie que la call girl est une « cinq étoiles » et que ses émoluments sont en rapport.

PSE pour porn star experience signifie que la femme a un comportement sexuel agressif ou s'arrange pour satisfaire les demandes inhabituelles ou complexes de ses clients. Elle accomplira toutes sortes d'actes sexuels, à l'exception cependant de l'intromission vaginale ou rectale sans préservatif.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Call girl » (voir la liste des auteurs)

  1. Prostitutions : les enjeux sanitaires, rapport public de l'Inspection générale des affaires sociales, par Claire Aubin, Danielle Jourdain-Menninger et Julien Emmanuelli, décembre 2012, accessible sur le site de la Documentation Française : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/124000667-prostitutions-les-enjeux-sanitaires
  2. (en) Diane Taylor, « Nice and sleazy does it » The Guardian, jeudi 11 mai 2000).
  3. Melissa Francis, Dirty Money, (samedi 14 novembre 2008).
  4. Andrew Gumbel, The little black book that has Hollywood in a spin, The Independent (29 juin 1999).
  5. Roberta Perkins, « Prostitutes in the class system », Working girls: prostitutes, their life and social control (Canberra : Australian Institute of Criminology, 1991).
  6. Janice Turner, Brothels are booming. Ban them, The Times (23 février 2008).
  7. « Secret Diary of a Call Girl », Showtime Official Site,‎ décembre 2008 (consulté le 03-12-2008).
  8. Melissa Francis, Dirty Money, (samedi 14 novembre 2008).
  9. Jennifer Ludbrook, Escort agency hiring at U of C, Gauntlet News (10 octobre 2002).
  10. Finlo Rohrer,The men who sleep with prostitutes, BBC News Magazine (vendredi 22 février 2008).
  11. John Lichfield, British boss of European escort agency gets four years for, The Independent (24 octobre 2003).
  12. Sex, men, and the working girl, Channel4, Health Magazine (septembre 2002).
  13. « prostitution de rue à la prostitution 2.0 », http://actualites.escorte-france.fr/ (consulté le 13-02-2012)
  14. http://news.bbc.co.uk/1/hi/magazine/7819984.stm
  15. J. D. Roberts, The Business Side of Escorting: The Ins and Outs of Running a Business in the Cyber Age for the Escort and the Sensual Masseuse Serious About Her Profession, iUniverse, Inc., 2004, p. 172
  16. « What does gf stand for? », AcronymFinder.com (consulté le 30-01-2008).