CCM (hockey)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CCM (hockey)

Création 1899
Siège social Montréal
Drapeau du Canada Canada
Actionnaires ReebokVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Équipements sportifs
Société mère Adidas
Site web ccmhockey.com/en

CCM, qui signifiait autrefois Canada Cycle & Motor Co, est un équipementier de sport. La marque CCM était à l'origine composée de deux secteurs, la fabrication de matériel de hockey et CCM cycle qui fabrique des vélos.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, CCM est un fabricant de cycles et d'équipements automobile. En 1905, avec la saturation dans le marché de la bicyclette, CCM a commencé à produire des patins de hockey en utilisant les restes de la ferraille de l'usine de vélos et d'automobiles.

CCM fait faillite en 1983. Bien que la section cycle disparait, celle du hockey sur glace prend son indépendance et garde le logo et nom CCM.

En 2004, au même titre que Jofa et Koho, CCM se fait racheter par Reebok, Reebok devenant au passage l'un des géants de l'industrie du hockey et concurrent principal de Bauer. Reebok devient également le fournisseur officiel des uniformes pour les équipes de la Ligue nationale de hockey. Malgré ce rachat par Reebok, CCM sponsorise des joueurs avec son nom et logo propre.

Depuis 2005, la marque fait partie du groupe allemand Adidas car elle était comprise dans le rachat de Reebok.

En 2017, le groupe Adidas revend la division CCM à un groupe d'investisseurs canadien Birch Hill. La transaction est évalué à 100 millions de dollars américains[1]. Le siège social est situé à Montréal et compte 580 employés au total dont la moitié à Montréal.

Joueurs sponsorisés[modifier | modifier le code]

Voici une liste de certains joueurs utilisant un équipement CCM dans la Ligue nationale de hockey.

Patineurs[modifier | modifier le code]

Gardiens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CCM redevient canadien | Richard Dufour | Fabrication », La Presse,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]