Calao de Hartlaub

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Horizocerus hartlaubi

image illustrant les oiseaux
Cet article est une ébauche concernant les oiseaux.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet correspondant.

Horizocerus hartlaubi
Description de cette image, également commentée ci-après

Calao de Hartlaub (Horizocerus hartlaubi)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Bucerotiformes
Famille Bucerotidae
Genre Horizocerus

Nom binominal

Horizocerus hartlaubi
(Gould, 1861)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Calao de Hartlaub (Horizocerus hartlaubi, anciennement Tockus hartlaubi) est une espèce africaine d'oiseaux appartenant à la famille des Bucerotidae.

Répartition[modifier | modifier le code]

Zone de répartition en bleu

Cette espèce est présente dans les pays suivants : Angola, Cameroun, Centrafrique, République du Congo, Côte d'Ivoire, Guinée équatoriale, Gabon, Ghana, Guinée, Libéria, Nigéria, Sierra Leone, Soudan, Togo et Ouganda.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

À la suite de l'étude phylogénique de Gonzalez et al. (2013), le Congrès ornithologique international (dans sa version 4.4, 2014) déplace cette espèce depuis le genre Tockus.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 5.1, 2015) du Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Horizocerus hartlaubi hartlaubi (Gould) 1861.
  • Horizocerus hartlaubi granti (Hartert) 1895 ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gonzalez, J.-C. T., B.C. Sheldon, N.J. Collar & J.A. Tobias (2013), « A comprehensive molecular phylogeny for the hornbills (Aves: Bucerotidae) », Mol. Phy. Evol., vol. 67, p. 468-483. DOI:10.1016/j.ympev.2013.02.012.