Cabinet Kohl I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabinet Kohl.
Cabinet Kohl I
(de) Kabinett Kohl I
RFA
Helmut Kohl en 1983.
Helmut Kohl en .

Président fédéral Karl Carstens
Chancelier fédéral Helmut Kohl
Élection
Législature 9e
Formation
Fin
Durée 145 jours
Composition initiale
Parti(s) CDU/CSU-FDP
Ministres 16
Femmes 1
Hommes 15
Moyenne d'âge 53 ans et 3 mois
Représentation
Bundestag
281 / 497

Le cabinet Kohl I (en allemand : Kabinett Kohl I) est le gouvernement fédéral de la République fédérale d'Allemagne entre le et le , durant la neuvième législature du Bundestag.

Historique du mandat[modifier | modifier le code]

Dirigé par le nouveau chancelier fédéral chrétien-démocrate Helmut Kohl, anciennement ministre-président de Rhénanie-Palatinat, ce gouvernement est constitué et soutenu par une « coalition noire-jaune » entre l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), le Parti libéral-démocrate (FDP) et l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU). Ensemble, ils disposent de 281 députés sur 497, soit 56,5 % des sièges du Bundestag.

Il est formé à la suite de l'adoption d'une motion de censure à l'encontre d'Helmut Schmidt, au pouvoir depuis .

Il succède donc au cabinet Schmidt III, constitué et soutenu par le seul Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) après la rupture de la « coalition sociale-libérale » entre le SPD et le FDP.

Le , 15 jours après que les libéraux-démocrates se sont retirés du gouvernement fédéral, le Bundestag adopte, pour la seule et unique fois depuis , une motion de censure qui porte Helmut Kohl au pouvoir, par 256 voix pour et 241 voix contre. Quatre jours plus tard, il forme son premier cabinet de 16 ministres fédéraux. À la différence du précédent exécutif, le FDP obtient le ministère fédéral de la Justice et abandonne donc le ministère fédéral de l'Intérieur.

Afin de donner une légitimité populaire à sa prise de pouvoir, Kohl pose le la question de confiance et organise son échec. La confiance lui est effectivement refusée par 489 voix contre et 8 voix pour. Il demande alors la dissolution du Bundestag au président fédéral Karl Carstens.

Au cours des élections législatives fédérales anticipées du , la CDU/CSU réalise des progrès électoraux significatifs, qui compensent les pertes des libéraux-démocrates. La majorité étant reconduite, Helmut Kohl peut former son deuxième gouvernement fédéral.

Composition[modifier | modifier le code]

Initiale ()[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Parti
Chancelier fédéral Helmut Kohl CDU
Vice-chancelier
Ministre fédéral des Affaires étrangères
Hans-Dietrich Genscher FDP
Ministre fédéral de l'Intérieur Friedrich Zimmermann CSU
Ministre fédéral de la Justice Hans A. Engelhard FDP
Ministre fédéral des Finances Gerhard Stoltenberg CDU
Ministre fédéral de l'Économie Otto Graf Lambsdorff FDP
Ministre fédéral de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Forêts Josef Ertl FDP
Ministre fédéral des Relations intra-allemandes Rainer Barzel CDU
Ministre fédéral du Travail et de l'Ordre social Norbert Blüm CDU
Ministre fédéral de la Défense Manfred Wörner CDU
Ministre fédéral de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé Heiner Geißler CDU
Ministre fédéral des Transports Werner Dollinger CSU
Ministre fédéral des Postes et des Télécommunications Christian Schwarz-Schilling CDU
Ministre fédéral de l'Aménagement du territoire, des Travaux publics et de l'Urbanisme Oscar Schneider CSU
Ministre fédéral de la Recherche et de la Technologie Heinz Riesenhuber CDU
Ministre fédérale de l'Éducation et de la Science Dorothee Wilms CDU
Ministre fédéral de la Coopération économique Jürgen Warnke CSU

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]