Calentica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Calentica
Image illustrative de l'article Calentica

Lieu d’origine Algérie
Place dans le service Plat
Température de service Chaude

La calentica, appelée souvent karantika ou kebda beïda (« foie blanc »), est un plat algérien à base de farine de pois chiches, ayant l'aspect d'un flan. Fréquemment vendue par des marchands ambulants dans les grandes villes d'Algérie, elle se consomme chaude de préférence.

Il existe deux versions de la calentica : une version simple qui contient uniquement de la farine de pois chiches, de l'eau et du sel et une autre version plus élaborée qui contient des œufs.

Par vocation, il s'agit donc un plat simple et bon marché. Souvent, la calentica est accompagnée par une sauce rouge faite d'eau, de tomate concentrée et de harissa. À l'époque de la colonisation française, la calentica se consommait en sandwich, avec sel, poivre et beaucoup de cumin, qui fait particulièrement ressortir le goût de la farine de pois chiches. La calentica est originaire de la ville d'Oran[1].

Ce plat de la restauration rapide est le plus vendu, en particulier en raison de son prix abordable (environ 20 DA)[2].

Appellation[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot provient de l'espagnol calentita (qui signifie « toute chaude »), qui a son origine dans le mot espagnol caliente, qui veut dire « chaud[2] ». La variante oranaise calentica intègre le diminutif ico, ica, est plus usuelle à Murcie et en Aragon[3]. Cette variante est si intégrée dans l'arabe parlé en Oranie que le mot n'y est plus considéré comme espagnol[4].

Historique[modifier | modifier le code]

D'après les vieux d'Oran[Qui ?], la calentica a été inventée dans le fort de Santa Cruz par les militaires espagnols, après qu'ils ont été piégés dans ce fort sans disposer de nourriture. Ils mixaient le reste de leur réserve de pois chiches et ce fut l'apparition de la calentica.

Autres appellations[modifier | modifier le code]

On peut recenser beaucoup d'appellations proches comme calentita ou galentita[3]. On trouve également les termes karantika, karane, kalentika, grantéta, karantita, garantita ou garentéta et aussi hami (« le chaud »).

Variantes[modifier | modifier le code]

À Oran, la calentica est composée de farine de pois chiche, d'eau, d'huile d'olive[5], de sel, de cumin et parfois de fromage.

À Alger, la recette est enrichie d'œufs (eau, farine de pois chiche, huile, sel, cumin et œufs).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une origine génoise, via Gibraltar, est possible. Une recette similaire, nommée calentita y existe. Cf. article Socca.
  2. a et b http://www.lemidi-dz.com/index.php?operation=voir_article&id_article=midi_alger@art1@2011-01-02
  3. a et b Jeanne Duclos, Le Pataouète. Dictionnaire de la langue populaire d'Algérie et d'Afrique du Nord, Éd. Gandini, 1992, p. 50.
  4. Ambroise Queffélec, Le Français en Algérie. Lexique et dynamique des langues, Éd. Duculot 2002, 590 p. (ISBN 9782801112946), p. 39 Lire en ligne.
  5. Irène et Lucienne Karsenty, Cuisine pied-noir, Denoël, 1974, p. 183.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]