Cacoxénite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cacoxénite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[1]
Image illustrative de l’article Cacoxénite
Cacoxénite - Mines de Horcajo, Espagne
Général
Classe de Strunz 8.DC.40
Formule chimique Fe243+Al[(OH)12|OH6|(PO4)17] 17H2O
Identification
Masse formulaire 4,481.51 uma
Couleur Jaune brun, vert, jaune, jaune d'or, orangé...
Classe cristalline et groupe d'espace Hexagonale-dipyramidale ; P 6/mmm
Système cristallin Hexagonal
Réseau de Bravais Primitif P
Cassure irrégulière
Habitus Aciculaire; hexagonal; radié; agrégat; fibreux; sphérolitique
Échelle de Mohs de 3,00 à 4,00
Trait jaune paille
Éclat soyeux; gras
Propriétés optiques
Indice de réfraction nω = 1.575 - 1.585 nε = 1.635 - 1.656
Pléochroïsme visible
Biréfringence Uniaxial (+);0.0600-0.0650
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence Tranparant
Propriétés chimiques
Densité 2,26
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La cacoxénite est une espèce minérale composée de phosphates hydratés de formule (Fe3+24Al[(OH)12|OH6|(PO4)17] 17H2O).Cristaux hexagonaux allongés sur {0001} regroupés en gerbe fibro-radiées pouvant atteindre 8 mm[2].

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par le minéralogiste Steinmann en 1825 sous le nom de Kacoxene[3]. Le mot Cacoxénite provient du grec :

  • κăκός pour mauvais et
  • ζέυος pour hôte ou invité parce que la teneur en phosphore de la cacoxénite diminue la qualité du fer fondu à partir de minerais en contenant.

Topotype[modifier | modifier le code]

Mine Hrbek, Svata Dobrotiva (St. Benigna), Bohème, Tchéquie[4].

Synonymes[modifier | modifier le code]


  • cacoxénite : peut désigner, à tort, un quartz (souvent améthyste) contenant des inclusions aciculaires de cacoxénite[8].

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 27.559, c = 10.655, Z = 3 ; V = 7008,27
  • Densité calculée = 3,19

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Minéral secondaire trouvé :

  • Dans les zones oxydées des gisements de phosphates ;
  • Dans les pegmatites riches en phosphate.

Plus rarement :

  • Dans les sédiments riches en fer et les sols (limonite).

Les minéraux qui lui sont souvent associés sont : béraunite, dufrénite, magnétite, limonite, quartz, rockbridgeite, strengite, wavellite.


Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. The Handbook of Mineralogy Volume IV, 2000 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  3. Steinmann (1825) Vortr. Böhm. Ges., Prague.
  4. (en) Charles Palache, Harry Berman et Clifford Frondel, The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837–1892, vol. II : Halides, Nitrates, Borates, Carbonates, Sulfates, Phosphates, Arsenates, Tungstates, Molybdates, etc., New York (NY), John Wiley and Sons, Inc., , 7e éd., 1124 p., p. 998; American Mineralogist (1985), 70, 220
  5. Traité élémentaire de minéralogie, par M. F. Pisani 1875 p. 386
  6. Abrégé de géologie Par J. J. d' (Jean Julien) Omalius d'Halloy
  7. Steinmann (1825) Vortr. Böhm. Ges., Prague
  8. Walter Schumann (trad. Frances Georges-Catroux), Guide des pierres précieuses, pierres fines, pierres ornementales [« Edelsteine und Schmucksteine »], Paris, France loisirs, , 255 p. (ISBN 978-2-724-20775-0, notice BnF no FRBNF34668600)
  9. Le Roc'h P., Bocianowski M. (2001). La carrière de la Lande, Plumelin (Morbihan). Le Cahier des Micromonteurs: 7-10
  10. Roland Pierrot, Paul Picot, Jean-Pol Fortuné, Francis Tollon, Inventaire minéralogique de la France n°6 - Tarn, Éditions du BRGM, 1976, p. 27