Cabinet Schröder II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabinet Schröder.
Cabinet Schröder II
(de) Kabinett Schröder II
RFA
Gerhard Schröder en 2003.
Gerhard Schröder en .

Président fédéral Johannes Rau
Horst Köhler
Chancelier fédéral Gerhard Schröder
Élection
Législature 15e
Formation
Fin
Durée 3 ans, 31 jours
Composition initiale
Parti(s) SPD-Grünen
Ministres 13
Femmes 6
Hommes 7
Moyenne d'âge 56 ans et 11 mois
Représentation
Bundestag
306 / 603

Le cabinet Schröder II (en allemand : Kabinett Schröder II) est le gouvernement fédéral de la République fédérale d'Allemagne entre le et le , durant la quinzième législature du Bundestag.

Historique du mandat[modifier | modifier le code]

Dirigé par le chancelier fédéral social-démocrate sortant Gerhard Schröder, ce gouvernement est constitué et soutenu par une « coalition rouge-verte » entre le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen). Ensemble, ils disposent ensemble de 306 députés sur 603, soit 50,7 % des sièges du Bundestag.

Il est formé à la suite des élections législatives fédérales du .

Il succède donc au cabinet Schröder I, constitué et soutenu par une coalition identique.

Au cours du scrutin parlementaire, le SPD enregistre des pertes. Il conserve son statut de première force politique fédérale avec seulement 6 000 voix et trois députés fédéraux d'avance sur la CDU/CSU d'Edmund Stoiber. Ce recul est de plus compensé par la progression des Grünen, qui réalisent à l'époque leur record à une élection fédérale. La coalition est ainsi reconduite, avec la plus faible marge depuis .

Le , le président fédéral Johannes Rau propose la candidature de Gerhard Schröder au vote d'investiture du Bundestag. Il l'emporte par 305 voix pour et 298 voix contre, soit trois suffrages de plus que la majorité constitutionnelle requise. Il présente son second et dernier cabinet fédéral dans la même journée. Il compte 13 ministres fédéraux, le nombre le plus faible depuis le cabinet Adenauer I en , dont six femmes, ce qui constitue à l'époque le record de féminisation d'un gouvernement tant en nombre qu'en représentation. Le ministère fédéral du Travail est démantelé entre le ministère fédéral de l'Économie et le ministère fédéral de la Santé. Avec une moyenne d'âge de 56 ans et 11 mois, c'est le gouvernement le plus vieux de l'Allemagne fédérale.

Au cours de l'élection présidentielle du , le président Rau renonce à un second mandat et l'alliance au pouvoir présente l'universitaire Gesine Schwan. Elle échoue dès le premier tour face au candidat de la CDU/CSU Horst Köhler, qui est élu avec 50,1 % des voix de l'Assemblée fédérale. C'est la première fois depuis que le parti du chancelier est battu lors de l'élection du chef de l'État.

À l'occasion des élections législatives régionales du dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le plus peuplé d'Allemagne et fief du SPD, la CDU remporte la majorité relative pour la première fois depuis 30 ans et est en mesure de former un gouvernement avec l'appui du FDP. En conséquence de cet échec historique, Gerhard Schröder annonce sa volonté de convoquer des élections anticipées en . Il pose donc la question de confiance le et organise sa défaite, puisqu'il perd par 450 voix contre et 151 voix pour. Il peut alors demander au président Köhler la dissolution du Bundestag.

Lors des élections législatives fédérales anticipées du suivant, les chrétiens-démocrates s'imposent avec quatre députés fédéraux d'avance sur les sociaux-démocrates mais aucune majorité ne se dégage. La CDU/CSU et le SPD décident alors de former une « grande coalition » qui permet à Angela Merkel de constituer son premier cabinet fédéral.

Composition[modifier | modifier le code]

Initiale ()[modifier | modifier le code]

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Fonction Nom Parti
Chancelier fédéral Gerhard Schröder SPD
Vice-chancelier
Ministre fédéral des Affaires étrangères
Joschka Fischer Grünen
Ministre fédéral de l'Intérieur Otto Schily SPD
Ministre fédéral de la Justice Brigitte Zypries SPD
Ministre fédéral des Finances Hans Eichel SPD
Ministre fédéral de l'Économie et du Travail Wolfgang Clement SPD
Ministre fédéral de la Protection du consommateur, de l'Alimentation et de l'Agriculture Renate Künast (jusqu’au 04/10/2005)
Jürgen Trittin a.i.
Grünen
Ministre fédéral de la Défense Peter Struck SPD
Ministre fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse Renate Schmidt SPD
Ministre fédéral de la Santé et de la Sécurité sociale Ulla Schmidt SPD
Ministre fédéral des Transports, des Travaux publics et du Logement Manfred Stolpe SPD
Ministre fédéral de l'Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sécurité nucléaire Jürgen Trittin Grünen
Ministre fédéral de l'Éducation et de la Recherche Edelgard Bulmahn SPD
Ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement Heidemarie Wieczorek-Zeul SPD

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]