Cabaret de la Grande Pinte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cabaret de la Grande Pinte
Présentation
Coordonnées 48° 52′ 36″ nord, 2° 19′ 54″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse Barrière d'Antin
Fondation 1724
Fermeture Après 1830[Note 1]
Informations
Chef cuisinier Jean Ramponneau
Spécialité(s) La pinte de vin blanc à 3,5 sols
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Cabaret de la Grande Pinte
Cabaret de la Grande Pinte
Géolocalisation sur la carte : Paris/France
Cabaret de la Grande Pinte
Cabaret de la Grande Pinte

Le Cabaret de la Grande Pinte (parfois écrit Grande-Pinte[1]) était un débit de boisson situé près de l'ancienne barrière d'Antin au bout de la Chaussée d'Antin, à l'emplacement actuel de l'Église de la Trinité (Paris) dans le 9e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Ouvert en 1724[2], ce cabaret se trouve près de ce qui était alors la barrière d'Antin[3].

Toutes sortes de populations fréquentent ce cabaret durant la Régence. En particulier le brigand Cartouche y a ses habitudes, un puits qui recoupe un souterrain lui permettant de s'enfuir rapidement[4].

En 1772, Jean Ramponneau qui détenait déjà le Cabaret du Tambour Royal dans le quartier du Temple, rachète le Cabaret de la Grande Pinte. Il y applique la même politique de prix bas en vendant la pinte de vin blanc 3,5 sols au lieu de 4 ou 4,5 ailleurs[5],[3].

Il le rebaptise le Cabaret des Porcherons, du nom du quartier, du chemin et du château des Porcherons tout proche[5],[3].

La salle est agrandie jusqu'à pouvoir accueillir 600 personnes[5],[3].

Le , Armand Barbès, Étienne Garnier-Pagès et des députés libéraux y tinrent une réunion pour préparer les Trois Glorieuses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 1830 est l'année où le cabaret sert de lieu de réunion à des députés libéraux pour préparer les Trois Glorieuses.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Google Books La France dramatique au XIXe siècle. Choix de pièces modernes, « Nanon, Ninon et Maintenon ou Les trois boudoirs», vol. 14, p. 2.
  2. Alain Rustenholz, Les Traversées de Paris : l'esprit de la ville dans tous ses quartiers, Paris, Parigramme, , 647 p. (ISBN 2-84096-400-7).
  3. a b c et d J. Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, t. 1, 75006 PARIS, Éditions Princesse, , 255 p. (ISBN 2-85961-019-7), p. 306.
  4. « Cartouche à la Grande Pinte », www.paris-bistro.com.
  5. a b et c « Ramponeaux, le plus célèbre des cabaretiers parisiens du XVIIIe siècle », www.paris-bistro.com.

Annexes[modifier | modifier le code]