Cúchulainn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cúchulainn tue le chien de Culann, illustration par Stephen Reid dans The Boys' Cuchulainn, Eleanor Hull, 1904

Cúchulainn (en gaélique : [kuːˈxʊlɪnʲ][1] Écouter litt. « Chien de Culann » ; en anglais : Cuhullin[2] [kəˈhʊlɪn][3]) est le prototype du héros et l'un des personnages les plus importants de la mythologie celtique irlandaise, un quasi-dieu. Sa force physique, ses pouvoirs magiques et ses soutiens divins en font un homme extraordinaire, capable de tout. L'une de ses armes favorites est le gae bolga, le « javelot-foudre », mortel à tous les coups : quand il pénètre dans le corps d'un ennemi, l'extrémité ferrée se déploie en de nombreuses pointes – c'est lors de son séjour en Écosse, chez Scáthach, que Cúchulainn en apprend le maniement.

Cúchulainn apparaît dans 76 récits, tantôt complémentaires, tantôt contradictoires. Son épopée est liée au règne des Tuatha Dé Danann.

Cúchulainn au combat, illustration de Mythes et Légendes des Celtes, T. W. Rolleston, 1911 par Joseph Christian Leyendecker.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Le premier nom de Cúchulainn est Séadanda (anglicisé en Setanta) : le « cheminant »[4]. Il est rebaptisé Cúchulainn, c'est-à-dire le « Chien de Culann », par son grand-père et tuteur le druide Cathbad, quand il tue, à l'âge de cinq ans, le chien de garde du forgeron Culann.

Sa genèse est multiple : il est le fils de Lug le polytechnicien, dieu suprême du panthéon celtique et de Eithne, la mère de tous les dieux, symbole de la maternité. Au niveau humain, sa conception est le fruit de la rencontre dans l'Autre Monde du roi Conchobar Mac Nessa et de sa sœur Deichtire, qui est aussi son cocher. Son père adoptif est Sualtam, et son père nourricier est Amorgen, poète du roi Conchobar. Il habite Dun Delgan dans le domaine de Mag Muirthemm (dun signifie « forteresse » et mag « plaine »).

Il est parfois appelé le « contorsionniste », car il a la faculté de prendre toutes les apparences. La chaleur de son corps fait bouillir l'eau et fondre la neige. Il incarne aussi le Savoir et sa tête irradie la Connaissance. Il a été initié en Écosse, en compagnie de son ami Ferdiad, par la grande magicienne Scáthach, dont il a épousé la fille Uathach. Par la suite, il devra enlever Emer pour pouvoir épouser celle-ci. Une brève liaison l'unira à Fand dans l'Autre Monde.

Ses aventures et exploits sont innombrables. Dans le récit Táin Bó Cúailnge (La Razzia des vaches de Cooley), il est le seul homme à échapper au « sortilège de Macha » et à défendre l'Ulster face aux armées de Medb, la reine du Connaught. Il se bat continuellement et tue ses ennemis, jusqu'à ce que la malédiction cesse. Il meurt le jour de Samain, et Morrigan se pose sur son épaule sous la forme d’une corneille. Il a aussi pour épée Cruaidin Calcidheann.

S'il représente la magie guerrière, c'est vainement qu'il tente, à plusieurs reprises, d'obtenir la souveraineté.

L'un de ses chevaux, Liath Macha (le « Gris de Macha »), possède une intelligence humaine.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Le nom de Cúchulainn (celui qui a « tué le chien » de Culan) repose sur une formule traditionnelle dans le monde indo-européen « tuer le chien » : avoir de la chance, réussir[5].

Références dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Statue représentant la mort de Cúchulainn à la poste centrale de Dublin. Cette statue commémore l'insurrection de Pâques 1916.

Musique :

  • Le groupe de rock Thin Lizzy y fait référence dans sa chanson "Black Rose" en 1978.
  • The Pogues interprètent en 1985 une chanson intitulée The Sick Bed of Cúchulainn sur leur album Rum, Sodomy, and the Lash.
  • Dans leur chanson Le Chien du forgeron (album Panique celtique, 1998), le groupe de rap breton Manau raconte la légende de Cúchulainn.
  • Cú chulainn est un titre du groupe de death metal symphonique Therion sur l'album Sitra Ahra (2010).

Bande dessinée et mangas :

  • Il est cité dans de Hugo Pratt (série Corto Maltese, 1989)
  • Il a inspiré le personnage C.C. du manga Code Geass ; C.C. est une jeune fille ayant perdu une partie de sa mémoire et possédant un pouvoir obtenu en tuant une nonne.
  • Il a largement inspiré le héros Slàine MacRoth du cycle de comics Sláine (Pats Mills et Simon Bisley), avec qui il partage l'origine celtique, la gae bolga, la lutte contre Medb ou la stature héroïque à la fin du règne des Tuatha Dé Danaan.
  • Nom d'un personnage du manga Classroom for heroes.

Littérature :

  • Dans le huitième tome de la saga de l'Epouvanteur, Cuchulain vient en aide au héros Tom Ward et lui transmet une épée mythique.
  • Il est un personnage dans Les secrets de l'immortel Nicolas Flamel.

Jeux vidéo :

  • Le nom de Cúchulainn est donné à une créature invoquée (EON) du jeu vidéo Final Fantasy XII.
  • Cúchulainn est le nom du troisième boss de l'instance "Arche du Néant" du jeu vidéo Final Fantasy XIV: Heavensward.
  • Cu Chulainn est un dieu jouable dans le jeu vidéo SMITE[6].
  • Cú chulainn est un Servant de classe Lancer dans le visual novel Fate/stay night et également invocable dans le jeu mobile Fate/Grand Order sous différentes classes.
  • Setanta et Cu Chulainn sont deux démons récurrents de la série Shin Megami Tensei. Dans l'épisode Lucifer's Call, Cu Chulainn est l'évolution de Setanta.
  • Cú chulainn est le nom d'un guerrier légendaire dans Bravely Second, porteur de l'astérisque des Auriges. Ramené à la vie par la vestale noire Bella, il aurait fusionné avec son cheval, ce qui lui donne un aspect de centaure.

Il apparait également dans l'épisode 32 de la saison 2 de la série animée Gargoyles, les anges de la nuit.

Principaux textes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en gaélique irlandais retranscrite selon la norme API.
  2. Comme dans les contes Oona and Cuhullin et Blanid de Robert Dwyer Joyce.
  3. Prononciation en anglais irlandais retranscrite selon la norme API.
  4. Ce nom est également la désignation d'une ethnie de langue brittonique, les Setantii. Voir Christian-J. Guyonvarc'h, « Notes d'étymologie et de lexicographie gauloises et celtiques, XII, 46. L'anthroponyme irlandais Setanta et les Setantii », in Ogam 14, 1962, pp. 592-598
  5. (de) Rüdiger Schmitt, Dichtung und Dichtersprache in indogermanischer Zeit. Harrassowitz, Wiesbaden 1967, p.15 n79
  6. (en) « Cu Chulainn - Official SMITE Wiki », sur smite.gamepedia.com (consulté le 6 août 2017)
  7. Il existe deux traductions en français de ce texte capital du Cycle d'Ulster :
    • La Razzia des vaches de Cooley, récit celtique irlandais traduit de l'irlandais, présenté et annoté par Christian-J. Guyonvarc'h, Gallimard, « coll. L'Aube des Peuples », Paris, 1994, (ISBN 2-07-073898-1)
    • La Rafle des vaches de Cooley, récit celtique irlandais traduit de l'irlandais, présenté et annoté par Alain Deniel, L’Harmattan, Paris, 1997, (ISBN 2-7384-5250-7)

Bibliographie[modifier | modifier le code]