Cabinet Schröder I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabinet Schröder.
Cabinet Schröder I
(de) Kabinett Schröder I
République fédérale d'Allemagne
Description de cette image, également commentée ci-après
Président fédéral Roman Herzog
Johannes Rau
Chancelier fédéral Gerhard Schröder
Élection
Législature 14e
Formation
Fin
Durée 3 ans, 360 jours
Composition initiale
Partis politiques SPD-Grünen
Ministres 15
Femmes 5
Hommes 10
Moyenne d'âge 52 ans et 5 mois
Représentation
Bundestag
345 / 669
Drapeau de l'Allemagne

Le cabinet Schröder I (en allemand : Kabinett Schröder I) est le gouvernement fédéral de la République fédérale d'Allemagne entre le et le , durant la quatorzième législature du Bundestag.

Historique du mandat[modifier | modifier le code]

Dirigé par le nouveau chancelier fédéral social-démocrate Gerhard Schröder, précédemment ministre-président de Basse-Saxe, ce gouvernement est constitué et soutenu par une « coalition rouge-verte » entre le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen). Ensemble, ils disposent de 345 députés sur 669, soit 51,5 % des sièges du Bundestag.

Il est formé à la suite des élections législatives fédérales du .

Il succède donc au cinquième cabinet du chrétien-démocrate Helmut Kohl, au pouvoir depuis , constitué et soutenu par une « coalition noire-jaune » entre l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU) et le Parti libéral-démocrate (FDP).

Au cours du scrutin parlementaire, le SPD passe devant la CDU/CSU pour la première fois depuis . Il entame des négociations de coalition avec les Grünen, partenaires de coalition récurrents des sociaux-démocrates depuis la fin des années 1980.

Le , le président fédéral Roman Herzog propose la candidature de Gerhard Schröder au vote d'investiture du Bundestag. Il l'emporte par 351 voix pour et 318 voix contre, soit 16 suffrages de plus que la majorité constitutionnelle requise. C'est alors la première fois qu'un candidat à la chancellerie recueille plus de voix que le total théorique de sa coalition. Il forme son premier cabinet le même jour, qui compte 15 ministres fédéraux, un de moins que la précédente équipe. Le ministère fédéral des Transports fusionne en effet avec le ministère fédéral des Travaux publics. Il compte cinq femmes, ce qui équivaut à un tiers de l'effectif. C'est à l'époque un record, tant en nombre qu'en représentation.

Lors de l'élection présidentielle du , la coalition apporte son soutien au social-démocrate Johannes Rau, ancien ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et « patriarche du SPD ». Il est élu président fédéral au second tour de scrutin par 51,6 % des voix de l'Assemblée fédérale.

Le , le chancelier pose la question de confiance au Bundestag au sujet de l'engagement de la Bundeswehr dans l'opération « Liberté immuable » en Afghanistan. Il l'emporte par 336 voix pour et 330 voix contre.

À l'occasion des élections législatives fédérales du , le SPD reste d'extrême justesse la première force politique fédérale. Le bon score des Grünen et l'effondrement du PDS, permet la reconduction de la coalition et la formation du cabinet Schröder II.

Composition[modifier | modifier le code]

Initiale ()[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Parti
Chancelier fédéral Gerhard Schröder SPD
Vice-chancelier
Ministre fédéral des Affaires étrangères
Joschka Fischer Grünen
Ministre fédéral de l'Intérieur Otto Schily SPD
Ministre fédéral de la Justice Herta Däubler-Gmelin SPD
Ministre fédéral des Finances Oskar Lafontaine (jusqu’au 11/03/1999) SPD
Werner Müller (a.i. jusqu'au 12/04/1999) Sans
Hans Eichel SPD
Ministre fédéral de l'Économie et de la Technologie Werner Müller Sans
Ministre fédéral de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Forêts Karl-Heinz Funke SPD
Ministre fédéral du Travail et de l'Ordre social Walter Riester SPD
Ministre fédéral de la Défense Rudolf Scharping SPD
Ministre fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse Christine Bergmann SPD
Ministre fédéral de la Santé Andrea Fischer Grünen
Ministre fédéral des Transports, des Travaux publics et du Logement Franz Müntefering (jusqu’au 29/09/1999)
Reinhard Klimmt (jusqu'au 16/11/2000)
Kurt Bodewig (à partir du 20/11/2000)
SPD
Ministre fédéral de l'Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sécurité nucléaire Jürgen Trittin Grünen
Ministre fédéral de l'Éducation et de la Recherche Edelgard Bulmahn SPD
Ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement Heidemarie Wieczorek-Zeul SPD
Ministre fédéral avec attributions spéciales
Directeur de la chancellerie fédérale
Bodo Hombach (jusqu’au 07/07/1999) SPD

Remaniement du [modifier | modifier le code]

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Fonction Nom Parti
Chancelier fédéral Gerhard Schröder SPD
Vice-chancelier
Ministre fédéral des Affaires étrangères
Joschka Fischer Grünen
Ministre fédéral de l'Intérieur Otto Schily SPD
Ministre fédéral de la Justice Herta Däubler-Gmelin SPD
Ministre fédéral des Finances Hans Eichel SPD
Ministre fédéral de l'Économie et de la Technologie Werner Müller Sans
Ministre fédéral de la Protection du consommateur, de l'Alimentation et de l'Agriculture Renate Künast Grünen
Ministre fédéral du Travail et de l'Ordre social Walter Riester SPD
Ministre fédéral de la Défense Rudolf Scharping (jusqu’au 19/07/2002)
Peter Struck
SPD
Ministre fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse Christine Bergmann SPD
Ministre fédéral de la Santé Ulla Schmidt SPD
Ministre fédéral des Transports, des Travaux publics et du Logement Kurt Bodewig SPD
Ministre fédéral de l'Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sécurité nucléaire Jürgen Trittin Grünen
Ministre fédéral de l'Éducation et de la Recherche Edelgard Bulmahn SPD
Ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement Heidemarie Wieczorek-Zeul SPD

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]