Cadets de Gascogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadet.

Les cadets de Gascogne forment un des nombreux régiments des troupes du roi Louis XIII.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « cadet » vient de l’occitan gascon « capdèth », signifiant « chef » ou « capitaine »[1]. Il a fini par désigner un enfant né après l’ainé.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, les grandes familles de Gascogne prirent l’habitude de mettre leurs cadets au service du roi de France, créant ainsi la compagnie des cadets ou cadets de Gascogne[2] dont les membres avaient la réputation d'être casse-cou et coureurs de jupons[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Cette compagnie a donné lieu à un genre littéraire inauguré par Courtilz de Sandras, ex-mousquetaire devenu écrivain[4], avec Mémoires de M. d’Artagnan (1700), et qu’immortalisèrent tour à tour Alexandre Dumas dans son roman de cape et d'épée, Les Trois Mousquetaires (1844), puis Vingt ans après (1845), Théophile Gautier dans le Capitaine Fracasse (1863)[4], puis Edmond Rostand dans sa comédie Cyrano de Bergerac (1897)[4] et enfin Michel Zévaco dans le Capitan (1907)[4] et toute la série des Pardaillan (1907)[4][réf. à confirmer].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les Cadets de Gascogne ont compté dans leurs rangs :

Fiction[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Robert Lafont, Le Sud et le Nord : dialectique de la France, Toulouse, Privat, 1971, 249 p., p. 123
  2. Jean-François Demange, Cadets de Gascogne ou ce cape, de plume et d'épée, Orthez, Gascogne, 2010.
  3. Véronique Larcade, « Versailles sous Louis XIV ou le tombeau des cadets de Gascogne ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2008, mis en ligne le 14 juin 2008, consulté le 24 juin 2015. DOI : 10.4000/crcv.5623.
  4. a, b, c, d et e Jean-Marie Sarpoulet, Les Débuts des reclams de Biarn e Gascougne, revue occitane en Gascogne (1897-1920), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, 276 p., p. 149.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Demange, Cadets de Gascogne ou ce cape, de plume et d'épée : les Mousquetaires, d'Artagnan, Cyrano de Bergerac, Athos, Porthos, Aramis, Henry IV, Louis XIII, Richelieu, les ducs de Gramont…, Orthez, Éditions Gascogne, 2010, 320 p.-2 p. de pl. : ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 24 cm, (ISBN 978-2-91444-4750).
  • Véronique Larcade, « Versailles sous Louis XIV ou le tombeau des cadets de Gascogne ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2008, mis en ligne le 14 juin 2008, consulté le 24 juin 2015. DOI : 10.4000/crcv.5623.
  • Jean-Marie Sarpoulet, Les Débuts des reclams de Biarn e Gascougne, revue occitane en Gascogne (1897-1920), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, 276 p. : ill., couv. ill. ; 24 cm, (ISBN 978-2-86781-367-2).

Article connexe[modifier | modifier le code]