Caius Claudius Canina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claudius.

Caius Claudius Canina est un homme politique romain du début du IIIe siècle av. J.-C., consul en 285 et 273 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est membre de la gens patricienne des Claudii et pourrait appartenir à la branche des Claudii Marcelli. Sa filiation donnée par les Fastes capitolins correspond en effet à celle de Marcus Claudius Marcellus, consul en 287 av. J.-C. et qui pourrait être son frère. Il serait alors le fils de Marcus Claudius Marcellus, consul en 331 av. J.-C. Son nom complet est Caius Claudius M.f. C.n. Canina[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier consulat (285)[modifier | modifier le code]

Il est consul en 285 av. J.-C. avec Marcus Aemilius Lepidus pour collègue[1]. C'est peut-être durant leur consulat que les Romains lancent des opérations contre Volsinies et contre les Lucaniens, ces derniers étant attaqués afin de porter secours aux habitants de Thurium[a 1].

Second consulat (273)[modifier | modifier le code]

Caius Claudius est consul une deuxième fois en 273 av. J.-C. avec Caius Fabius Licinus pour collègue[2]. Caius Claudius obtient l'honneur de célébrer un triomphe pour ses victoires sur les Lucaniens, les Samnites et peut-être les Bruttiens.

Tribunat militaire (264)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Première guerre punique.

Il est possible qu'il puisse être le tribun militaire qui est envoyé en 264 av. J.-C. par le consul Appius Claudius Caudex en avant de l'armée pour attaquer Messana. La garnison carthaginoise se retire de la ville et Appius Claudius s'en empare avec les Mamertins pour alliés[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. a et b Broughton 1951, p. 186.
  2. Broughton 1951, p. 196.
  3. Broughton 1951, p. 203.
  • Sources antiques :
  1. Tite-Live, Periochae, XI

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Robert S. Broughton (The American Philological Association), The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, Press of Case Western Reserve University (Leveland, Ohio), coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]