Cabart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cabart est une marque française d'instruments de musique à vent. En tant que marque indépendante, elle était déclinée sous les noms Thibouville-Cabart et Cabart à Paris. Le nom est racheté par le facteur F. Lorée en 1974 pour le donner à sa gamme de hautbois d'étude : Cabart 74 puis Cabart.

La marque est actuellement exploitée par la Société de Gourdon[1]

Origines de la marque[modifier | modifier le code]

La famille Thibouville est originaire de La Couture-Boussey (commune du département de l'Eure, en France). Dès le début du XIXe siècle, ses membres vont donner naissance à plus d'une vingtaine de marques d'instruments de musique à vent comportant le nom Thibouville [2]. Jean-Baptiste Thibouville, né le à La Couture-Boussey, est l'héritier de la marque Thibouville-Hérouard (des noms de ses parents) créée en 1842. Il crée dans un premier temps deux entreprises à Paris qui ne dureront que peu de temps à cause des décès de ses associés[3]. En 1867, il épouse Rose Léonie Cabart, fille de Jean Louis Michel Cabart, propriétaire et fabricant de peignes à Ezy-sur-Eure (commune du département de l'Eure, en France). En 1869, il crée ainsi à Ezy-sur-Eure la manufacture Thibouville-Cabart[4].

La vie de la manufacture de 1869 à 1977[modifier | modifier le code]

  • 1878 : Participation à l'Exposition universelle de Paris (catégorie instruments à vent - médaille de bronze).
  • 1889 : Participation à l'Exposition universelle de Paris (catégorie instruments à vent - médaille d'argent).
  • années 1880-1890 : Louis Bas (1863-1944, 1er hautbois solo à l'opéra et à la société des concerts et gendre de J.-B. Thibouville), est chargé du magasin de Paris. Il fait des recherches pour améliorer les hautbois et les bassons.

C'est à partir de ces années que le nom Cabart à Paris est employé pour les instruments de qualité supérieure, les autres instruments sont estampillés Thibouville-Cabart à Paris.

  • 1897 : Décès de Jean-Baptiste Thibouville, son épouse prend la tête de la manufacture.

Dans la décennie suivante, Paul Thiberville (1874-1949), l'autre gendre, prend peu à peu la direction de l'entreprise.

  • 1948 : L’entreprise est rachetée par André Lhéridat et Marcel Lefèvre.
  • 1971-1977 : Liquidation de l'entreprise. 1974 Rachat du nom Cabart par Lorée pour sa gamme de hautbois d'étude Qui baptise ses instruments d'étude "CABART 74".
  • le , la marque Cabart à Paris est déposée à l'INPI sous le numéro 1224445 par Alain de Gourdon[5]. et le , la marque est concédée à la Société de Gourdon.

Instruments fabriqués[modifier | modifier le code]

Principalement hautbois, mais aussi bassons (bassons allemands à partir des années 1940), clarinettes, flûtes, saxophones et cor anglais.

Adresses[modifier | modifier le code]

  • A Ezy-sur-Eure : en 1877, achat de bâtiments « Rue Grande » (actuellement Place Félix Hulin). Installation d'une machine à vapeur vers 1880.

De 1948 à 1950, importants travaux d'agrandissement, toutes les étapes de la fabrication s'y déroulant dorénavant[6].

  • A Paris : 35 rue Notre-Dame-de-Nazareth (attestée en 1867, 1878), 15 boulevard Saint-Martin (1896), 22 rue Meslay (1901), 11 rue de Castellane (1905) et 34 rue laborde (1909, 1913). Il n'y a plus d'adresse à Paris sur les documents postérieurs (1928, etc.).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « DE GOURDON (PARIS 8) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 722001005 », sur www.societe.com (consulté le 28 avril 2019)
  2. La plus célèbre est Thibouville-Lamy
  3. Thibouville frères avec son frère Pierre décédé en 1860 puis Thibouville-Béranger avec Denis Béranger décédé en 1865.
  4. Sur les publicités, courriers et documentations, la manufacture est indiquée exister "depuis 1842", ce qui n'est donc pas la stricte vérité.
  5. consultation du services marques le 28 avril 2019 à 9h39
  6. Auparavant, les instruments étaient montés aux domiciles d'habitants des alentours.

Sources[modifier | modifier le code]

Sources originales

  • État civil, Archives départementales de l’Eure.
  • Constant Pierre, « Les facteurs d'instruments de musique », Paris, 1893.
  • M. de Pontécoulant, « La musique à l’exposition universelle de 1867 », Paris, 1868.
  • Chouquet, "Rapport sur les instruments de musiques à l'exposition universelle de 1878", Paris, 1878.
  • « Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical », Paris, 1896, p.380.
  • « Annuaire des artistes et de l’enseignement dramatique et musical », Paris, 1909, p.337 et p.678.
  • « Annuaire français de la facture instrumentale et de l'édition musicale », Paris, 1913.

Etudes

  • François Camboulive, brochure « Thibouville-Cabart Ezy-sur-Eure », archives départementales de l’Eure.
  • William Waterhouse, « New Langwill Index ».