Cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cabinet des estampes et des dessins
Image dans Infobox.
Salle de consultation du cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg.
Informations générales
Type
Ouverture
Visiteurs par an
10 500 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Nombre d'objets
environ 200 000
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Strasbourg
voir sur la carte de Strasbourg
Red pog.svg

Le cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg est une collection d'arts graphiques faisant partie des Musées de la Ville de Strasbourg.

Ses collections ont été constituées à partir de 1877 et étaient alors rattachées aux collections du musée des Beaux-Arts[1]. Le fonds, très riche, recouvre les domaines artistiques et les techniques propres aux arts graphiques : on y trouve ainsi dessins, estampes (gravures sur bois, eaux-fortes, lithographies) s'étalant sur une période allant du XIVe au milieu du XIXe siècle. Les œuvres correspondant à la période chronologique postérieure sont conservées au cabinet d'arts graphiques du musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg.

Situation[modifier | modifier le code]

L’ancienne école impériale du service de santé militaire qui abrite aujourd’hui le cabinet des estampes.

Le cabinet des estampes est installé au troisième étage de l’ancienne École impériale du Service de santé militaire de Strasbourg. Créée en 1856 et dissoute en 1870 après le siège de Strasbourg, cette école fonctionnait en association avec la faculté de médecine de l’université de Strasbourg, cette dernière assurait la formation des futurs médecins.

Collections[modifier | modifier le code]

Fonds documentaire[modifier | modifier le code]

Le cabinet des estampes conserve un important fonds iconographique relatif à l'Alsace avec notamment des vues de Strasbourg, des vues de la cathédrale de Strasbourg, des vues d'Alsace ainsi qu'une importante collection de portraits alsatiques.

La collection compte également de nombreuses œuvres illustrant l'histoire de la ville et de la région.

Un ensemble de cartes et de plans témoigne des développements du tissu urbain entre le début du XVIe et la fin du XIXe siècle.

Gravure[modifier | modifier le code]

Le cabinet des estampes conserve une majorité d'œuvres gravées, au sein desquelles figurent plusieurs ensembles significatifs.

Gravure germanique[modifier | modifier le code]

Centrée autour d'Albrecht Dürer[2] et de Hans Baldung Grien[3], la collection est également riche de gravures sur bois de Lucas Cranach[4] ainsi que d'une importante collection d’œuvres des petits maîtres, tels que Sebald Beham, Albrecht Altdorfer ou Lucas de Leyde[5].

Gravure italienne[modifier | modifier le code]

La gravure italienne constitue l'un des points forts de la collection, avec de nombreuses œuvres de la Renaissance, à commencer par le Combat des dieux marins d'Andrea Mantegna, le Combat d'hommes nus d'Antonio Pollaiuolo, Marcantonio Raimondi et son énigmatique Sur le chemin du Sabbat, ou encore Agostino Veneziano et son Lycaon. La collection conserve également des exemples significatifs de gravures en camaïeux, d'Antonio da Trento ou Ugo da Carpi.

Gravure des écoles du Nord[modifier | modifier le code]

Le cabinet des estampes et des dessins conserve des ensembles significatifs d'œuvres d'Hendrik Goltzius, Schelte Adams Bolswert, Rembrandt, Jacob Matham, Egidius Sadeler Jacob Jordaens ou encore Pieter de Jode le Jeune.

En plus de ces points forts, la collection du cabinet des estampes et des dessins permet également de découvrir des gravures de Rembrandt, Le Parmesan, Canaletto, Giambattista, Giandomenico Tiepoloetc.

Dessins[modifier | modifier le code]

Avec une amplitude chronologique équivalente aux collections gravées (XVIe – XIXe siècle) le fonds de dessins contient des feuilles italiennes, allemandes ou françaises, ainsi qu'un ensemble d’œuvres réalisées par des artistes originaires de Strasbourg ou qui y furent actifs.

Parmi les artistes italiens, il faut pour commencer mentionner les œuvres attribuées à Giovanni Antonio Boltraffio réalisées d'après la Cène de Léonard de Vinci.

Parmi les artistes allemands de la Renaissance, on peut mentionner plusieurs feuilles du strasbourgeois Hans Baldung ainsi que l'important ensemble de dessins du Maître des Études de draperies :

Grâce à la donation Poitrey-Ballabio en 2019, un ensemble d’œuvres italiennes, nordiques et françaises, essentiellement du XVIIe siècle a pu intégrer les collections.

Pour le XVIIIe siècle, on peut citer l'important ensemble de dessins de Philippe-Jacques de Loutherbourg, ainsi que plusieurs feuilles françaises, comme les deux pendants de Charles-Joseph Natoire. On peut également signaler les dessins ornithologiques de leur contemporain Johann Christian Mannlich.

Le cabinet des estampes et des dessins conserve également une importante collection de dessins d'orfèvrerie, des XVIIIe et XIXe siècles[7].

Alsatiques[modifier | modifier le code]

Le cabinet des estampes et des dessins a depuis sa création constitué des fonds révélateurs de la tradition imagière à Strasbourg. On trouve ainsi dans les collections des productions significatives d'artistes ou d'éditeurs strasbourgeois, de la fin du XVe à la fin du XIXe siècle.

Gravure[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la gravure, on peut évoquer pour le XVIe siècle les figures de Hans Baldung Grien, Tobias Stimmer ou Étienne Delaune. Pour le XVIIe siècle, la collection possède un important fonds de gravures de Friedrich Brentel, Jacob van der Heyden ou Isaac Brunn. Parmi les productions du XVIIIe siècle, on peut signaler les réalisations de Jean-Martin Weis ou Jean-Daniel Heimlich.

Dessin[modifier | modifier le code]

Dans les fonds de dessins, on y trouve des réalisations d'artistes comme Benjamin Zix, Théophile Schuler[8] ou Gustave Brion.

Certains artistes de passage ont également représenté l'Alsace et ses paysages. C'est le cas notamment du paysagiste Georg Osterwald.

Lithographie alsatique et imagerie populaire[modifier | modifier le code]

En raison de la présence d'artistes sensibilisés à la lithographie très tôt, l'Alsace connaît de nombreux et productifs ateliers dès le début du XIXe siècle. L'institution conserve un fonds représentatif des différents foyers ayant produit des lithographies, de même que de l'imagerie populaire du XIXe siècle provenant majoritairement du centre imagier de Wissembourg.

Portrait alsatique[modifier | modifier le code]

Afin de documenter les personnalités alsaciennes, ou y ayant séjourné, le cabinet des estampes et des dessins conserve un fonds de près de 4 000 portraits alsatiques, entre le début du XVIe et le début du XXe siècle. Cet ensemble regroupe des portraits dessinés ou gravés, ainsi que quelques photographies.

Miniatures[modifier | modifier le code]

La miniature strasbourgeoise du début du XVIIe siècle constitue un des points forts de la collection de dessins, autour des productions de Friedrich Brentel et ses élèves Johann Wilhelm Baur ou Johann Walter[9].

Le cabinet des estampes et des dessins conserve aussi des portraits miniatures, dont les productions subtiles de Jean-Urbain Guérin ou de son contemporain Jean-Jacques Karpff.

Albums[modifier | modifier le code]

Le cabinet des estampes et des dessins conserve par ailleurs un fonds d'albums précieux, où l'on peut notamment admirer l'album Architectura von Festungen, réalisé en 1583 par Daniel Specklin, architecte de la Ville de Strasbourg.

On y trouve également quinze carnets de dessins de Jean Nicolas Karth qui a parcouru l'Alsace au milieu du XIXe siècle.

Certains albums de dessins préparatoires à des éditions figurent également dans cet ensemble précieux. Parmi eux, deux albums de Théophile Schuler ou un projet d'édition des Métamorphoses d'Ovide par Benjamin Zix.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Florian Siffer, « Cabinet des Estampes et Bibliothèque des Musées », in Dictionnaire culturel de Strasbourg, 1880-1930, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2017, pp. 113-114.
  • Bernadette Schnitzler, Histoire des Musées de Strasbourg, Strasbourg, Éd. des Musées, 2009, pp. 64-65.
  • Nadine Lehni, « Le Cabinet des Estampes et des Dessins », in Musées en Alsace, Strasbourg, Éd. Publitotal, 1977, pp. 87-99.
  • Hans Haug, « Le Cabinet des Estampes et la Bibliothèque des Musées », in Les Musées de Strasbourg 1900-1950, Éd. Saisons d'Alsace, 1950, p. 33.

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • L'autre Guerre. Satire et propagande dans l'illustration allemande 1914-1918, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2016 (ISBN 978-2-35125-146-1).
  • Dernière danse. L'imaginaire macabre dans les arts graphique, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2016 (ISBN 978-2-35125-138-6).
  • L'Europe des Esprits ou la fascination de l'occulte, 1750-1950, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2011 (ISBN 978-2-35125-092-1).
  • Le goût de la nature, paysages des XIXe & XXe siècles, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2011, (ISBN 978-2-35125-091-4).
  • Dürer, Baldung Grien, Cranach l’Ancien : collection du Cabinet des Estampes et des Dessins, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2008, (ISBN 978-2-35125-039-6).
  • Les Dieux comme les hommes, la Renaissance dans la gravure germanique au début du XVIe siècle, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2003, (ISBN 978-2-901833-56-7).
  • Johann Wilhelm Baur, 1607-1642 : maniérisme et baroque en Europe, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 1998. (ISBN 978-2-87660-217-5).
  • Visions romantiques de l'Alsace, lithographies de paysages alsaciens de 1820 à 1870 : exposition en hommage à Paul Ahnne, Strasbourg, 1976.
  • Gravures italiennes du XVe au XVIIIe siècle, exposition, de Pollaiuolo à Piranèse, fonds du Cabinet des estampes de Strasbourg : Strasbourg, château des Rohan, du au , Strasbourg, 1973.
  • Hommage à Dürer 1471-1528 : exposition des gravures du maître conservées au Cabinet des estampes de Strasbourg, à l'occasion du 5e centenaire de sa naissance, le , Strasbourg, château des Rohan, du au , Strasbourg, 1971.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]