CPC Gangbangs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CPC Gangbangs
Description de cette image, également commentée ci-après
CPC Gangbangs en concert en 2005.
Informations générales
Surnom The Gangbangs (2001–2003)
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Genre musical Garage punk, garage rock, rock 'n' roll
Années actives 20012008
Labels Swami Records, P.Trash Records, Die Slaughterhaus Records, Seeing Eye Records, Profet Records
Composition du groupe
Anciens membres Paul Spence
Choyce
Danny Marks
Tommy Kitsos
Riccardo Lucchesi

CPC Gangbangs est un groupe de rock canadien, originaire de Montréal, au Québec. Le nom originel du groupe était simplement The Gangbangs. Le groupe se dissout en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le groupe s'établit en 2001 sous le nom de The Gangbangs. Le nom du groupe proviendrait d'une anecdote tragique dont certains membres du groupe aurait été témoin. Un individu intoxiqué au PCP aurait commis un meurtre sous l'effet de la drogue et, dans l'intervalle entre le crime et son arrestation par les policiers, aurait scandé « CPC! » à plusieurs reprises sur la voie publique. Le groupe est à l'origine orienté punk rock dans la veine de Black Flag. Sous le nom de The Gangbangs, le groupe publie son premier 7", en 2002. Choyce et Colonel Lingus font aussi partie des Sexareenos.

En début 2003, le groupe se rebaptise CPC Gangbangs, et le guitariste et chanteur Paul Spence (ancien membre du groupe de punk rock Lyle Sheraton and the Daylight Lovers, et co-vedette du mockumentary FUBAR: The Movie), se joint au groupe[1]. Peu après, le bassiste de Daylight Lovers, Roy Vucino, sous le nom de scène Choyce, se joint aussi au groupe, se qui crée un changement stylistique. Spence et Choyce partagent l'écriture des morceaux et leur présence sur scène. Après une cure de désintoxication, Choyce revient avec une nouvelle santé et décide d'incorporer des éléments de crime et d'expériences liées aux drogues dures aux paroles de leurs morceaux. Il s'inspire aussi de l'image d'Alastair Crowley, Austin Osman Spare[2]. Jouant principalement du garage punk, CPC Gangbangs incorpore des éléments de space rock et de thrash metal à sa musique. Avec cette formation, les CPC Gangbangs joue régulièrement sur scène à Montréal et plus tard à Toronto[3].

Leur premier album studio, Mutilation Nation, est publié en 2007 au label Swami Records[4]. Le groupe tourne ensuite en soutien à l'album[5]. Cette même année, le groupe sort un single, The Broken Glass[6].

Après le départ des membres clés et son arrestation aux États-Unis, Choyce déclare le groupe dissous en 2008. Certains membres forment un nouveau groupe appelé Red Mass, et continuent de s'inspirer de Crowley.

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2002 : When All Turns to Shit (sous le nom The Gangbangs)
  • 2005 : Teenage Crimewave/ Blood on the Wall
  • 2007 : Mutilation Nation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tim Perlich, « Le dark side CPC Gangbangs’ Montreal includes blood », sur Now Toronto, .
  2. (en) Johnson Cummins, « News », sur Montreal Mirror, nil.
  3. (en) « Jay Reatard Punches Audience Member, Walks Out On Show" », sur Chart Attack, .
  4. (en) Josiah Hughes, « CPC Gangbangs Mutilation Nation », sur Exclaim!, .
  5. (en) Bob Scott, « CPC Gangbangs », sur Mongrelzine, .
  6. (de) Kalle Stille, « CPC GANGBANGS The Broken Glass », sur Ox-Fanzine (#76), février-mars 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]