Cabildo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cabildo (revue).
Le cabildo de Salta, en Argentine.

Un cabildo était un conseil d'administration coloniale qui régissait une municipalité à l'époque de l'Empire espagnol. Il existait des cabildos espagnols et des cabildos indigènes. De nos jours, seuls subsistent les cabildos insulaires des îles Canaries.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les membres des cabildos étaient parfois nommés, parfois élus, mais étaient considérés comme représentatifs de tous les propriétaires terriens et chefs de ménage.

Le cabildo colonial était essentiellement le même que celui qui s'était développé dans la Castille médiévale. Il se composait de deux alcades, c'est-à-dire des maires, élus pour deux ans, et de six regidores, c'est-à-dire des échevins, élus pour un an[1].

Le cabildo était le représentant légal de la municipalité et de son territoire adjacent vis-à-vis de la couronne espagnole, c'est pourquoi il a été parmi les premières institutions établies par les conquistadores lors de la Conquista. Ainsi, Hernán Cortés établit le cabildo de "La Villa Rica de la Vera Cruz" ce qui lui permit de se libérer de l'autorité du gouverneur de Cuba.

Le mot cabildo a la même racine latine (capitulum) que chapitre, comme le terme chapitre de la cathédrale.

Le cabildo fut utilisé dans toute l'Amérique latine, et même à La Nouvelle-Orléans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Oscar Mazin, L'Amérique espagnole. XVI-XVIII siècles, Les Belles Lettres,‎ 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mazin 2009, p. 84

Voir aussi[modifier | modifier le code]