Caffaro di Rustico da Caschifellone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caffaro di Rustico da Caschifellone
Caffaro di Rustico da Caschifellone - Villetta Di Negro (Genoa) - DSC02421.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Caffaro di Rustico da Caschifellone (vers 1080 – vers 1164), parfois appelé simplement Caffaro, fut un chroniqueur génois du Moyen Âge, qui prit part aux croisades.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le village de Caschifellone (situé sur le territoire de l'actuelle commune de Serra Riccò, dans le Val Polcevera, près de Gênes) en 1080 ou 1081, il a participé à la première croisade commandée par Godefroy de Bouillon. Revenu en Italie vers 1101, il rédigea un récit de la croisade, puis entreprit une histoire de Gênes (les Annales). Cette chronique, en latin, est la première du genre à Gênes.

Les Annales[modifier | modifier le code]

Cette histoire de la ville de Gênes, qui commence en 1099, semble coïncider avec la création des Compagne[1]. Des historiens, comme Giovanna Petti Balbi, n'hésitent pas à considérer cette chronique comme une « habile opération de propagande » puisque, en commençant par la première croisade (qui n'a pas encore de caractère officiel et public), elle définit ainsi la vocation commerciale de la ville pour les années à venir.

Sa renommée comme croisé lui valut de commander des navires dans la marine génoise et de livrer plusieurs batailles navales contre Pise et d'autres puissances méditerranéennes. Vers la fin de sa longue vie, il devint diplomate, chargé de missions pour le compte du pape Calixte II, de l'empereur Frédéric Barberousse et d'Alphonse VII de Castille.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine-Marie Graziani, Histoire de Gênes, Paris, Fayard, , 706 p. (ISBN 978-2-213-63153-0), p. 74 — Le terme (...) dérive de l'expérience commerciale. Il s'agit d'une association spontanée de concitoyens, habitués à partager le risque des voyages maritimes, qui réunit la vieille aristocratie vicomtale et les habitants de la cité les plus habiles et les plus riches, à l'intérieur d'une collaboration temporaire au service de la cité et de la croisade. Seuls [en] sont exclus (...) les membres du clergé.